Référence multimedia du sénégal
.
Google

PÊCHE ILLÉGALE EN GUINEE-BISSAU : 520 Sénégalais libérés

Article Lu 1567 fois

(BISSAU) En déplacement mercredi à Bissau, le ministre de l’Economie maritime et de la Pêche a rassuré les 520 pêcheurs sénégalais dont les embarcations sont arraisonnées dans ce pays. Mais Koureychi Thiam s’est aussi déchargé sur les propriétaires des bateaux coréens qu’il accuse d’avoir mis les pêcheurs sénégalais dans cette sale affaire.



PÊCHE ILLÉGALE EN GUINEE-BISSAU : 520 Sénégalais libérés
Port de Bissau. Il est 11 h 45. Le soleil darde ses rayons, mais la mer en face apporte un peu de fraîcheur. En voyant venir les deux vedettes vers eux, les 520 pêcheurs sénégalais montrent des signes de satisfaction. Ils jubilent et s’agitent à l’intérieur des bateaux coréens où ils logent depuis plus d’un mois. Les uns torse nu, les autres brandissant leur boubou et criant à se rompre la gorge : « Gnibi Sénégal ! » « Gnibi Sénégal ! » (On veut rentrer au Sénégal). Quand les deux vedettes accostent à bord du « Kwang Il », l’un des deux bateaux coréens, les pêcheurs semblent ne pas croire ce qu’ils voient : l’arrivée du ministre de la pêche. Pourtant Koureychi Thiam va les rejoindre à bord du bateau, créant ainsi un grand tohu-bohu. A l’intérieur du bateau, une quarantaine de moteurs de pirogues ainsi que des filets de pêche sont à même le sol. Des gamelles en aluminium sont superposées dans un coin du bateau. « On n’a aucun problème ici à part le manque d’eau. Mais ce que nous voulons, c’est rentrer seulement », confie Fallou Ndiaye, un des 248 pêcheurs saint-louisiens à bord du « Kwang Il ».

S’adressant à eux, Koureychi Thiam exprime d’abord son sentiment de solidarité à « ces jeunes compatriotes » qui sont en souffrance à Bissau depuis le 15 septembre. Mais le ministre de l’Economie maritime ne prend pas des gants pour accuser deux armateurs coréens d’avoir mis ces jeunes pêcheurs sénégalais dans des difficultés. « Cette situation ne peut pas durer, il y a de la piraterie de la part des capitaines des deux vaisseaux coréens. Ce sont eux qui vous ont mis dans cette situation, ce qu’on ne laissera pas continuer », a martelé Koureychi Thiam. Pour lui, le Sénégal ne laissera pas faire et ne compte guère abandonner les jeunes pêcheurs.

L’amende infligée aux Coréens est de 160 millions FCFA

Dans le même temps, le ministre sénégalais de l’Economie maritime va dénoncer tout ce qui a été dit dans cette affaire. Pour lui, « il y a eu beaucoup de mensonges autour de cette affaire. On dit que vous étiez prisonniers de la Guinée-Bissau. Vous n’êtes pas prisonniers, vous êtes libres de partir quand vous voulez et où vous voulez », leur a-t-il signifié. En effet, depuis tout le temps que leurs pirogues ont été saisies, ces pêcheurs sont bien traités et sont libres de se déplacer à leur guise dans Bissau. Pour autant, Kouryechi Thiam reconnaît qu’ils sont confrontés à deux principaux problèmes. D’abord, ceux d’entre eux qui n’avaient pas de licence de la Guinée-Bissau, ont dû payer une forte amende aux autorités. De plus, les armateurs coréens avec qui ils avaient noué une convention, ne les ont pas encore payés. Ces deux obstacles pourront être levés si et seulement décident de payer l’amende de 160 millions (et non 250 millions Fcfa) qui leur a été infligée par les autorités bissau-guinéennes. A défaut, pense Koureychi Thiam, les deux bateaux seront vendus aux enchères et un montant sera prélevé pour payer les pêcheurs sénégalais. « Je vous assure, les coréens vous payeront d’une manière ou d’une autre », a promis le ministre de l’Economie maritime. Mercredi, avant le départ de Bissau, l’un des deux armateurs avait montré toute sa disposition à payer l’amende de 80 millions aux autorités de Guinée-Bissau. Ce qui est déjà un début de solution à cette affaire.

BISSAU RESTE FERME SUR LES AMENDES

C’est dans la nuit du 13 au 14 septembre, vers 3 heures du matin, que 80 embarcations artisanales sénégalaises avaient été arraisonnées par les gardes côtes bissau-guinéens alors qu’ils étaient dans les eaux de la Guinée Conakry.

Pour Bissau, les pêcheurs sénégalais sont de connivence avec les deux armateurs coréens qui ont pêché dans leurs eaux sans autorisation. Pourtant, quarante parmi ces pirogues ont leur licence de pêche délivrée par Bissau. Les autres, c’est-à-dire, les quarante embarcations qui restent, ainsi que les deux bateaux coréens n’ont aucune autorisation pour pêcher dans les eaux bissau-guinéennes. D’où leur arraisonnement assorti d’une amende que toutes les embarcations impliquées devront payer. M. Baldé, le ministre Bissau-guinéen de la Pêche précise pour sa part que la loi de la pêche de son pays ne permet de retenir aucune personne prisonnière. Pour autant, même si Bissau réaffirme son amitié avec le Sénégal, il reste ferme sur les amendes. Si les coréens doivent payer chacun 80 millions Fcfa, les pirogues sénégalaises qui sont détentrices de la licence doivent verser 15 millions Fcfa et celles qui n’ont aucun papier justifiant leur présence dans les côtes bissau-guinéennes ont la plus lourde amende. Elles doivent payer 30 millions Fcfa.

Maguette NDONG (Envoyé Spécial)
Source Le Soleil

Article Lu 1567 fois

Vendredi 16 Octobre 2009




Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State