Référence multimedia du sénégal
.
Google

POUR VULGARISER LE CONDOM FÉMININ: Des leaders en formation

Article Lu 1575 fois


Les femmes de la Casamance veulent que leurs sœurs de la région s’approprient le préservatif féminin appelé le fémidon. Celui-ci est jusque-là très peu connu et donc peu utilisé par la gente féminine locale. C’est du moins ce qu’a indiqué Mme Tacko Daffé, la présidente de la cellule de Ziguinchor de la fédération des associations féminines du Sénégal, à l’occasion d’un séminaire de trois jours qui a commencé ce week-end au centre culturel de Ziguinchor et initié par sa structure en partenariat avec l’alliance nationale contre le sida.

Selon Mme Daffé : "L’objectif de ce séminaire est de former les leaders des organisations de femmes ciblées sur les nouveaux concepts et enjeux liés au genre et à la lutte contre le Vih/Sida afin que celles-ci démultiplient cela au niveau de la base. "Nous voulons initier les 20 participantes sur les nouveaux concepts et les enjeux liés au genre et à la lutte contre le sida. Nous voulons doter ces 20 leaders d’organisations féminines d’outils leur permettant d’analyser et de comprendre les disparités de genre dans la lutte contre le sida et les amener à maîtriser les techniques de négociation pour l’acceptation du préservatif féminin dans le couple et dans la société".

Elle précise que ce programme qui est national fait suite à un partenariat entre leur structure qui a été choisie pour la vulgarisation du préservatif féminin et l’alliance nationale contre le sida. Il doit couvrir cinq régions : Ziguinchor, Kolda, Dakar, Fatick et Diourbel. Elle signale que ces préservatifs sont remis à 20 relais dans chacune des régions concernées par le programme. Le choix porté sur ces cinq régions s’explique par le fait que celles-ci sont les plus vulnérables compte tenu de leur position de régions frontalières et aussi sa structure ne peut pas couvrir tout le pays dans un seul projet pour des raisons de coordination. Elle laisse entendre que le condom est peu connu et par conséquent peu utilisé en Casamance parce qu’il était vendu et de façon relativement chère. Mme Binta Ly qui représente la présidente nationale Habibatou Nadiaye à cette rencontre souligne que Ziguinchor et Kolda sont très touchées par le fléau qu'est le sida.

C’est pourquoi elles veulent faire en sorte que le condom féminin entre ici dans les mœurs pour la pandémie. "Les femmes doivent négocier avec leurs partenaires afin que ces derniers acceptent qu’elles portent le fémidon parce que c’est un phénomène nouveau", insiste t-elle. Pour Mme Florence Coly qui est superviseur de cette rencontre, ses sœurs et elle vont réussir ce combat. "Il faut que les hommes soient conscients et qu’ils s’impliquent pour la réussite de ce projet. Nous les impliquons à chaque fois mais ils n’adhèrent pas", soulignant qu’elles ont réussi à ramener la paix en Casamance, ce qui est plus difficile. À l'en croire, elles relèveront cet autre défi".

Source: Le Matin

Article Lu 1575 fois

Mardi 1 Avril 2008


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Mercredi 7 Décembre 2016 - 12:16 NDIGUEUL DU KHALIFE DES MOURIDES: 500F par personne

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State