Référence multimedia du sénégal
.
Google

POLITIQUE - L'opposition est-elle nulle ? (NOUVEL HORIZON)

Article Lu 1826 fois

Les libéraux battent tous les records d'impopularité alors que l'opposition n'en profite guère. Radioscopie d'une si étonnante apathie.



POLITIQUE - L'opposition est-elle nulle ? (NOUVEL HORIZON)
Wade opposant, aucun pouvoir n'aurait sur­vécu à ses attaques devant autant d'erre­ments, d'approximations et de scandales que ceux que charrie, chaque jour, son pro­pre régime. Occupés à se tirer dans les pat­tes plutôt que d'essayer de résoudre la grave crise sociale que vit le pays, les libé­raux battent tous les records d'impopula­rité. Marqué par la guerre des tranchées à l'intérieur du Pds, la cherté de la vie et l'emballement du front social à quelques semaines de la rentrée, jamais le contexte n'a été aussi favorable à l'opposition pour reprendre l'initiative. Et lorsqu'on y ajoute les inondations dont les sinistrés ont les nerfs à fleur de peau et accusent le gouver­nement de non-assistance, sinon d'impré­voyance, tous les ingrédients semblent réu­nis pour l'opposition pour ébranler très sérieusement le Sopi et son maître. Hélas, il n'en est rien. Et Wade qui n'en espérait pas tant de passer tranquillement ses vacances sur les bords du Lac Leman, en Suisse, alors que Dakar et une bonne partie du pays étaient sous les eaux. N'empêche qu'il se paiera même le luxe d'aller faire un tour dans les zones inondées à son retour de far­niente, puis de se pencher sur le sort de Macky SalI en petit comité au palais. Avant d'éplucher le dossier des fameux 9 mandats d'arrêt décernés par le juge d'Evry à des personnalités dont l'ancien Premier minis­tre, Marne Madior Boye. Comme si les priorités étaient là et non dans la résolution de la crise budgétaire et, des conséquences des inondations. Bref, faute d'une opposi­tion qui aura raté, une énième fois, l'occa­sion de faire siennes les dures réalités que vivent les populations, Wade est revenue de sa longue hibernation, a fait dans le saupou­drage dans la banlieue inondée. Puis, a repris tranquillement les airs. Pourquoi l'opposition a-t-elle manqué de spontanéité dans sa réaction face aux inondations ? Pourquoi a-t-elle laissé l'initiative à Wade, pourtant longtemps absent du pays ?

La vérité est que même si les Assises natio­nales lui ont permis de sauver un semblant d'unité, l'opposition dite « radicale» ou «boycotteuse» est plus divisée qu'il n'y paraît. La sourde rivalité entre ces deux principales composantes, le Ps et l'Afp, est un secret de polichinelle. Et pour bien des observateurs de la scène politique, y a que ça d'ailleurs qui grippe la machine. « Regardez la Ca 2007, il n y a rien de plus caduc. A l'origine, c'était une coalition électorale destinée à accompagner la can­didature de Moustapha Niasse en février 2007. Aujourd'hui, ses composantes sou­tiennent mordicus qu'il ne s'agit pas d'une coalition électorale, mais plutôt d'un cadre de concertation. De qui se moque-t-on », s'indigne un de nos interlocuteurs. Et un autre de renchérir: « A chaque fois qu'il est à Dakar, Niasse s'arrange pour présider les réunions de la Ca 2007 qui ont lieu, soit dit en passant au siège de l'Afp, alors qu'il n'a jamais pris part à une seule réunion du Front Siggil Sénégal. Préférant y envoyer que ses seconds couteaux ». Le malaise paraît d'ailleurs beaucoup plus profond puisqu'il se poserait même un problème de confiance entre leaders. En témoigne l'at­mosphère de défiance qui avait ponctué le travail du groupe chargé d'élaborer le pro­gramme alternatif de la Cpa et piloté à l'époque par Ousmane Tanor Dieng. Si ce programme a finalement capoté, conduisant à la pluralité des candidatures, c'est que tout simplement il n' y avait pas la garantie que le candidat unique que l'opposition significative se serait choisi appliquerait, une fois élu, ledit programme de gouverne­ment. Quand bien même, se désole-t-on du côté de certains responsables de cette même opposition « le combat contre Wade ne peut être victorieux que si les leaders font preuve de détermination et d'esprit de cohésion ». Or, pour l'heure, poursuit notre interlocuteur, « ils n'ont pas fait preuve de suffisamment de cohésion pour avoir l'adhésion massive des populations quoi­que Wade et son régime soient complète­ment rejeté ». Il apparaît donc clairement que pour être efficace, l'action de l'opposi­tion devrait être articulée autour d'un front aussi large que le Front Siggil Sénégal. Ce cadre qui est apparu depuis la présidentielle de février 2007 comme un regroupement nécessaire pour prendre en charge toutes les questions liées au processus électoral. Et qui, chemin faisant, a eu à prendre en charge d'autres problèmes liés à la cherté de la vie et aux Assisses nationales dont le FSS est l'initiateur. Peut-être son domaine d'intervention s'élargissant, le Front Siggil Sénégal pourra à terme fédérer l'ensemble des forces de l'opposition autour d'un seul et unique objectif : l'unité pour enfin se poser en alternative crédible au Sopi.

Source: Nouvel Horizon

Article Lu 1826 fois

Mardi 7 Octobre 2008





1.Posté par abdoul le 07/10/2008 11:24
DIEU est le MEILLEUR regardons sous peut de temps ce que DIEU feras de CE GRAND MITHOMANE CE TRAITE SANS VERTU CE ASSASSIN DE MAITRE SEYE CE VOLEUR MANUPULATEUR FINANCIER CET HONE DE LA NATION CE VOLEUR DE LA CONTITUTION CE ANARCHISTE CE PERE DE KRIM GOOR DJIGUENE WADE QUE LE SENEGAL DES PROFONDEURS NE VEUT PAS VOIR CE DIVISEUR DES CONFRERIES EN UN MOT CE MAL DU PYS WADE DOULKATE FRANC MACON DIEU TE MONTRERA TOUT LE MAL ET LESPOIR QUE LE PAYS ATTENDE DE TOI

2.Posté par bathie le 07/10/2008 14:55
ce qui est grave au sénégal c'est que les gens oubli vite. le FSS est une unité d'action et il en sera ainsi pour longtemps. Si on accuse l'AFP et ces allier de la CA 2007 c'est vraiment insulter l'histoire récente. la CPA a éclaté pour donner des groupouscule, la CA 2007, le G 10, et le PS, la LD etc.., commen veut - on kon oubli les raisons pour lesquelles la CPA n'a pas survécu pour aller vers une autre coalition du genre, c'est pas serieux. kan tu termine un travail tu l'évalue et les parties du FSS, notamment le PS et ses sous alliées, ne veulent pas entendre parler d'évaluation de la CPA.
par ailleurs keskon veu que les gens de l'opposition fassent, les populations inondées ont voté wade (les plus gros score de wade c'est dans la banlieu de dakar) alors kil attendent wade pour régler leur problèmes c'est tout. ils ont fait un choix il n'on k'a assumé, on n'a pas que la politique à faire.

3.Posté par julard le 07/10/2008 15:25
Un article écrits par des journalistes très corrects et professionnels qui ne font pas que tricher

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State