Référence multimedia du sénégal
.
Google

POUR WADE :'La presse est devenue un outil de bataille pour les partis politiques'

Article Lu 1433 fois


Le Président de la République recevait hier au palais les cahiers de doléances des différentes centrales syndicales de la classe ouvrière du Sénégal. Occasion saisie par le Chef de l'État pour exprimer sa satisfaction par rapport à certains syndicalistes mais aussi pour redonner des leçons à d'autres comme le Synpics dont selon Me Abdoulaye Wade, les journalistes sont envahis et dominés par les politiques.




"Certes, une presse doit être libre mais elle doit également informer juste et vrai". C'est en ces termes que le Chef de l'État, le Président de la République, Maître Abdoulaye Wade a répondu aux doléances de Mme Badiane Diatou Cissé du Synpics. Selon Me Abdoulaye Wade, "nous sommes très sensible à la question de la presse, mais vous avez en face de vous un des problèmes les plus difficiles. Vous savez, j'ai l'un des meilleurs syndicalismes du monde. Tout a été dit dans la civilité, mais demain vous verrez dans les journaux des titres qui ne refléteront nullement ce qui est dit dans cette salle". Pour le Chef de l'État, "le journal est devenu un instrument de bataille pour les partis politiques" et cela est dû toujours selon Me Wade, au fait que "les organes de presse sont financés, pour la plupart par les hommes politiques et malheureusement, il ne peut en pas être autrement". En revanche, le Président de la République a formulé le voeu de voir l'aide attribuée aux organes de presse profiter aux reporters. Il a aussi demandé à Diatou Cissé Badiane de lui présenter un cahier de propositions susceptibles de faire l'objet qui seront adoptées chaque fois qu'elles protègent les journalistes, les ministres du gouvernement mais aussi et surtout le Président de la République.
Pour son cahier de doléances, le numéro un des journalistes annonce avoir fait du "réchauffage du cahier de doléances de l'année dernière" avant de préciser : "nous voulons une réforme des textes pour mieux organiser le secteur, une révision du code de la presse, une structure d'auto-régulation". En effet, selon la patronne du Synpics, pour être viable, le secteur doit être subventionné et que cette aide à la presse doit être revue à la hausse et profiter autant aux patrons de presse qu'aux journalistes.
Elle préconise que les critères d'éligibilité de cette aide tiennent compte du journaliste car les salaires sont en deçà des minima et font toujours l'objet de marchandages.
Mme Diatou Cissé Badiane dira ensuite "les journalistes sont fréquemment menacés de mort et malmenés notamment par les hommes politiques sans que des sanctions significatives en découlent alors que les diffamations, à juste titre, sont sévèrement réprimées". Face à cette situation, Me Abdoulaye Wade se dit être disponible pour trouver des solutions, malgré les reproches qu'il ne cesse de formuler à l'encontre des journalistes.

Source: le matin

Article Lu 1433 fois

Vendredi 2 Mai 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State