Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



POUR LA CRISE ENERGETIQUE ET L’APPUI AU BUDGET La Banque mondiale finance 70 milliards à l’Etat du Sénégal

Les caisses de l’Etat seront bientôt renflouées. Selon le vice-président de la Banque pour la région Afrique, Mactar Diop, l’institution de Bretton-Woods va financer l’Etat du Sénégal à hauteur de 140 millions de dollars (70 milliards Cfa).



POUR LA CRISE ENERGETIQUE ET L’APPUI AU BUDGET La Banque mondiale finance 70 milliards à l’Etat du Sénégal
La Banque mondiale s’engage à mettre la main à la poche pour 140 millions de dollars (70 milliards Cfa). Un pactole destiné à aider le Sénégal à faire face à la crise énergétique et à combler son gap budgétaire. En contrepartie, l’institution de Bretton Woods exige de l’Etat du Sénégal une bonne utilisation de cette manne financière. «Pour le secteur de l’Energie, la Banque va financer le Sénégal à hauteur de 85 millions de dollars (42,5 milliards FCfa) et 55 millions de dollars (27,5 milliards FCfa) en appui au budget du Sénégal», a annoncé, hier, Mactar Diop, Vice-président de la Banque pour la région Afrique. Et le fonctionnaire international sénégalais d’ajouter : «La gouvernance économique sera centrale dans toutes les interventions de la Banque mondiale», a ajouté le premier ministre de l’Economie et des Finances du Sénégal, en 2000, dans le Gouvernement «Wade1». «Nous plus de solution à court terme, il faut régler la question de l’électricité sur le long terme. Pour cela, il faut des installations qui répondent à cette projection», souhaite M. Diop. «Cette enveloppe, souligne-t-il, devra aider à la distribution régulière de l’électricité.»

Rapatriement des fonds dissimulés à l’étranger, la Banque à l’écoute du Sénégal

Interrogé sur le rapatriement des fonds que certains dignitaires de l’ancien régime auraient planqués dans des paradis fiscaux, le Vice-président de la Banque mondiale pour la région-Afrique s’est voulu on ne peut plus clair. «La Banque mondiale a une initiative dans ce sens. Il existe un processus pour cette question. Si l’Etat du Sénégal estime que ses fonds ont été expatriés de manière non transparente, comme ce fut le cas au Nigéria, il peut nous saisir», a-t-il dit. « Mais nous n’avons pas encore reçu de demande des autorités sénégalaises dans ce sens. Ce qui est sûr, c’est que la Banque a initié un instrument pour ce genre de questions», répète M. Diop. Sur la Cour de répression de l’enrichissement illicite, le Vice-président de la Banque mondiale pour la région-Afrique est formel. «Tout élément qui participe au renforcement de la bonne gouvernance économique est une bonne chose», indique-t-il. «C’est tout ce que je peux dire sur cette question. Ce n’est pas une exigence de la Banque mondiale, mais du peuple sénégalais», fait-il savoir.

JEAN-PIERRE MANE
Source L'Observateur

Mercredi 6 Juin 2012



Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 19 Août 2013 - 13:13 FERMETURE DES ENTREPRISES : Le fond du débat








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés