Référence multimedia du sénégal
.
Google

[PHOTOS] ENTRETIEN avec le couple Me Badou - Déguène Chimère Diallo «Nous nous sommes mariés sans s'embrasser»

Article Lu 17626 fois

Ce mercredi 10 octobre, après-midi de ramadan, juste derrière le camp de rééducation du Fort B, le quartier des Maristes s'emmure dans ses pourtours d'encoignure chic. Il est bientôt l'heure de la rupture du jeûne et la rue charme le silence. Seules quelques ombres indifférentes, des vigiles du coin, végètent de leur zèle bluffant. Ce qui était hier encore une zone «inhabitable», une forêt aux flaques d'eau stagnantes, un endroit négligé, s'est mué en zone résidentielle, nouveau repaire de la «bonne société dakaroise», avocats, ministres et hauts dignitaires de la République. La mansarde qui flirtait avec la prison a fait place à cette cité aux dorures intimistes. Il n'est pourtant pas facile de retrouver la demeure de Me Abdoulaye Babou et de Déguéne Chimère Diallo. Aux sempiternelles «tournez à gauche», «tournez à droite» viennent se greffer les chichis commandés de midinettes capricieuses qu'il faut presque supplier pour qu'elles vous indiquent «Chez Me Babou».

Le vigile lui, est là, solide à son poste. Trahi par son accent sérère, le boy «du couple le plus heureux de la terre», joue au majordome et jongle avec le protocole d'usage : «Entrez et asseyez-vous.» Volontiers !

Me Abdoulaye Babou lui est bien là, mais sans son épouse. L'avocat-député trône dans son salon au luxe constant, tapissé des effigies de Cheikh Ahmadou Bamba. Il sort soudain de sa retenue : «Serigne Touba, c'est mon tout. C'est à lui que je dois tout.» L'hôte du jour campe déjà son personnage.

L'homme politique, au milieu de ses aises, zappe sur i Télé, sa chaîne préférée, et tombe sur le journal de Maya Lauque, présentatrice du 20h, qui relate un accident d'un bus scolaire dont le chauffeur était ivre-mort à Nanterre (région parisienne). Le prétexte est alors tout trouvé pour parler encore de Touba. Me Babou : « C est semblable à ce qui s'est passé avant-hier à Mbacké quand un marabout ivre-mort a heurté de plein fouet une maison faisant plusieurs dégâts.» Visiblement choqué par l'incident, ce représentant du peuple révèle que c'est «sur la route de Kaël un quartier de Mbacké, que l'on vend ces produits illicites» et avoue qu'il a «interpellé sur le sujet, le ministre de l'Intérieur, Me Ousmane Ngom à l Assemblée nationale». Il affirme même : «Nous (les 8 élus de Mbacké : sénateurs et députés confondus, Ndlr) allons descendre chaque week-end à la base pour sensibiliser les populations.» Ce débat est donc clos pour le moment. Son propos s'emballe, virant au sérieux, mais est interrompu par des toc-tocs maniérés. Me Babou, aux anges et pas peu fier, lance à la cantonade : « C'est votre maman, madame Babou qui arrive.» Déguéne Chimère Diallo est là, imposante, sensuelle, la démarche ondulante et les effluves d'encens qui se dégagent de ses mains molles et douces. Le poignet de main est élastique. Mais, pas le temps de vraiment échanger. L'heure est à la coupure du jeûne. Avant un touchant «Nous-Deux» où le couple se raconte comme jamais il ne l'a fait auparavant.



[PHOTOS] ENTRETIEN avec le couple Me Badou - Déguène Chimère Diallo «Nous nous sommes mariés sans s'embrasser»
ME ABDOULAYE BABOU-DEGUENE CHIMERE DIALLO

«Nous nous sommes mariés sans s'embrasser»

En quelle année, vous-êtes vous connus?


Déguène Chimère : Nous nous sommes connus le 26 juin 1997, lors d'un Magal de Touba. J'étais en couverture médiatique avec la Radio Dunyaa et «Papa» (c'est comme ça qu'elle appelle son mari) était l'invité d'honneur de Serigne Kosso Mbacké. Vers 5 h du matin, Serigne Kosso m'a appelée dans son salon où j'ai trouvé «Papa». Et là, il a fait la présentation, a pris nos deux mains et nous a dit: «Vous deux, Serigne Touba a uni vos destins. Me, si vous prenez Deguène comme épouse, sachez que c'est le meilleur choix que vous puissiez prendre.» Après ce jour, nous ne nous sommes plus revus.

Me Babou : Oui, nous ne nous étions plus revus! Déguènea oublié de vous dire qu'on nous a présentés alors qu'il pleuvait des cordes sur Touba. Et, ce fut aussi le dernier Magal de Serigne Kosso Mbacké. Si j'y repense, je crois que nous nous sommes revus en 1999. Je venais pour changer mon décodeur à Excaf, où travaillait Déguène.

Déguène Chimère : Je revenais juste de mon premier pèlerinage à La Mecque, le vendredi et le lundi quand je suis allée travailler (...)

Me Babou : Non, c'est le samedi.

Déguène Chimère : Non, je suis revenue le vendredi «Papa». Donc, le lundi à la descente du boulot à midi, je l'ai rencontré à la porte. Lui allait chercher son décodeur Excaf et moi je rentrais chez moi. On s'est dit bonjour et il m'a dit que la veille seulement, il demandait de mes nouvelles à la veuve de Serigne Kosso Mbacké qui s'appelle Marème Mbacké. II a demandé à me parler, mais je lui ai répondu non, lui demandant de passer chez moi, si ça lui tient à coeur. Parce qu'on était dans la rue, et l'endroit était mal placé pour parler. Je lui ai donné mon numéro, il est passé me voir le lundi après-midi et nous nous sommes mariés le dimanche qui a suivi.

Me Babou : Et je vais ajouter que nous nous sommes mariés sans même s'embrasser. Et c'est vrai ce que je suis en train de vous dire là.

Même si vous ne vous êtes plus revus jusqu'en 1999, vous arrivait-il de penser l'un à l'autre ?

Me Babou : Tout à fait. Je crois que dans cette rencontre, il y a eu quelque chose de magique.

Déguène Chimère: Oui, mais de divin, je dirais.

[PHOTOS] ENTRETIEN avec le couple Me Badou - Déguène Chimère Diallo «Nous nous sommes mariés sans s'embrasser»
Me Babou : C'est quelque chose d'inexplicable. On y croit ou l'on n'y croit pas. Et comme on dit, quand on trouve chaussure à son pied, c'est vite fait. On n'a pas besoin de chercher de midi à quatorze heures. Cela veut dire que, si on trouve vraiment l'âme soeur, on n'a plus besoin de chercher ailleurs.

Déguène Chimère : En tout cas moi à la Kaaba, j'avais demandé au bon Dieu de me donner un bon mari, pieux, correct. Et je trouve tout cela en lui et je vous dis qu'il m'avait profondément marquée lors de notre première rencontre en 1997. Parce que, j'avais tout de suite vu que c'est un homme qui a une forte personnalité. J'adore cela chez un homme. Mes prières à la Kaaba ont été en quelque sorte exaucées.

Me Babou : Mieux encore, je vous dis que dans la vie, il ne faut pas blâmer les personnes qui ont connu des divorces, elles ne sont pas mauvaises. Ce qui est important, c'est de trouver la bonne personne, l'âme soeur, la chaussure à son pied. Notre chance, c'est que ça colle véritablement entre nous deux.

Déguène Chimère: Je l'ai aimé... (son mari l'interrompt)

Me Babou : Je l'ai aimé, ce n'est pas suffisant, c'est trop superficiel. La vie de famille, les enfants, c'est plus qu'aimer. C'est un tout. Le tout, c'est quoi ? La manière dont on parle, dont on coordonne, dont on gère les invités qui viennent nous voir, nos enfants... Tout ça, vous pouvez vous aimer et vous heurter sur ces réalités. Et ce n'est pas le cas avec elle, on est bien sur tous les plans et l'on rend grâce au bon Dieu. Si je vous dis que c'est elle qui m'a appris à lire le Coran, vous n'allez pas me croire. Je récite maintenant comme je veux.

[PHOTOS] ENTRETIEN avec le couple Me Badou - Déguène Chimère Diallo «Nous nous sommes mariés sans s'embrasser»
Pensez-vous que l'intervention du marabout a été décisive ?

Me Babou : Ah, absolument ! La baraka est venue de là. Nous, nous entendons parfaitement. Je dirais que nous sommes un couple rare.

Déguène Chimère : Peut-être qu'il avait une vision pour nous deux. En plus, c'était le jour de mon anniversaire ...On fréquentait Serigne Kosso mais de manière individuelle. Lui, c'était son ami et moi sa femme était comme une soeur.

Comment gérez-vous votre quotidien ?

Me Babou : Notre quotidien? Au réveil, chacun va à son boulot. Moi, je vais au tribunal, puis au cabinet (...)

Déguène Chimère : Non, non «Papa», ça ne commence pas comme ça. «Papa», le quotidien, ils ont dit! Ca commence la nuit, quand je choisis vos habits, quand je cire les chaussures et tout ce qui tourne autour pour préparer le lendemain.

Me Babou : Oui, oui! D'accord, elle est une vraie «domou ndar», je vous dis. Donc, disons la nuit. C'est elle qui choisit mes habits, parfois on ne tombe pas d'accord parce qu'elle est plus huppée que moi. C'est une Saint-louisienne et puis, elle a étudié ça en France.

Déguène Chimère : Le soir, je sors mon matériel de cirage, je repasse les habits. Ensuite, on passe au massage des pieds, à la pédicure et à la manucure. On fait le masque et le gommage... C'est que j'adore prendre soin de lui et parfois ça l'agace. II est pressé de partir et je le retiens pour ses soins. Je ne peux plus m'en passer. Partout où l'on est, je suis là à regarder ses pieds, ses mains, son nez...

Pourquoi avoir choisi «Papa» pour nommer votre époux ?

Déguène Chimère : Vous savez, quand je l'appelle «Papa», ce n'est pas anodin, c'est lourd de sens. J'éprouve un profond amour, un profond respect au sens noble du terme. II est tout pour moi.

Me Babou : Comme vous avez tout été pour ma maman chérie. Je vous dis que ma maman était là malade, immobile et c'est elle qui s'occupait d'elle. Quand elle est décédée, c'est sa propre mère qui lui a fait la toilette mortuaire. Je lui dois tout, beaucoup de choses. Elle a un coeur d'or.

Tous les deux vous avez connu des mariages antérieurs, vos proches ont-ils accepté votre union ?

Me Babou : C'est vrai, j'ai divorcé d'avec Me Ndèye Fatou Touré. Et mes enfants acceptent que je vive aujourd'hui avec Déguène. D'ailleurs, elle entretient de très bons rapports avec mes enfants. Ils l'aiment plus que moi, ils sont attachés à elle comme pas possible. Ils vont ensemble au parc Hann, à la plage ...Et puis,j'ai de grands enfants, s'ils ne s'entendaient pas avec elle, qu'allais-je faire ? Même mes filles, pour leurs problèmes personnels, s'adressent à elle. II ne faut pas aussi perdre de vue que j'ai eu des enfants d'autres couches, donc si elle ne me comprenait pas, cela allait être autre chose. Ils viennent ici quand ils veulent, mais vivent avec leur mère. C'est elle qui se charge de leur éducation et je sais qu'elle le fait très bien. Ensuite, Déguène aussi n'exclut pas sa partition dans tout ça. Elle fait son possible. Ce que je déplore par contre, c'est que je ne trouve pas de solution pour leur transmettre ces expériences que j'ai eues dans la vie. Ce que j'ai vécu, je ne peux leur faire vivre cela, mais j'aurais aimé qu'ils comprennent que tout n'est pas facile dans la vie. II ne faut pas toujours compter sur papa et maman. II faut savoir se battre, d'une manière honnête et disciplinée. C'est difficile d'ancrer cela dans leurs têtes parce qu'ils ne vivent pas ces réalités. Tout ce qu'ils veulent, ils l'ont.

[PHOTOS] ENTRETIEN avec le couple Me Badou - Déguène Chimère Diallo «Nous nous sommes mariés sans s'embrasser»
Déguène Chimère : Je n'ai pas eu d'enfants de mon mariage antérieur. Tous mes proches ont accepté que je me marie avec mon «Papa». Ses enfants m'acceptent bien. Je suis leur maman. Ce sont mes complices, mes compagnons de bal. Ils se confient à moi et c'est moi qui transmets véritablement leurs soucis et problèmes à leur père.

Vous avez tantôt parlé de différence d'âge entre vous et votre ex-époux. Qui est plus âgé entre vous et Me Babou ?

Déguène Chimère : C'est «Papa» qui est le plus âgé. Mais la différence d'âge n'est pas énorme. Moi quelquefois, j'ai l'impression même que je suis plus vieille que lui. Je joue le rôle de mère, j'ai un autre regard sur lui. Celui d'une maman avant et après tout.

Me Babou : Elle m'aide beaucoup dans mes prises de décisions. Elle a toujours un avis motivé. Ce qui est le plus important, c'est la paix. On se suffit, il nous arrive de penser la même chose.

Déguène Chimère, y a-t-il une différence entre l'époux avocat et l'époux ministre ?

Déguène Chimère : II était avocat quand je l'ai connu. Mon problème, ce n'est pas son statut mais la personne. Le fait qu'il soit ministre n'a rien changé à notre vie, à notre amour. II aurait été président de la République, ça n'aurait rien changé pour moi. Je ne le sens même pas.

Me Babou : C'est que les choses de la vie là, ça ne nous tourne pas la tête. Ministre ou non, c'est la même chose entre nous deux. On a trouvé notre voie, c'est l'essentiel.

Parlez-nous de Me Babou en tant que père et époux ?

Déguène Chimère : C'est un «papa poule», «mari gâteau». II est bien comme père et comme époux aussi, il ne cesse de me rendre heureuse. Je suis très gâtée, je ne manque de rien. II ne sait pas refuser quelque chose à sa femme, il essaie de réaliser mes rêves d'enfant sans que je le lui demande. II ne m'est jamais arrivé dans mon couple de penser que mon mari est en train de courir derrière les femmes ou autre chose. Non, je le connais (...)

Me Babou: Même si une femme me fait les yeux doux, je le lui raconte.

Avez-vous des enfants ?

Déguène Chimère . Non, malheureusement nous n'avons pas encore d'enfants. Mais ses enfants sont les miens.Sa grande-fille qui s'est mariée et qui vit présentement à Bordeaux, m'appelle souvent au téléphone. Elle me dit : «Maman, écoute, j'ai fait ceci, j'ai fait cela...» Le jour de son mariage, Ndèye Fatou Touré m'a dit: «Deguène c'est votre fille.» Je la vois aujourd'hui comme telle. J'ai très tôt accepté la volonté divine. II ne m'a pas encore donné d'enfants et je l'accepte.

Me Babou : Si nous avions des enfants, ce serait très beau, mais on accepte la volonté divine.

Pensez-vous à cela souvent ?

Déguène Chimère : Je vais vous dire, mon rêve le plus fou aurait été que de cette union naisse un petit Mohamed. Mais, à travers ma petite vie d'animatrice, j'ai eu à voir des femmes qui durant quinze voire vingt ans se sont soignées, elles ont tout fait pour avoir des enfants. Qu'est-ce qui s'est passé après ? Elles ne se sont jamais levées de leur lit d'accouchement. Pour dire tout simplement, qu'il ne faut pas courir derrière quelque chose. Je n'ai pas le droit de pleurer sur mon sort. Bilahi ! Je n'en ai pas le droit! Ma voiture est tout le temps remplie d'enfants. C'est ma manière de vivre qui ne me fait pas ressentir un certain handicap. J'ai en plus des enfants qui m'adorent, ceux de ma soeur (en pointant du doigt une coquette drianké assise à même la moquette), sans oublier ceux de "Papa". Moi j'ai la foi et je ne vois que cela. Nous nous limitons à ce que le bon Dieu a bien voulu nous donner (...)

Me Babou : Et on est très contents.

Vous semblez être très heureux. N'avez-vous jamais eu des bisbilles entre vous ?

Déguène Chimère : Non, nous ne nous sommes jamais disputés. Quand on se fâche, c'est pour de petites choses pas méchantes, des choses qui ne sont pas importantes. Par exemple pour le choix des habits qu'il doit porter le lendemain. Mais vraiment, il n'y a jamais eu de disputes méchantes. C'est vrai que l'amour existe, mais il faut le mettre sur le compte de la foi. II faut mettre dans le couple une dose de ce subjectivisme religieux qui aide à réussir. Sinon, vous mettez en péril votre vie de couple. Franchement, nous avons dépassé ce stade.

Croyez-vous au destin ?

Déguène Chimère: Nous croyons au destin, c'est l'oeuvre de Dieu, notre union. A côté de l'échec, il y a le succès. II faut chercher pour trouver, y mettre de la volonté. Je lui fais totalement confiance et lui pareillement. La vie de couple, ce n'est que la communication, il n'y a pas de secrets entre nous, ni de sujets tabous.

Me Babou, songez-vous à prendre une seconde épouse ?

Me Babou : Soubhan'Allah ! Jamais de la vie. Je suis bien avec ma femme, que vais-je chercher ailleurs ? Même draguer ou regarder une autre femme, ce n'est pas mon truc. Ce que cherche tout homme, c'est la paix,je l'ai trouvée depuis près de 10 ans maintenant.

Déguène Chimère, comment arrivez-vous à ferrer votre mari ?

Me Babou : (Il coupe) Moi aussi, j'aime me faire ferrer par elle ...(rires)

Déguène Chimère : C'est tout simplement la communication. C'est ce qui manque dans les couples sénégalais. Depuis-près de 15 ans que j'anime des émissions interactives, toutes les femmes que je rencontre, les problèmes de leur couple résultent de ce fait. II y a un déficit criard de communication dans les couples. Les femmes devraient communiquer un peu plus avec leurs époux. Et puis l'émancipation, je n'y crois pas trop. Un homme, il faut être sa servante, répondre à tous ses désirs. J'adore gaver mon mari, je veille à tout, tout je vous dis. J'ai même de petits ciseaux pour couper les poils qui dépassent de son nez, et d'autres petites astuces dont moi seul garde le secret. Je lui dis souvent: «Papa, tout ce que je veux que vous me garantissiez, c'est d'être votre Ouroul Ayni au paradis.» Nous sommes de signe Cancer tous les deux.

Vous êtes un couple très heureux, qu'auriez-vous à demander en plus à Dieu ?

Me Babou :Qu'il me donne encore plus de volonté pour me vouer à Lui. La bataille se trouve aujourd'hui à ce niveau. Je suis très gêné parce que je n'ai pas encore fait ma prière du Guéwé (il jette un coup d'oeil à l'horloge du salon qui marquait 22 heures). Je surprends parfois mon monde. On n'arrive pas à faire la différence entre le Me Babou qui crie, qui râle, qui s'excite et une vie intérieure aussi paisible.

Déguène Chimère : Vous savez, il ne vous le dira jamais. Je ne me rappelle pas, cela fait au moins sept ans, de l'avoir trouvé encore sous les draps à 3 heures du matin. II est toujours en train de prier. Et puis, il jeûne pratiquement toute l'année. Donc, notre vie se résume à la foi.

Un dernier souhait...

Me Babou : Ce que je souhaite le plus au monde aujourd'hui, c'est d'avoir 15 Déguène Chimère au paradis. J'ai cherché mon pied gauche et je l'ai trouvé. Donc, je conseille à tout le monde d'en faire autant.

