Référence multimedia du sénégal
.
Google

PLAINTE CONTRE LE MAIRE DES PARCELLES À LA DIC: Un marabout Mbacké-Mbacké attaqué sur ordre de Moussa Sy

Article Lu 11020 fois

Dimanche dernier un marabout Mbacké-Mbacké du nom de Serigne Galass Mbacké Ibn Cheikh Aby Touba Mosquée a été malmené par des personnes sur ordre de Moussa Sy. Hier, il a déposé une plainte à la Dic contre le maire des Parcelles Assainies. Non sans envoyer une lettre d’information à Wade et à Mamadou Seck sur les agissements de Moussa Sy aux PA.



PLAINTE CONTRE LE MAIRE DES PARCELLES À LA DIC: Un marabout Mbacké-Mbacké attaqué sur ordre de Moussa Sy
La tension autour du terrain de l’Unité 17, continue de monter aux Parcelles Assainies. Dimanche dernier, sur les lieux, il s’est passé un fait qui a atterri sur la table du patron de la Dic, sur celle de la Présidence de la République et sur celle du président de l’Assemblée nationale. Il s’agit d’une plainte déposée par Serigne Galass Mbacké Ibn Cheikh Aby Touba Mosquée contre Moussa Sy, maire des Parcelles Assainies, pour voies de fait et menaces de mort.

Dans sa plainte, le marabout Mbacké-Mbacké raconte que le dimanche dernier, il était parti rendre visite à ses talibés commerçants au marché de l’Unité 17 des PA. Au retour, il s’est arrêté pour s’enquérir des mouvements observés sur un terrain jouxtant le marché. C’est alors que Moussa Sy qui était sur les lieux, lui a donné l’ordre de vider les lieux sur un ton menaçant. Ce qu’il a refusé d’obtempérer. Alors Moussa Sy a demandé aux personnes qui l’entouraient de se saisir de lui et de le jeter hors du terrain ; ce qu’ils ont fait. Un des gardes du corps lui a donné un coup de poing avec des menaces de mort. Et devant l’afflux des talibés du marché qui venaient vers lui pour s’interposer, il a calmé leurs ardeurs afin d’éviter un bain de sang. Il s’est rendu au commissariat des PA, avant de déposer, hier, une plainte à la Dic.



Moussa Sy attend de voir

Interpellé hier sur la question, Moussa Sy nous a fait parvenir un communiqué par l’intermédiaire de son chargé de communication. Et c’est pour «préciser que le Monsieur d’une vingtaine d’années environ est venu en trombe en taxi, se présenter au terrain au moment où les engins s’affairaient au nettoiement. Sans saluer personne, il a commencé à téléphoner. Et comme il gênait les engins dans l’exécution de leurs tâches, la brigade de surveillance l’a interpellé en lui demandant de s’identifier. Ce qu’il a refusé de faire disant que le terrain appartenait à Serigne Tacko Fall». Il ajoute aussi qu’en sa «qualité de maire des Parcelles Assainies, et disposant d’une police municipale, j’ai l’obligation de veiller à la sécurité et à la surveillance de l’occupation de l’espace public. Et par la même occasion, je précise que la mairie des Parcelles Assainies n’a pas de milices ou de bras armés. Elle dispose d’une brigade de surveillance de l’occupation de l’espace public. Je signale également n’avoir envoyé aucun émissaire pour une quelconque médiation ou réconciliation. Pour ce qui est de la plainte, j’attends de voir la suite».

Latir Mane
Source L'Observateur

Article Lu 11020 fois

Mardi 29 Septembre 2009





1.Posté par adjia le 29/09/2009 19:51
merci moussa tient bon

2.Posté par Xouloum le 29/09/2009 20:32
Combien de Mbacké-Mbacké experts en islamologie? Vous croyez que Parceque vous êtes Mbacké-Mbacké que vous avez la même connaissance que Serigne TOUBA. Serigne Touba n'était pas un paresseux, il a passé sa vie à étudier, à se vouer corps et âme à Dieu et au Prophète Mahomet. Ses descendants veulent se vouer corps et âmes à des privilèges. Soit, c'est votre droit. Mais laissez-nous vous dire que vous n'impressionnez personnes. Sinon, marchez sur l'eau nous vous promettons de vous sauver dans les meilleurs délais. Des responsables politiques qui vous réservent des passeports diplomatiques, c'est bientôt fini. Des milices intouchables c'est aussi la fin aprés A.Wade..... Vous vous croyez où?

3.Posté par boybougraw (france) le 29/09/2009 21:33
en tout cas ndioune warnagnou gno dimbali ak mackè mackè woor yalla cheikh ahmad bamba yèèna gui koy togne domou thiagua bou diok rek na mackè mackè laa way doule

4.Posté par diaw le 29/09/2009 22:27
Ya combien de marabout mbacké mbacké au sénégal? juste une question. Comment devient on marabout ?

5.Posté par Awa le 30/09/2009 00:25

Le capitaine Dadis Camara serait-il parrainé par Wade ?

Comme une trainée de poudre, la rumeur s’est répandue ces temps derniers, voulant que lors de son voyage éclair à Conakry, Wade aurait exprimé son soutien au capitaine Dadis Camara qui a décider de ne pas respecter la période de transition qu’il avait promise au peuple guinéen, en exprimant son intention de conserver le pouvoir et en se portant candidat à un simulacre d’élection présidentielle.
Même s’il en était ainsi, les sénégalais pensent qu’après ce qui s’est passé le 28 septembre en Guinée, le président Wade s’empresserait d’être parmi les premiers à exprimer son désaveu au Capitaine Dadis Camara.
En effet, il est désormais évident que le Capitaine Dadis Camara qui, à moins d’une année de pouvoir, compte à son actif une centaine de morts et plusieurs centaines de blessés, va par la force des choses plonger la Guinée dans une dictature aveugle.
Si la communauté internationale ne se résout pas ici et maintenant, au fameux concept de Bernard Kouchner, à savoir « l’ingérence humanitaire » pour secourir le peuple de Guinée qui n’a connu depuis plus d’un demi siècle que des pouvoirs illégitimes, oppressifs, arbitraires et sanguinaires.
De toute façon, la preuve est faite que pour arriver à ses fins, le Capitaine Dadis Camara peut compter sur ses forces de sécurité. Or, il est constant que quiconque utilise les forces de sécurité d’un pays à des fins personnelles, commet une violation grave de l’article 2 de la Déclaration des droits de l’homme. Le fait de violer délibérément les droits de l’homme pour assujettir tout un peuple, pourrait être assimilé à ce garde-fou né à Nuremberg et confirmé à Rome, à savoir : « crime contre l’humanité ». Une action internationale concertée, pour secourir le peuple de Guinée, ne manque donc pas de fondements à la fois moral et juridique.
Mais que l’on ne s’y méprenne pas, parce qu’en entendant le Capitaine Dadis Camara déclarer gaillardement sur RFI : « je n’étais pas AU terrain », l’on se fait une idée sur l’homme et ses camarades. En tout cas, on est tenté de croire qu’en Guinée, les dictateurs s’étaient attachés à conserver et à perpétuer ce type de militaires d’antan, qui à force de conditionnement, sont atteints de psychose catatonique et croient que les forces de sécurité sont seulement faites de « commandement et d’exécution ».
Heureusement qu’au Sénégal, le niveau à partir duquel l’officier est recruté, tout autant que la qualité de formation des gradés sont plus que satisfaisants et, c’est cela qui explique que le régime de l’alternance préfère piétiner la loi en utilisant les auxiliaires de police et de gendarmerie pour violenter les populations.
A cet égard, et à titre préventif, il paraît important que Wade se souvienne que lorsque le PDS a boycotté les élections locales et entrepris des actions dont l’ampleur commençait à déborder les forces de sécurité sur le terrain, l’armée à refuser de déployer des parachutistes armés ; la raison principale étant qu’il ne s’agissait pas d’ennemis, mais de sénégalais ayant une vue différente de celle des gouvernants. Nous avons donc une armée républicaine.

Awa


Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State