Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



Ouverture de la 21ème édition de la Fidak : Le président Macky Sall demande de s'inspirer du modèle Turc

Le Chef de l’Etat, Macky Sall, veut que le Sénégal s’inspire du modèle turc. Il procédait à l’ouverture officielle de la 21ème édition de la Foire internationale de Dakar (Fidak).



Ouverture de la 21ème édition de la Fidak : Le président Macky Sall demande de s'inspirer du modèle Turc
Selon le président de la République, Macky Sall, la Turquie représente un modèle de développement dont notre pays doit s’inspirer. Il a magnifié la présence massive des entreprises turques à cette présente Fidak. D’ailleurs, le Cices a dégagé un vaste espace en faveur des opérateurs de ce pays invité d’honneur. Le chef de l’Etat de décerner une mention spéciale à la Turquie. L’excellence des relations entre les deux pays est à situer à l’aune de leurs places privilégiées dans la Oumma islamique, car le Sénégal occupe la présidence de l’Oci, alors que la Turquie en assure le secrétariat général.
Le Président Macky Sall a enfin magnifié le partenariat « naissant » entre la Mairie de Dakar et le Cices. Une initiative qui va sans doute renforcer l’image de destination privilégiée de foires et de congrès que Dakar ne cesse de renvoyer au monde entier. Il s’est aussi félicité de la « remarquable présence » du secteur privé sénégalais. En référence au thème de la journée scientifique, le Président Macky Sall a insisté, sur la création d’une organisation mondiale de l’environnement que l’Afrique devrait abriter.
Le chef de l’Etat est d’ailleurs convaincu que le continent contribue le moins à l’émission de gaz à effet de serre au moment où il demeure très exposé aux effets des changements climatiques. Pour Macky Sall, la problématique environnementale, dans les pays en développement comme le Sénégal, est en relation directe avec la compétitivité de nos économies. C’est sans doute pourquoi il a cité, pêle-mêle, la floraison de concepts nouveaux comme l’économie verte, les technologies vertes, les investissements verts en rapport avec les objectifs de développement durable. Même s’il a souligné l’absence notoire de consensus sur le contenu exact de ces concepts actuellement en vogue.
Accompagné du Président de la transition de la Guinée-Bissau, Cherif Niamadio, le chef de l’Etat a déploré les impacts des changements climatiques sur l’agriculture, la production animale, les ressources en eau, les écosystèmes naturels et la santé humaine. Il s’est aussi réjoui du fait que dans de nombreux pays africains des stratégies nationales de développement durable sont élaborées et mises en œuvre. Non sans souligner l’accent particulier que l’Afrique de l’Ouest continue de mettre sur l’intégration dans le cadre des objectifs économiques, sociaux et environnementaux.

Mamadou Lamine DIATTA

Le Cices veut relever le défi de l’annualité
En saluant la forte présence des pays étrangers à l’occasion de cette 21ème édition de la Fidak, le directeur général du Cices (Centre international du commerce extérieur du Sénégal), Cheikh Ndiaye, s’est engagé à relever le défi de l’annualité. Il compte inscrire son action dans la durabilité et le professionnalisme comme l’a souhaité le chef de l’Etat, Macky Sall.
La 21ème édition de la Foire internationale de Dakar (Fidak), ouverte hier à Dakar, compte relever le défi de la participation et de la durabilité dans le temps et dans l’espace. A l’ouverture déjà, la salle de l’unité africaine où s’est tenue la cérémonie officielle a refusé du monde dès les premières heures de l’après-midi. Venus des différents coins du monde et du Sénégal, ils étaient nombreux à marquer de leur présence cette 21ème édition de la Fidak.
En effet, devant un parterre d’invités, les hôtes du Sénégal ont eu droit à un accueil festif marqué par la présence de plusieurs personnalités parmi lesquelles, le Président par intérim de la Guinée-Bissau, Chérifo Niamadio et le ministre du Commerce de la République de Turquie, le pays invité d’honneur de cette 21ème édition. Tenue dans la grande salle de l’Unité africaine, la cérémonie d’ouverture a été une occasion pour les Sénégalais de démontrer à leurs hôtes la richesse et les différentes facettes de leur culture. C’est dans atmosphère que le directeur général du Centre international du commerce extérieur du Sénégal (Cices), Cheikh Ndiaye, s’est adressé à l’assistance.
Dès l’entame de son propos, le directeur général du Cices a tenu à réitérer l’engagement de son institution à relever le défi de l’annualité et de la professionnalisation. A l’instar du président de la République, Macky Sall, M. Ndiaye a tenu à magnifier la fidélité des pays étrangers à cet important rendez-vous d’échange et de commerce en Afrique. « Nous comptons inscrire notre action dans l’organisation et la méthode pour relever le défi de l’annualité et de la professionnalisation » a dit M. Ndiaye, à la cérémonie d’ouverture. Il n’a pas manqué de saluer le partenariat établi dans ce sens avec la mairie de Dakar et les partenaires institutionnels de la Fidak. Pour cette 21ème édition, le Foire internationale de Dakar (Fidak) a vu la participation de 1.204 exposants directs venus d’horizon divers. 18 pays ont confirmé officiellement leur participation contre 14 lors de la dernière édition pour une superficie d’exposition estimée à 4196 m2.