...Par Aissatou THIOYE, Pape Sambaré NDOUR et Seynabou DRAME
Source: Weekend Magazine

Article Lu 17626 fois

Samedi 27 Octobre 2007





1.Posté par verite le 27/10/2007 04:48
que leur nobelle contunue avec bonheur et beaucoup de sante.

2.Posté par sow le 27/10/2007 07:05
Traitre tes histoires amoureuses ne nous interesse nt pas

3.Posté par mob le 27/10/2007 10:59
wa yen boulen yakh journal bi babou mi rewmi takhou nko diok khana amolene lou guene bindeu

4.Posté par thiam le 27/10/2007 12:16
luxe total!!! yene dé yegoulene dara yokou dundu bi dé laloulene!!!!!macharllah mdr!!!

5.Posté par BENAWAAY le 27/10/2007 12:51
DEGUENE CHIMERE QUE FAIRE AVEC CE CHIMPANZE DE BOOBOO OU BABOU.
CE VENDU,CORROMPU.
CET HOMME À LA CONSCIENCE D'ANIMAL..
CHIMERE,SI TU CROIS EN DIEU COMME TU DIS,CET HOMME N'EST PAS TON MARI MAIS SERA TON MALHEUR.IL NE CROIS PAS EN DIEU MAIS À SATAN ET CIES(ABLAYE WADE,ARGENT...)

6.Posté par alain le 27/10/2007 13:50
on s'en fout royalement.....

7.Posté par makhtar babou le 27/10/2007 15:04
c ton fils makhtar babou depuis ITALIE je tres content AGURI

8.Posté par gorgorlu le 27/10/2007 19:15
lu ngiou lék la ngiou tal

9.Posté par AMignon le 27/10/2007 23:10
On s'est marie sans s'embrasser. Je ne sais qui est le plus nul: le maitre ou le journaliste. M'enfin!!!

10.Posté par eve le 27/10/2007 23:26
tres genial vous etes une reference on vous dit une bonne continuation.
tres fiere de vous en tant que femme que Dieu vous bennisse et vous preserve du malheur.

11.Posté par Dïeugg le 28/10/2007 13:56
S'ils avaient passé leur jeunesse, ils ne seraient pas aussi enthousiastes devant l'amour. Mais mieux vaut tard que jamais. Qui peut nous dire qui sont ces guignoles qui s'affichent comme des modous modous.

12.Posté par aboubacry le 28/10/2007 16:40
c'est qui ceux là ?? moi je les connais meme pas y'a pas autres choses de plus serieux que caaaaaaaaaaaaaaaaaaaa??????

13.Posté par deug le 29/10/2007 10:23
rew rek mo len diap !!! rouss len khalé nak

14.Posté par sokho le 29/10/2007 11:32
Ndéye fatou touré, n'a pas été ta seule ex épouse, maitre je te rectifie, tua s oublié RITOU que tu as humuliée, épousée, fais 4 enfants puis abandonnée avec ses enfants elle repartie vivre dans sa chambre de jeune fille.

TOROKHAL les femmes Moy sa metier

15.Posté par karim le 29/10/2007 12:24
Celui ou celle à qui ça n' intérrésse pas , peut s' abstenir et ne pas lire . Dégueune est une femme superbe et nous l' aimons bien pour avoir grandi avec elle au Point - E .Toujours agréable , mok potch .Que Dieu vos garde toi et Me Babou .Bonne continuation grande soeur , j' aime bien tes émissions .

16.Posté par abdou le 29/10/2007 12:30
man de khmna metre babou leegui amna khaliss yegatoul thoonayi am senegal ak senegal leegui nimou gena mette ah doyna waar de .

17.Posté par Halguong le 29/10/2007 14:17
Mais Aïssatou THIOYE? Pape Sambé NDOUR et Seynabou DRAME, Babou vous a collé combien de CFA pour nous raconter tous ces conneries

18.Posté par fatima le 01/11/2007 15:00
papa maman je vous adore YAlla nguéne fi yague .


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Mercredi 7 Décembre 2016 - 12:16 NDIGUEUL DU KHALIFE DES MOURIDES: 500F par personne

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State