Référence multimedia du sénégal
.
Google

PAKISTAN : Dénouement heureux pour 300 écoliers otages des islamistes

Article Lu 1459 fois


Plus de 300 enfants, pris en otages hier dans une école du nord-ouest du Pakistan par des combattants islamistes lourdement armés, qui tentaient d’échapper à la Police, ont été relâchés après sept heures d’âpres négociations et les assaillants ont pu s’enfuir.

Peshawar - Sept (7) preneurs d’otages "se sont rendus aux membres d’une jirga (conseil de chefs de tribus et d’anciens), leur ont abandonné leurs armes et ont relâché les enfants", a déclaré hier en début de soirée le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Javed Cheema. L’un des négociateurs de la jirga a annoncé peu de temps après que ces hommes étaient ensuite repartis libres vers les zones tribales voisines, devenues le bastion d’insurgés proches d’al-Qaïda, comme ils l’avaient exigé en échange de la vie des enfants, dont les plus âgés avaient 10 ans.

Les militants islamistes s’étaient terrés dans cette école du village de Domaïl, à environ 250 km au sud-ouest d’Islamabad, pour échapper à la Police, qui avait mis en échec leur tentative d’enlèvement d’un médecin local. Dans la fusillade avant de pénétrer dans l’école, l’un des assaillants avait été tué et le médecin avait pris la fuite. "Ils étaient équipés de dynamite, de grenades, de fusils d’assaut et d’autres explosifs", a expliqué le négociateur de la jirga, Shah Abdul Aziz, précisant qu’ils détenaient en otage 315 écoliers et 10 enseignants. "Parce que la vie des enfants est précieuse, les anciens des tribus ont décidé de leur laisser le passage libre", a-t-il ajouté. "Quand les membres de la jirga sont entrés dans l’école, les enfants pleuraient, ils avaient faim et certains se sont même évanouis de peur", a raconté M. Aziz, ajoutant : "les assaillants nous ont répété qu’ils tueraient les enfants et se feraient exploser s’ils n’étaient pas autorisés à repartir libres".

En début de soirée, la Police avait levé le siège de l’école.

L’armée a lancé, depuis près d’une semaine, une offensive majeure dans un district des zones tribales, voisines de cette région et frontalières avec l’Afghanistan. L’opération cible des tribus pakistanaises fondamentalistes, des talibans afghans et des combattants étrangers du réseau islamiste al-Qaïda, qui a reconstitué ses forces dans cette zone, selon les Etats-unis.

En trois semaines, les combats dans les zones tribales ont fait plus de 200 morts chez les insurgés et une vingtaine dans les rangs des militaires, selon les bilans de l’armée.

Les affrontements entre l’armée et les insurgés islamistes dans les zones tribales ont redoublé d’intensité ces derniers mois. Ils avaient commencé dès la fin 2001 quand une coalition internationale emmenée par les Etats-unis avait chassé les talibans du pouvoir en Afghanistan, ainsi que de nombreux combattants et dirigeants d’al-Qaïda qu’ils avaient accueillis.

Des kamikazes proches de ces groupes islamistes ont fait de 2007 l’année la plus meurtrière de l’histoire du Pakistan, plus de 800 personnes ayant été tuées dans des attentats, des attaques suicide pour la quasi-totalité.

EN BREF * KENYA - 155 personnes arrêtées pour meurtre et incendie

Quelque 155 personnes accusées de meurtres et d’incendies volontaires ont été arrêtées au Kenya dans les villes de Nakuru (ouest) et Naivasha (nord de Nairobi), secouées par des violences politico-ethniques, a annoncé hier le chef de la Police kenyane, Mohamed Hussein Ali, lors d’un point de presse...

"Les accrochages semblent être de teneur ethnique. Les différentes communautés se vengent entre elles", a-t-il affirmé...

Le Kenya, l’un des pays d’Afrique les plus stables jusqu’à la fin de l’année dernière, traverse une crise majeure née de la contestation des résultats officiels de l’élection présidentielle. Le chef de l’Etat sortant Mwai Kibaki a été réélu, mais Raila Odinga revendique la victoire, affirmant que la compilation des résultats a été entachée de fraudes. En un mois, plus de 900 personnes ont été tuées dans les violences post-électorales et environ 250.000 personnes ont été déplacées. La Vallée du Rift est devenue l’épicentre de ces violences dans lesquelles s’affrontent notamment des membres des communautés kalenjin et luo, qui ont majoritairement soutenu M. Odinga et leurs voisins kikuyus, l’ethnie de M. Kibaki.

