Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



Ouza Diallo, père d’Adiouza répond et se défend : « J’aime les politiciens, mais je déteste les politi-chiens et les politi-chats »



Ouza Diallo, père d’Adiouza répond et se défend : « J’aime les politiciens, mais je déteste les politi-chiens et les politi-chats »
Adiouza a fait une sortie dans l’édition d’hier du journal Le Pays pour parler de son fameux mariage avorté et sur son différend avec son père Ouza Diallo. Ainsi, ce dernier a tenu à apporter quelques éclaircissements sur les bisbilles qui l’avaient opposé à l’artiste-chanteuse. Ouza dit à qui veut l’entendre qu’il avait ses raisons à s’opposer au mariage de sa fille, même s’il se définit comme un démocrate et que Adiouza est sa fille.

«Ouza Diallo refuse de donner Adiouza à un politicien ». Cette information avait défrayé la chronique dans la presse sénégalaise et alimentait les débats jusque dans les salons les plus huppés de la capitale sénégalaise.

Tout le monde se demandait pourquoi Ouza Diallo a refusé de donner la main de sa célèbre fille. Mais, le pater de l’artiste chanteuse s’était mué dans un mutisme total refusant de piper mot pour éclairer la lanterne à l’opinion. Cependant, venu assister à la cérémonie de lancement de la sortie du second album de sa fille, Ouza a, enfin brisé le silence même s’il soutient qu’il ne veut pas polémiquer sur cette question.

Emmitouflé dans un grand boubou de couleur bleu avec ses dreadlocks qui lui donne un air de «Baye Fall », il a, d’emblé, laissé entendre : « Je n’aime pas vraiment rentrer dans cette polémique.». Poursuivant son argument, Ouza ajoute : « il faut retenir qu’aujourd’hui tout est rentré dans l’ordre. Je suis un démocrate et Adiouza est ma fille ».

A la question de savoir si c’est le fait que le prétendant est un politicien qu’il a refusé de lui donner la main de sa fille, l’artiste engagé fait savoir : « J’avais mes raisons de s’opposer à ce mariage, mais elles sont personnelles et je ne peux pas les divulguer. Mais, cet homme peut-être un politi-chien ou un politi-chat, c’est possible. Alors que j’ai toujours dit que j’aime les politiciens mais, je déteste les politi-chiens et les politi-chats ».

Se prononçant sur la première année du président Macky Sall s’est abstenu de faire un bilan. A l’en croire, il est un peu prématuré de dresser un bilan. « Absolument, je n’en sais rien. En un an on ne peut pas juger un homme. Je le connais comme ça et je sais que c’est un gars très honnête. Je souhaite qu’il réussisse sa mission. Je ne peux pas apprécier, j’attends deux ou trois ans », s’est t-il contenté d’indiquer. En ce qui concerne l’opus que sa fille vient de lancer sur le marché sénégalais, père Ouza comme l’appelle affreusement les fans, fait savoir que les choses n’ont pas été facile.

Mais, il s’est réjoui du produit final. Sur ces entrefaites, il donne ses appréciations: « Ce n’est pas du tout mal. Elle a bourlingué, elle a travaillé depuis cinq ans. Elle a voyagé partout. Elle a dépensé beaucoup d’argent rien que pour l’honneur et pour faire plaisir à ses fans. Elle s’est investit même si les cd ne rapportent plus. C’était difficile. On est passé chez les Bassaris, les Peulh pour écouter les sonorités et les langues. C’est important ».

ALIOU DIOUF & AWA FAYE
Le Pays au Quotidien

Samedi 30 Mars 2013




1.Posté par the king ! le 30/03/2013 18:24
ce n'est pas lui qui va présenter sa fille à yaya jammeh pour son anniversaire, accueilli comme un prince et une princesse pour sa fille, aux frais des gambiens ?

2.Posté par fama le 31/03/2013 14:18
casse*-toi pov con

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 15 Avril 2014 - 18:36 VELINGARA Doze killer, un rappeur ambitieux








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés