Référence multimedia du sénégal
.
Google

POUR LUTTER CONTRE LA DÉBAUCHE DES FILLES: Une loi interdisant l’accès des mineures aux hôtels

Article Lu 1827 fois

Selon des sources proches du milieu du Tourisme, les autorités réfléchissent sur une loi interdisant l’accès aux hôtels à des mineures. Ceci, pour freiner la débauche des jeunes filles mineures qui fréquentent les hôtels et autres auberges qui pullulent à Dakar et dans les régions du Sénégal.



Les autorités veulent lancer une grande offensive contre l’accès des mineures aux hôtels et autres auberges qui peuplent la capitale et les régions du Sénégal. Des sources proches du secteur du tourisme, les autorités ont lancé l’idée de faire voter une loi interdisant aux mineures l’accès des réceptifs hôteliers. Une information confirmée par d’autres sources proches du ministère du Tourisme. À en croire ces dernières, le ministre des Sénégalais de l’Extérieur et du Tourisme, Mme Aminata Lô Dieng, en a fait cas mercredi dernier lors de l’installation du comité ministériel interne de lutte contre le Sida et du point focal dudit département. Elle a demandé qu’une réflexion soit menée pour trouver une loi interdisant l’accès des mineures de moins de 18 ans aux réceptifs hôteliers. Et mettre en place un dispositif de veille pour faire appliquer cette loi au niveau des réceptifs. Avec 815 réceptifs composés de 370 hôtels, 211 campements, 177 auberges pour 31 000 lits, le tourisme constitue un sous-secteur de vulnérabilité. Joint au téléphone, le secrétaire général du syndicat national des travailleurs de l’hôtellerie, restaurant, bar et café (Snthrcbs/Cnts-Fc) El Hadj Ndiaye a indiqué qu’il n’y a pas de loi interdisant l’accès aux hôtels à des mineures de moins de 18 ans. À l’en croire, un couple qui vient dans un hôtel avec ses enfants a le droit d’accéder à l’hôtel. La seule interdiction qui existe dans ce domaine, c’est celle qui concerne les prostituées. Selon cette loi, les prostituées doivent être âgées de vingt-deux ans. Elles doivent également détenir un carnet sanitaire pour accéder aux hôtels.

Source: L'observateur

Article Lu 1827 fois

Samedi 7 Juin 2008





1.Posté par REBELE le 07/06/2008 12:51
Les propriétaires qui louent leur maison, chambre et autres auberges à l'heure sont beaucoup plus nombreux que les hôtels à Dakar. TOUT reste à faire dans ce pays. Nous perdons beaucoup de temps à nous diviser et à nous battre pour des postes et des titres dont nous n'avons pas la compétence. Les dirigeants du pays ont tout à gagner à vivre de cette misère sociale. Notre grand dirigeant super diplômé, qui a écrit des livres sur les mathématiques, sur l'économie etc et qui est prompte à dénoncer et menacer n'a pas l'intelligence d'organiser et de gérer ce pays. Beaucoup de jeunes sortent de nos écoles: donnons leur du travail (et il y en a). Seulement l'argent publique ne sert qu'à corrompre, qu'à s'afficher et à se démarquer de la masse pauvre et inculte. L'intelligence, ce n'est pas la Culture et les Diplômes. Au Sénégal, seul Abdoulaye Wade l'ignore. Attention aussi à une société VERTUEUSE. Qui en sera le garant? Quelles seront les règles? Qui va les édicter? ATTENTION

2.Posté par diouf le 09/06/2008 01:29
La dépravation des moeurs au sénégal est inéluctable, donc la solution n'est pas d'interdire l'acces des hotels pour les mineurs car elles seront des pétasses à leurs majorité, ce qui ne fait que déplacer le probléme.*
Il faut arreter de se mentir et essayer de moraliser la vie publique dans ce pays qui a vu naître de grands hommes.
Wassalam

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State