Référence multimedia du sénégal
.
Google

POUR «LICENCIEMENT ABUSIF»

Article Lu 1522 fois

Les 70 agents de Société Industrielle de Générateurs Electriques sise à Pout (département de Thiès) et spécialisée dans la fabrication de piles, ont décidé de traîner en justice leur employeur pour « licenciement abusif ».



À en croire le porte-parole de ces 70 agents permanents qui se sont mus en collectif des licenciés de la SIGELEC , le prétexte avancé par leur employeur pour les licencier à savoir la concurrence déloyale des piles contrefaites qui influent sur le rythme des ventes n’est pas acceptable. Pour M Ousseynou Seck, il n’y a aucun stock à l’usine et qui n’arrive même pas à être écoulé sur le marché local. Poursuivant sur la même lancée, le porte-parole du collectif des travailleurs compressés de la S I G ELEC a accusé le directeur de l’usine d’avoir profité du prétexte de la contrefaçon pour satisfaire son désir de comprimer l’effectif de l’usine qu’il a toujours jugé pléthorique et ce depuis sa prise de fonction en 2003. Pour étayer son propos, M Seck soutient que de 2000 à 2006, l’usine produisait 15 000 cartons par jour qui étaient facilement écoulés sur le marché.
Pour lui, le problème de surproduction et de difficultés d’écoulement ne peut survenir du tic au tac en 2007 au point de générer des licenciements. M Seck de se désoler du fait que des pères de familles qui ont entre 10 à 20 ans d’ancienneté soient licenciés avec pour tout droit, un montant de 200 000 frcs et sans aucun préavis. C’est pour cette raison que le collectif a saisi l’inspection du travail pour être rétablis dans leurs droits. D’ailleurs, à en croire M.Seck, l’inspecteur du travail a convié les parties à une rencontre le 16 juillet prochain pour s’imprégner davantage du problème. Dans la même foulée, une plainte a été déposée auprès du tribunal départemental de Thiès contre la S I G ELEC. Pour rappel, ces 70 agents ont reçu leur notification de licenciement le 02 juillet dernier.

Ibrahima NDIAYE (Correspondant à Thiès)
Source: Le Matin

Article Lu 1522 fois

Samedi 14 Juillet 2007





1.Posté par verite le 14/07/2007 16:37
c'est triste et trés inquiétant. la legislation du travail est piétinée et des gens qui se sont donnés beaucoup de mal pour faire survivre cette usine sont entrain d' être maltraités. même les prisonniers condamnés aux travaux forcés sont mieux traités. ce sont des gens en qui percevait au debut de leur carrière moins de 10.000 frs par mois. des salaires salaires trés en de çà du SMIG de cette époque. ce qui arrive à ces gens là aujourd'hui arrivera un jour à d'autres. les travailleurs dans leur ensemble doivent se doner la main pour aider les victimes de ce soit disant licenciement economique.

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State