CÔTE-D’IVOIRE - La présidentielle "peut-être retardée"

L’élection présidentielle en Côte d’Ivoire, annoncée pour fin juin, sera "peut-être retardée un tout petit peu", a estimé à Ouagadougou le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner.

"C’était (prévu en) juin (2008). Maintenant, il y a des obstacles techniques" faisant que l’élection présidentielle va "peut-être être retardée un tout petit peu", a-t-il déclaré.

"La dernière fois, le président Gbagbo avait dit (juin)", a-t-il poursuivi en évoquant des discussions entre les chefs d’Etat ivoirien Laurent Gbagbo et français Nicolas Sarkozy au sommet Union européenne (Ue)-Afrique à Lisbonne en décembre.

"Mais il y a des impératifs techniques. Ce n’est pas grave que ce soit repoussé d’un ou deux mois, franchement, ce n’est pas ça le problème. Il faut que ça ait lieu cette année sûrement", a ajouté le ministre français...

La présidentielle en Côte d’Ivoire est prévue fin juin et aucun report n’a été annoncé. Mais le 23 janvier, un proche de M. Gbagbo avait estimé que le scrutin ne pourrait pas se tenir à cette date si toutes les conditions n’étaient pas réunies, notamment la fin des opérations de recensement et l’établissement des listes électorales.

ETATS-UNIS - Le sénateur Kennedy soutient Obama

Le sénateur du Massachusetts Edward Kennedy va apporter son soutien à la candidature de Barack Obama à l’investiture Démocrate. Selon une source proche du sénateur, "Ted" Kennedy, le plus jeune frère de John F. Kennedy, devrait en faire l’annonce à l’Université américaine à Washington. Il sera accompagné par sa nièce, Caroline Kennedy, la fille du président assassiné, qui a déjà apporté son soutien au sénateur de l’Illinois. Elle a écrit dimanche dans une tribune publiée dans le « New York Times » : "Je n’ai jamais eu un président qui m’a inspiré de la façon dont les gens m’ont dit que mon père les avait inspirés. Mais pour la première fois, je pense avoir trouvé l’homme qui pourrait être ce président - pas seulement pour moi mais pour une nouvelle génération d’Américains".

La désignation du candidat du parti Démocrate pour l’élection présidentielle de novembre divise le clan Kennedy.

Kathleen Kennedy Townsend, fille du sénateur Robert F. Kennedy et ex-gouverneur adjoint du Maryland, s’est ralliée à la sénatrice de New York Hillary Clinton...

"Bien que j’admire énormément le sénateur Obama, je connais Hillary Clinton depuis plus de 25 ans et j’ai vu de moi-même comment elle obtenait des résultats. En tant que femme, responsable et personne de conviction, je pense qu’Hillary Clinton serait le meilleur choix possible pour la présidence", ajoute-t-elle.

Décès du chef de l’Eglise de Grèce et du président de l’Eglise mormone

Le chef de l’Eglise orthodoxe de Grèce, l’archevêque d’Athènes Mgr Christodoulos, est décédé hier matin d’un cancer du foie...

Agé de 69 ans, ce religieux très influent et populaire dans le pays, où l’Eglise n’est pas séparée de l’Etat, avait été hospitalisé en août dans un hôpital de Miami (Etats-unis) pour une greffe qui avait finalement échoué... Personnage bouillonnant, ce conservateur omniprésent dans les médiats était un habitué des propos à l’emporte-pièce, à forte teneur nationaliste ou xénophobe, ce qui lui a valu la critique tenace des cercles libéraux, de Droite comme de Gauche Alors que les liens entre le monde orthodoxe et le Vatican sont traditionnellement tendus, il a été l’artisan paradoxal d’un rapprochement, accueillant le pape Jean-Paul II à Athènes en 2001 et se rendant lui-même au Saint-Siège en 2006 à l’invitation de Benoît XVI...

Quant au président de l’Eglise mormone, Gordon Hinckley, il est mort dimanche à l’âge de 97 ans. Il était le 15ème président de l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Il avait accédé au poste de président et de prophète de l’église le 12 mars 1995.

Sous sa présidence, la plus longue de cette église depuis sa création aux Etats-unis en 1830, le nombre de temples dans le monde est passé de 49 à plus de 120, tandis que le nombre de fidèles passait de neuf à 12 millions. Les Saints des Derniers Jours ont officiellement renoncé à la polygamie en 1890. Ceux qui la pratiquent forment ou appartiennent à des mouvements dissidents hors-la-loi.


AFP

Article Lu 1459 fois

Mardi 29 Janvier 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State