Référence multimedia du sénégal
.
Google

PAIEMENT DE LA DETTE HOSPITALIÉRE: Les fournisseurs affiliés à la Cnes « convaincus » de ne pas subir d'ostracisme

Article Lu 1621 fois

Malgré l'ostracisme dont font l'objet les entreprises du secteur des Btp membres de la Confédération des employeurs du Sénégal (Cnes), en ce qui concerne le paiement de la dette due au secteur privé, les fournisseurs d’équipements médicaux des hôpitaux affiliés à la même structure restent «convaincus» qu'ils vont récupérer les créances qui leur sont dues.



PAIEMENT DE LA DETTE HOSPITALIÉRE: Les fournisseurs affiliés à la Cnes « convaincus » de ne pas subir d'ostracisme
Du côte de la Confédération des employeurs du Sénégal (Cnes), la question de la dette est appréciée de manière différente en fonction des secteurs d'activité, selon qu'on est des entreprises du bâtiment et des travaux Publics (Btp) c'est-à-dire au sein du Snbtp ou des fournisseurs d'hôpitaux comme l'Association sénégalaise des professionnels d'équipements médicaux (Aspem). Ceux structures affilées à la Cnes et traînant des reliquat. Contrairement aux entreprises du Btp qui dénoncent l'ostracisme qu'elles subissent en courant toujours derrière les factures que l'Etat leur doit, l'Aspem garde son optirnisme. Car elle reste «convaincue» qu'elle va se faire payer. «On ne se fait aucune inquiétude. On ne doute pas un seul instant qu'on va nous payer les 1,7 milliard de francs qu'on nous doit. Nos dettes sont en bonne et due forme et se sont faites dans les régles», affirme avec assurance, Abdourahmane Ndoye, président de l'Aspem, par ailleurs 3e vice-président de la Cnes. Le président de l'Aspem précise que la dette peut dépasser la barre de 1,7 milliard de F Cfa puisque, sur la cinquantaine de membres qui composent leur structure, seuls 15 ont déclaré leurs créances. Quoi qu'il en soit, «on est convaincus que notre dette sera payée. On aurait souhaité l'être plus tôt, mais on sait que c'est à cause de problémes structurels» relativise M. Ndoye, faisant allusion au retard des paiernents. Indiquant qu'ils n'ont pas les mêmes craintes que les entreprises du Btp, il précise que la «dette n'est pas figée». C’est pourquoi dit notre interlocuteur, «elle (la dette) évolue d'une période à une autre, on verse et nous continuons à fournir les hôpitaux». M. Ndoye est d'avis que le «partenariat» qui lie les fournisseurs aux hôpitaux . « continue toujours avec les livraisons qui se font régulièrement», eu égard aux relations d'interdépendance qui lient les deux structures. D'oú sa satisfaction des efforts faits par l'Etat, á travers les avances qui s'effectuent.

Birane Lo
Source Le Populaire

Article Lu 1621 fois

Vendredi 7 Août 2009




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State