Seydou Prosper SADIO

La culture au cœur de la manifestation
C’est dans une ambiance de fête que la Foire internationale de Dakar a ouvert ses portes, hier. Une occasion privilégiée pour les troupes folkloriques, venues des différentes localités, de montrer leurs facettes à travers danses et chants.
La Foire internationale de Dakar a vécu, hier, au rythme des tam-tams et autres sonorités sénégalaises. Du «Ndaw rabine» au groupes folkloriques diolas, sans oublier celui des manding. Toutes ces troupes ont assuré avec brio, l’ouverture officielle sous le magistère de Macky Sall. Les écoliers habillés en tee-shirt à l’effigie du président, ont marqué de leur présence à cette cérémonie. «Cette cérémonie nous offre l’occasion d’éclore nos talents d’artiste. Certes ce n’est pas encore la grande affluence, mais il faut reconnaître que la culture occupe une place prépondérante dans cette foire ». Ces propos du manager du groupe «Batiyaye» (parenté en diola), Malayni Diedhiou, renseignent sur la concurrence qui a prévalu, hier, dans l’enceinte du Cices. Forte d’une vingtaine d’artistes, cette troupe a fait une belle rentrée avec ses danseuses qui ont fait montre de leurs talents.
«C’est cette diversité qui constitue le fondement même de notre culture. Au regard des troupes présentes, on peut affirmer que la culture est présente à cette 21ème foire », a fait comprendre Djibrill Diop.
Même son de cloche chez Makhary Mbengue, un jeune homme rencontré devant la troupe du «Ndaw rabine». « Cette danse traditionnelle me rappelle les bons moments que j’ai passés au village de Grand-Mbao. J’ai le sentiment que cette foire est partie pour battre le record de l’affluence », a-t-il fait savoir, l’air nostalgique.
A quelques mètres de lui, une jeune femme, habillée d’un tee-shirt blanc à l’effigie d’une société alimentaire de la place, se préoccupe plus de son sort. «Depuis ce matin je suis là, mais il n’y a pas eu d’activités. Comparée aux éditions précédentes où l’animation a commencé la veille, il y a de quoi s’inquiéter », a lancé Khady Ivette Ndiaye qui espère trouver quelque chose d’ici la fin de la foire.
La troupe «Djiboom casa» s’est illustrée avec une tenue vert, jeune, rouge, à l’image du drapeau national. Selon le responsable du groupe, Mamadou Lamine Camara, les artistes doivent s’approprier la foire. «Cet événement est le nôtre. C’est pourquoi j’invite les artistes à ce l’approprier pour vendre la destination Sénégal.
Il n’y a pas meilleur cadre que la foire, au regard de l’occasion qu’elle nous offre pour étaler au grand jour, toutes les facettes de notre culture », a indiqué l’artiste.

Tata SANE

Korka DIAW, président du gie «MALAL YERO GUEYE » de Saint-Louis : «La foire verte, pourvu que les moyens suivent…»

La foire bat son plein en cette veille de fin d'année. Hier, ils étaient nombreux les artisans requis pour monter des tentes ou décorer le stand du ministère de l’Environnement et du Développement durable (maître-d’œuvre de la Foire verte), tout est en vert. Cependant, si cette année l’on mise sur une économie verte, il n’en demeure pas moins que la présidente du Gie «Malal Yéro Ndiaye de Richard-Toll», Korka Diaw, souhaite que les moyens suivent pour une bonne autosuffisance alimentaire.
«Protection de la nature, pour un développement durable en Afrique de l’Ouest». Thème ne saurait être plus à propos pour cette 21ème édition de la Foire internationale de Dakar (Fidak) qui réunit un monde cosmopolite. Et les agriculteurs et autres acteurs des filières agricoles ne sont pas en reste. Parmi eux, Mme Korka Diaw, transformatrice de produits locaux dans la région de Saint-Louis, par ailleurs présidente du groupement d’intérêt économique (Gie) de Richard-Toll, ne rate jamais une foire. Elle est encore là, bien au milieu de ses produits (riz et autres variétés locales), au stand réservé à sa région. «Nous nous réjouissons du choix de ce thème qui, en vérité, nous concerne». Pour elle, le Vert est le signe du développement. «Nous sommes des agriculteurs et par conséquent, nous ne pouvons que nous en réjouir».
Et de dire que le thème de cette année est le bienvenu «surtout nous qui sommes dans la culture du riz dans la vallée». Seulement, ajoute-t-elle, «il faut faire en sorte que le thème ne se limite pas à sa seule expression mais aille plus en profondeur, dans les régions, quand on sait qu’une bonne économie suppose la mise en place de moyens conséquents et adéquats». Mme Korka Diaw souhaite que des semences de bonne qualité, les intrants et le matériel agricole suivent. «Le tout combiné, nous garantissons que nous assurerons l’autonomie alimentaire du pays».
La présidente du Gie «Malal Yéro Guèye» de Richard-Toll n’a pas occulté l’aspect lié à l’écoulement de leurs produits «car, il ne sert à rien de produire sans pouvoir ensuite écouler. Ce qui veut dire que le gouvernement, pour mieux nous accompagner, doit prendre toutes les mesures idoines pour nous y aider».

SOLEIL Babacar DIENG

Vendredi 30 Novembre 2012



Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 16 Septembre 2014 - 20:21 Récits douloureux de Sénégalais du Maroc








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés