Référence multimedia du sénégal
.
Google

PALESTINE : Frappes israéliennes à Gaza : 07 morts

Article Lu 1425 fois


Sept Palestiniens ont été tués hier dans deux opérations israéliennes distinctes dans la Bande de Gaza, dont un chef de l’Armée de l’Islam et trois membres de ce groupe revendiquant des liens avec al-Qaïda et visé pour la première fois par l’Etat hébreu.

Gaza - Quatre hommes ont été tués par un missile tiré en fin de journée par un appareil israélien sur le véhicule de type Pick-up à bord duquel ils circulaient dans le quartier de Zeitoun, dans l’est de Gaza, selon des témoins et une source médicale. Trois Palestiniens ont en outre péri dans un tir de char israélien au cours d’une incursion près de la ville de Beit Hanoun, dans le nord de la Bande de Gaza. Dans un appel téléphonique à l’Afp, une personne se présentant comme membre de l’Armée de l’Islam a confirmé que les quatre victimes de Gaza appartenaient à ce groupe qui a participé à l’enlèvement d’un soldat israélien, Gilad Shalit, en juin 2006 et kidnappé un journaliste britannique de la BBC, Alan Johnston, en mars. "Nous avons visé une voiture transportant des terroristes et des roquettes prêtes à être lancées", a affirmé un porte-parole de l’armée israélienne, sans donner d’autres précisions. Dans l’autre incident, dans le nord de la Bande de Gaza, trois Palestiniens ont été tués par le tir d’un char de l’armée israélienne, qui a effectué une incursion près de la ville de Beit Hanoun, selon une source médicale. Deux civils ont été tués dans ce tir, a précisé cette source. La troisième victime est un activiste, membre des Comités de la résistance populaire, selon ce groupe. Neuf Palestiniens ont également été blessés dans cette opération. L’armée a affirmé répliquer aux sept roquettes et aux 20 obus de mortiers tirés hier par des Palestiniens contre le territoire israélien.

EN BREF

ZIMBABWE - Harare et Téhéran contre les "brutes" occidentales

Les présidents zimbabwéen et iranien, Robert Mugabe et Mahmoud Ahmadinejad, envisagent de créer une "coalition pour la paix" en réaction aux critiques émises à leur encontre par le président américain, George W. Bush, a-t-on appris hier de sources officielles à Harare.

Le gouvernement zimbabwéen a confirmé que MM. Mugabe et Ahmadinejad s’étaient entretenus de la création d’une telle coalition, en marge de l’Assemblée générale de l’Onu à New York où George Bush s’en est pris mardi à leurs "régimes tyranniques". "Les Etats-Unis et leurs alliés sont si assoiffés de sang qu’ils ne veulent la paix nulle part dans le monde", a déclaré le vice-ministre de l’Information zimbabwéen, Bright Matonga. "Nos dirigeants estiment que les pays qui sont sur la même ligne de pensée doivent se regrouper et former une coalition qui traitera des questions de développement de manière constructive", a-t-il ajouté. Selon l’ambassadeur zimbabwéen aux Nations unies, Boniface Chidyausiku, cité par le quotidien d’Etat « The Herald », Mugabe et Ahmadinejad ont discuté de "thèmes d’intérêt commun" à New York.

NIGERIA - La présidente de l’Assemblée fautive

Une commission d’enquête a estimé hier que la présidente de l’Assemblée nigériane, Patricia Etteh, n’avait pas respecté les procédures lors de la rénovation, pour plusieurs millions de dollars, de son logement de fonction. L’Assemblée avait mis en place cette commission il y a deux semaines, pour déterminer si Patricia Etteh et son vice-président avaient respecté la loi lors de l’attribution de contrats évalués à près de 5 millions de dollars (3,6 millions d’euros) pour rénover et meubler leurs logements de fonction. Selon Mme Etteh, tout a été fait dans le respect des règles et le montant total des travaux ne s’élevait qu’à 1,8 million de dollars, mais la commission d’enquête en a jugé différemment. "La commission a conclu que les procédures habituelles n’avaient pas été respectées lors de l’attribution des contrats", a-t-elle affirmé en remettant son rapport à l’Assemblée. En particulier, la commission a relevé que l’appel d’offres pour les travaux n’avait pas été rendu public, que les entreprises en charge n’étaient pas enregistrées et que les dépenses n’avaient pas été provisionnées dans le budget 2007. L’Assemblée doit débattre du rapport de la commission d’enquête avant de décider du sort de sa présidente, mais le sujet a provoqué un scandale à travers le pays et beaucoup voient dans l’affaire un test pour la campagne anti-corruption du président Umaru Yar’Adua.

ESPAGNE - L’Eta justifie la poursuite de la lutte armée

Le groupe indépendantiste basque armé Eta s’est appliqué, dans son dernier bulletin interne, à justifier la poursuite de la lutte armée en faveur d’un "Pays basque libre", indique hier le journal indépendantiste basque « Gara ». "Les menaces, insultes, discours et toutes les stratégies d’oppression de l’ennemi deviennent stériles en un clin d’œil, face à la cohérence et à l’engagement de +guradis+ (combattants, ndr) qui (...) ont donné leur vie pour la liberté d’Euskal Herria" (le Pays basque, ndr), selon un extrait de ce "Zutabe", bulletin interne d’Eta, cité par « Gar »a. "Quand ceux qui oppriment et détruisent notre peuple nous disent qu’il n’y a aucune raison pour exercer la lutte armée, ils veulent seulement que nous, les Basques, acceptions l’oppression de l’Espagne et de la France, que nous acceptions le fait que nous ne soyons rien d’autre qu’une partie de leurs grands Etats", selon un nouvel extrait du numéro 112 du "Zutabe".

BIRMANIE - La junte militaire tente de mater le mouvement pro-démocratie

Au moins quatre personnes, dont trois moines bouddhistes, ont été tuées et cent autres blessées, dont 50 religieux, lors d’incidents avec les forces de sécurité qui ont réprimé hier des manifestations à Rangoon.

Ces informations ont été confirmées par un responsable qui a précisé que le bilan pour les bonzes concernait des incidents qui se sont produits à la célèbre pagode Shwedagon à Rangoon, point de ralliement des moines qui ont pris la tête de défilés quotidiens depuis le 18 septembre contre le régime militaire. Une centaine de manifestants, dont la moitié de bonzes, ont aussi été blessés, selon des témoins. Par ailleurs, quelque 200 personnes ont été arrêtées, selon ces sources. Parmi celles-ci se trouvent au moins une centaine de moines, a indiqué un diplomate étranger. La junte militaire en Birmanie a commencé hier à réprimer un mouvement de protestation qui agite le pays depuis plus de cinq semaines. En dépit de mises en garde répétées et de mesures de restriction, des dizaines de milliers de protestataires sont encore descendus dans les rues hier. Les forces de sécurité ont notamment chargé à coups de matraque, fait usage de gaz lacrymogènes et effectué des tirs de sommation pour tenter de disperser les défilés.


AFP
Source: Le Soleil

Article Lu 1425 fois

Jeudi 27 Septembre 2007


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 11:24 Un avion s'écrase au Pakistan, aucun survivant

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State