Référence multimedia du sénégal
.
Google

PAYS PARMI LES PLUS CORROMPUS AU MONDE: Le Sénégal peine à sortir de la liste rouge

Article Lu 1547 fois

Avec le Cameroun, le Nigeria, le Ghana et l’Afrique du sud, le Sénégal a été épinglé une fois encore, cette année, par le rapport de l’Ong Transparency International. Dans un document intitulé « Le Baromètre de la corruption dans le monde en 2007 », le pays du président Wade, figure parmi les mauvais élèves de la classe. En Asie pacifique et en Amérique Latine, nombreux sont également les pays qui traînent les pieds sur les questions de transparence et de bonne gouvernance.



PAYS PARMI LES PLUS CORROMPUS AU MONDE: Le Sénégal peine à sortir de la liste rouge
Un constat alarmant pour le Sénégal ; en dépit de l’embellie et de l’optimisme que veulent encore afficher les autorités du pays, tout ne va pas pour le meilleur des mondes dans nos entreprises, nos services et autres marchés des travaux. Depuis quelques années, sur tous ces sujets, rares ont été les rapports publiés sur la corruption qui n’ont pas montré du doigt, une fois en passant, le Sénégal et ses pratiques administratives. C’est ainsi que le baromètre de Transparency International révèle encore que « Les pays les plus affectés par la corruption sont l’Albanie, le Cameroun, la Macédoine FYR, le Kosovo, le Nigeria, le Pakistan, les Philippines, la Roumanie et Sénégal. » Encore, on aurait pu dire.

En moyenne, notent les enquêteurs de l’Ong internationale qui s’active dans la lutte contre la corruption, « toutes les régions du monde à l’exception de l’Afrique sont très sceptiques quant à l’efficacité de l’action gouvernementale contre la corruption. En Afrique toutefois, le Ghana et le Nigeria se montrent très positifs et sont en tête de ce résultat. Le Cameroun, l’Afrique du Sud et le Sénégal quant à eux, se montrent plus critiques vis-à-vis de l’action gouvernementale. Les habitants d’Amérique du Nord et d’Europe ont un point de vue très négatif sur les efforts gouvernementaux dans ce domaine, alors qu’ils sont pourtant les moins susceptibles d’être amenés à verser des pots-de-vin. »

Ceci suggère, à les en croire que « ces individus sont sans doute plus concernés par les problèmes de corruption à grande échelle et d’implication de l’état au plus haut niveau. En Amérique du Nord et en Europe, relativement peu de gouvernement disposent de stratégies ou de politiques explicites de lutte contre la corruption, ce qui signifie qu’on accorde peu d’attention en général aux efforts anti-corruption dans le domaine public. Dans la région Asie–Pacifique, les critiques des efforts gouvernementaux pourraient être liés à l’augmentation de la petite corruption par rapport à l’année 2006. »

Le Baromètre mondial de la Corruption en 2007 montre aussi clairement que la corruption affecte les individus partout dans le monde, quels que soient leur origine géographique ou leur niveau de revenus. Cependant, les plus démunis sont les plus affectés dans toutes les sociétés, car ce sont eux qui paient, selon l’Ong, le prix de ces pratiques mafieuses. Le Baromètre mondial de la Corruption 2007 a montré aussi que l’opinion publique considère encore et toujours les Parlements et les partis politiques comme les institutions les plus gangrenées par la corruption. L’expérience des personnes sondées a ainsi révélé, selon les enquêtes, quant à elle « un niveau de corruption très important dans la police et le système judiciaire. Ainsi, les institutions-clés de la société, en particulier celles qui sont au centre de l’intégrité et de la transparence financière des gouvernements sont touchées. On ne peut douter que la corruption n’entache la légitimité d’un gouvernement et des gouvernants dans de nombreux pays. »

Une hausse de la petite corruption

Le Baromètre 2007 apporte également un éclairage plutôt décourageant : comparativement à 2006, la petite corruption n’a pas baissé, mais elle a au contraire augmenté dans plusieurs pays du monde. Ce climat d’extorsion vient fragiliser les efforts de lutte contre la corruption – ainsi que l’espoir que la situation puisse s’améliorer dans le futur. Partout dans le monde, on pense que les efforts des gouvernements pour mettre un terme à la corruption ne sont pas efficaces et que la corruption va s’accroître dans les années à venir.

A ce propos, le tableau ci-dessous montre le niveau de corruption, par rapport à chaque pays. On voit ainsi que dans certaines zones de la planète, il est quasiment impossible d’obtenir légalement un service sans une forme d’intervention. Si dans des pays de l’Union européenne, comme la France, l’Autriche, l’Islande, sont à 1 % de la population qui s’adonne à cette forme de pratique, dans les pays d’Afrique, comme le Cameroun (avec 79 %), le Nigeria (40 %) et le Sénégal (38 %), on semble battre tous les records.

Les résultats du Baromètre mondial sur la Corruption 2007 montrent que les gouvernements doivent intensifier leurs efforts pour assainir les services de base et pour prouver à leurs électeurs qu’ils sont engagés dans ce combat dans leurs discours comme dans leurs actes. Mais, les gouvernements ne sont pas les seuls à devoir prendre des initiatives contre la corruption, rappelle le rapport. Tous les partenaires de la lutte anti-corruption, au gouvernement, dans le secteur privé ou dans la société civile devraient redoubler d’efforts pour progresser et obtenir des résultats dans ce combat qui les oppose à la malfaisance et à la corruption.

Rappelons que Le Baromètre mondial de la Corruption 2007 est basé sur des données qui ont été recueillies auprès de 63 199 personnes dans 60 pays, entre juin et septembre 2007. Le sondage du Baromètre est réalisé chaque année depuis 2003 pour le compte de Transparency International par Gallup International dans le cadre du sondage général. Il faut aussi noter que le Baromètre mondial de la Corruption 2007 couvre sept pays qui ne figuraient pas dans l’édition 2006 : la Bosnie-Herzégovine, le Cambodge, l’Equateur, le Ghana, l’Irlande, la Lithuanie et le Vietnam.

Tableaux par pays

Personnes interrogées qui ont dû verser un pot-de-vin pour avoir accès à un service public Pays/Région du monde Pourcentage des personnes interrogées qui ont dû payer un pot-de-vin

Echantillon total 13%

Afrique 42%

Cameroun 79%
Ghana *
Nigeria 40%
Senegal 38%
Afrique du Sud 3%
Asie - Pacifique 22%
Cambodge 72%
Hong Kong 3%
Inde 25%
Indonésie 31%
Kosovo 67%
Macédoine FYR 44%
Pakistan 44%
Philippines 32% -*Vietnam 14% -*Union Européenne 5%
Autriche 1%
Bulgarie 7%
République Tchèque 13%
Danemark 2%
Finlande 2%
France 1%
Allemagne **
Grèce 27%
Islande 1%

Source: Sud Quotidien

Article Lu 1547 fois

Jeudi 13 Décembre 2007


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Mercredi 7 Décembre 2016 - 12:16 NDIGUEUL DU KHALIFE DES MOURIDES: 500F par personne

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State