Référence multimedia du sénégal
.
Google

PONT DE NGOUYE : 4 milliards menacés par la crue

Article Lu 11084 fois


Le tout nouveau pont de Ngouye dans l’arrondissement de Saldé, est fissuré. C’est le dernier né des investissements de l’île à Morphil. D’une beauté sans nulle pareille, il est long de 222,5 mètres et large de huit. Il aura coûté à la l’Etat la rondelette somme de quatre milliards de francs CFA. Devant son état défectueux surtout au niveau de sa façade Est, les autorités locales ont alerté leurs supérieurs hiérarchiques. La sous-préfecture de Saldé aura été la première à rendre compte à la préfecture de Podor « des fissures apparues au niveau chaussée menant à Saldé à proximité ouvrage ». Ce message RAC (réseau Administratif de Commandement) est parvenu le 21Août 2007 à la préfecture de Podor, qui elle sans tarder alerte qui de droit : le Gouverneur de Saint-Louis, le Ministère de l’Intérieur, celui des Infrastructures, de Hydraulique Urbaine et de l’Assainissement.

Le préfet Adjoint de Podor Nghone Eloi Diouf, qui assure l’intérim de ce département pour l’instant sans préfet, a assuré que le Directeur des Travaux a été contacté et « qu’il promet de descendre sur les lieux »

En attendant les autres mesures conservatoires prises par les autorités locales, c’est d’avoir instruit le Sous Préfet de Saldé et le Commandant de la brigade de gendarmerie de Pété « d’interdire accès dudit pont à toute charrette ou véhicule chargé ou vide jusqu’à l’arrivée du directeur des travaux ».

M. Diouf a aussi demandé au coordinateur des bacs du nord la remise en service du bac de Ngouye jusqu’à nouvel ordre.

C’est ce que bon nombre de transporteurs attendaient, car ils avaient déjà commencé leur trafic sur le Pont de Médina NDiathbé. L’île à Morphil est dépourvue de sable et de gravier pour la construction en dur, fort prisé dans ces lieux depuis que sous l’alternance, l’électricité et des pistes ont changé le mode de vie local. Quant aux ponts leur création vise à mieux desservir une zone enclavée comme l île, difficile d’accès. La présence de ces ouvrages reste motivée par une hausse du trafic routier, jadis marqué par un ralentissement de son activité. C’est deux ponts qui enjambant le marigot le Doué, à Médina-NDiathbé dans l’arrondissement de Cas-Cas et NGouye dans celui de Saldé, facilitent de par leur présence les nombreuses dessertes dans les profondeurs de l’île.

En effet, au temps des bacs, tard dans la nuit un véhicule ne pouvait traverser le fleuve, ce qui n’est plus le cas avec les deux ponts. Si celui de Médina défie la crue du fleuve par la solidité de son béton immergé, celui de Ngouye dans sa façade Est menace. S’est-on évertué à parer au plus pressé face à l’hivernage en construisant un pont fragile ?

Le directeur des travaux a rassuré le préfet adjoint au téléphone, tard dans l’après midi de son arrivée sur les lieux. Pour lui le trafic routier pourrait bien continuer malgré les quelques bobos subis par le Pont de Ngouye avec l’érosion du sol, causée par la forte montée de fleuve qui grossi et occupe de façon tentaculaire l’espace de sa crue.


Amadou Diagne NIANG
Source: Le Soleil

Article Lu 11084 fois

Lundi 27 Août 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State