Référence multimedia du sénégal
.
Google

PHOTOS - La folie aux billets de banque: quand l'argent envahit la scène

Article Lu 11440 fois

L’étoile montante du Sénégal oriental et de la communauté mandingue serait-il venue avec de la Baraka ? Voilà une interrogation qui ne laisse personne indifférent. Lors de sa soirée dansante qui s’est tenue dans l’enceinte du camp militaire Fodé Bâ, Djiby Dramé, une véritable bête de scène a surpris plus d’un et déliré devant de nombreux inconditionnels. Mais, ce qui a fait l’événement au cours de la soirée, c’est la somme d’argent qui a été sortie par les émigrés au cours de cette soirée.



PHOTOS - La folie aux billets de banque: quand l'argent envahit la scène
Arrivé sur la terre des hommes le samedi dernier pour gratifier son public de ses envolées lyriques le même jour, Djiby et le "Anka Wuli" ont trouvé sur place un ciel qui attendait 20 heures pour ouvrir ses vannes jusque tard dans la nuit. Donc, la suite vous le devinez sans nul doute. Il fallait aussitôt reporter la soirée le lendemain c’est à dire le dimanche. Et les populations n’attendaient que cela. Dès minuit quarante cinq minutes l’enfant chéri de Tambacounda est monté sur scène comme à l’accoutumée avec des ensembles de Bazin qui ne laissaient personne indifférent. Ce fut alors la concurrence entre les émigrés et les hommes les plus nantis du terroir.

Google

A chaque fois qu’on chantait quelqu’un les liasses de billets de banque sortaient comme si la pauvreté du département s’était transformée en une richesse que personne ne pouvait imaginer. Les gens les plus remarqués étaient Thierno Moussa Sakho, Marie Prosper Biès tous deux émigrés, Bambo Cissokho, Chef de village de Tenkoto et de la marraine Adja Aya Ndiaye représentée par une de ses filles Fanta Soumaré. De petits billets on en voyait pas. Des 5000 f et 10.000 Fcfa étaient à l’honneur. Du guitariste au percussionniste en passant par le batteur, chacun y trouvait son compte devant une foule émue. En deux heures et presque vingt minutes, personne ne pouvait dire combien le fier griot avait encaissé sur scène.

"Nous sommes des Sarakholés et on est nés dans ça" nous disait Thierno Sakho qui avait dû mal à dire exactement le montant qu’il a donné à l’homme aux basins. Et d’ajouter " j’ai emmené toute ma famille et des gens qui me sont chers et le billet était à 3000 et 5000 Fcfa Vip" renchérit-il. Après monsieur Sakho c’était au tour de Marie Prosper, une autre émigrée établie en Belgique qui ne pouvait pas se retenir esquissant des pas de danses en donnant en même temps, ses billets.

Mais, la palme revenait au chef de village aurifère de Tenkoto. "Je sais que j’ai donné plus que les montants de mes deux prédécesseurs réunis" nous confiait M. Cissokho. Au moment où l’homme aux Bazin recevait ses sommes faramineuses pour une contrée réputée la plus pauvre, d’autres personnes n’avaient que leurs pieds pour montrer leur satisfaction. Ce fut le cas des militaires et même des journalistes qui étaient complètement en transes et au bord des larmes."Hé Allah, hé Allah, hé Allah (Oh mon dieu, Oh mon dieu, Oh mon dieu), je reviendrai à Kédougou", disait le jeune artiste avec un ton enrageur.

"Nous sommes très satisfaites de l’organisation de cette soirée," indiquaient les deux organisatrices répondant au noms de Coumba Thiom et de Brigitte Traoré. Il faut dire de 2000 à nos jours Djiby Dramé a ravi la vedette à tous les chanteurs qui ont foulé la terre des hommes comme Assane Mboup, Alioune Mbaye Nder, Baba Maal,Dread Maxim, Fata et Phillip Monteiro. Aujourd’hui, cette réaction sans précédent, des populations de Kédougou Est restée gravée dans la mémoire de la nouvelle coqueluche de Tamba. Après le terroir de Amath Dansokho, ce sera le tour de Sédhiou, selon nous sources.

Source: SUD QUOTIDIEN / TAMBACOUNDA.INFO

Article Lu 11440 fois

Mercredi 15 Août 2007





1.Posté par xcvbn,dfghjkl le 15/08/2007 17:49
Ils sont là en france à vivre de RMI et d'allocations familliales pour partir au bled les dépensés.
Le pir c'est qu'il ne travaille pas en france et ne font qu'enculer les toubabs en prétendant être des marabouts très doués.
Ils le regreterons le jour du jugement dernier.
Ce n'est pas de la maichanceté mais de l'entonnement de la part de certain qui se prenne pour des seigneur au bled.
Wa sallam

2.Posté par SYLLA le 15/08/2007 19:08
Promi à Sédhiou il sera acceuilli dans l'honneur et la dignité,s'il veut nous lui étalerons un tapis rouge,mais nos sous ne sont pas destinés à étre distribuer sans compter à un griot.Nous lui donnerons à manger,à boire et à coucher mais le tout dans la mesure du possible.Ce qui s'est passé à Kédougou date du passé,ces pratiques été plus courrantes au Mali,on pouvait offrir une maison ou vider son compte bancaire pour un griot,mais pour ceux qui connaissent le Mali demandé les ils vous dirons l'état du pays.Alors vigilance.

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State