Référence multimedia du sénégal
.
Google

PLAINTES - Publication de l’ouvrage Lonase - Chronique d’un pillage organisé : Baïla Wane se tourne vers la Justice

Article Lu 1482 fois

Le feuilleton ouvert par Abdou Latif Coulibaly avec sa dernière publication, Lonase, Chronique d’un pillage organisé, va connaître un nouvel épisode avec la double plainte qui sera déposée par le principal mis en cause, Baïla Alioune Wane et la structure qu’il dirige, la Lonase. Pour sa part, la Commission nationale de lutte contre la corruption et la concussion, interpellée dans l’ouvrage, fait dans la langue de bois.



Lonase - Chronique d’un pillage organisé est en vente depuis hier. Et à peine de bonnes feuilles ont été publiées, hier, par les quotidiens dakarois, notamment Le Quotidien, que des représailles pointent à l’horizon. En effet, deux plaintes sont annoncées contre l’auteur de ce brûlot, Abdou Latif Coulibaly. La première au nom du principal concerné, Baïla Alioune Wane, actuel directeur général de la Loterie nationale sénégalaise (Lonase) pour diffamation et la seconde, au nom de la structure qu’il dirige.

Une menace qui ne semble, pas du tout, ébranler l’auteur, puisque l’ancien directeur de la radio Sud Fm déclare en toute sérénité «ne pas s’en préoccuper». Estimant que les parties citées «ont le droit d’ester en justice», Latif Coulibaly, joint au téléphone, affirme «ne pas avoir encore reçu de papier officiel» lui signifiant une quelconque plainte. L’écrivain qui se déclare «prêt à répondre aux tribunaux», est soutenu par ses éditeurs dont un responsable des éditions L’Harmattan qui co-publie ce livre avec Les Editions Sentinelles, cité par le site d’information en ligne Rewmi.com, qui confirme que «toutes les accusations du livre sont documentées». Ce même responsable ajoute que Latif Coulibaly «assure détenir des preuves de l’implication au plus haut niveau du directeur de la Lonase dans le développement de cette criminalité».

Pour sa part, M. Coulibaly, par ailleurs directeur de l’Institut des sciences de l’information et de la communication (Issic), semble se jouer des conséquences de cette affaire qui, pourtant, présente tous les ingrédients susceptibles d’en faire un bon feuilleton judiciaire. Quant au Directeur de la Lonase, M. Wane, il a été impossible de le joindre hier après-midi.

Toutefois, l’ouvrage de M. Coulibaly écrit sous forme épistolaire, a cela de particulier qu’il interpelle directement la Commission nationale de lutte contre la corruption et la concussion (Cnlcc) travers son président. Une interpellation qui risque de rester lettre morte, car à en croire le porte-parole de ladite Commission, Mamadou Diop, son organisme «attend d’être saisie officiellement par Abdou Latif Coulibaly avant d’agir». De fait, renseigne M. Diop, «le président (Ndlr : de la Cnlcc) a dû se démener pour avoir le livre et nous sommes en train de le lire et de l’exploiter». Mamadou Diop souligne, en outre, que seule «une réunion de tous les membres de la commission permettrait de décider de la suite à donner à cette affaire». Pour l’heure, le porte-parole de la commission s’en tient à cette déclaration lapidaire : «Nous sommes en train d’étudier le livre et nous réagirons après.»

Mis en place par le président de la République en 2003, la Commission nationale de lutte contre la corruption et la concussion a pris les apparences d’une institution vide de toute substance, dans la mesure où les textes qui la régissent ne lui permettent pas de s’auto-saisir. Mais, aujourd’hui, la gravité des faits évoqués dans ce livre de Latif Coulibaly, malgré la saisine indirecte, l’interpelle au premier chef.

Une commission dont les membres sont, d’ailleurs, en attente du projet de loi devant régler le problème du statut de ses membres. En effet, selon les textes, depuis l’année dernière, une partie des membres aurait du être renouvelée après un mandat de trois ans. Mais, Mamadou Diop précise que «cela n’est pas un problème», car, bientôt, l’Assemblée nationale va adopter un projet de loi réglementant le mandat et le problème de la rotation des membres. En tout cas, le rôle de cette Commission n’est que consultatif. Et tout rapport qu’elle viendrait à produire aboutirait sur la table du président de la République.

Source: Le Quotidien

Article Lu 1482 fois

Jeudi 26 Juillet 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State