Référence multimedia du sénégal
.
Google

OCTROI «ILLEGAL» DE MILLIERS D’HECTARES DE TERRES à UN ESPAGNOL A KéDOUGOU : Trois présidents de communauté rurale dans le collimateur des populations

Article Lu 1578 fois

Les organisations de la société civiles réunies autour d’un forum social à Kédougou disent non au projet de Raoul Barroso, un investisseur espagnol qui se voit attribuer à lui seul plus de 80 000 ha de terres par les présidents de conseillers ruraux de Saraya, de Bandafassy et de Tomboronkoto. Ces terres serviront pour l’installation d’un parc privé d’attraction animale. Pour montrer leur refus catégorique et leur indignation, le forum social a organisé une conférence de presse à cet effet au campement Dioulaba pour alerter l’opinion publique et les autorités étatiques sur la gravité de la situation.



Réuni autour des associations de développement Keoh, Mouvement Mam, Club Genre, Equité et Développement, le Conseil départemental de la jeunesse (Cdj), la Fédération des groupements de promotion féminine (Gpf), Action pour le Développement de la région de Kédougou(Adrk), le Réseau des Organisations paysannes du Dimma (Resopad) ; les Ong comme la Raddho, Amnesty International, l’Association Sénégalaise des Amis de la Nature (Asan) et toutes les organisations de la société civile locale ; le forum social de Kédougou n’y est pas allé par le dos de la cuillère pour dénoncer avec la dernière énergie ce qu’on appelle aujourd’hui le projet Raoul Barroso. Ce projet qui alimente présentement toutes les discussions de n’importe quelle couche de la population, hommes femmes et enfants consiste en fait à l’octroi de 80 000 à 120 000 ha de terres par des Pcr de Saraya, de Bandafassy et de Tomboronkoto à un seul investisseur espagnol qui compte y ériger un parc d’attraction animale et beaucoup d’autres investissements comme la construction d’hôtels à 5 étoiles pour ne citer que ceux là.

Ce projet a déjà connu son début d’exécution car il suffit d’emprunter la route allant de Kédougou à Tambacounda pour voir aux environs de Tomboronkoto des bulldozers déraciner de grands troncs d’arbres d’une cinquantaine d’années, des arbres fruitiers dégradant ainsi la nature et privant du coup les populations locales de ce qu’elles ont le plus cher. La nébuleuse dans cette affaire est qu’aucun service compétent, aucune personne, aucun président de communauté rurale ne se sent responsable de l’octroi de ces terres à Raoul. Ni le service des Eaux et Forêts, ni les présidents de conseils ruraux desdites terres, ni les autorités administratives ne peuvent vous informer des tenants et aboutissants de ce projet. Alors fort de ce constat, le forum social a sonné l’alarme pour «faire reculer les autorités étatiques de leur décision d’octroyer ces terres à un seul individu», dira Mor Khouma de la Raddho. Selon Mouhamadou Moustapha Sylla, manager principal de l’association populaire Keoh «Un des rôles du mouvement social est de contester parfois les décisions des autorités, surtout quand il s'agit de questions allant à l’encontre des intérêts des populations. Ce projet Raoul s’inscrit dans ce cadre car le premier capital du paysan, c’est la terre et il faut que nous arrêtions çà».

Pour aller en guerre contre ce projet, les membres du forum social ont brandi les textes de la décentralisation stipulant que l’attribution des terres est une compétence transférée et que les communautés rurales doivent être au cœur de cette affaire. «Malheureusement, tel n’est pas le cas car aucun conseil rural n’est au courant de cette affectation de terres et par ricochet ce sont nos terres de réserves qu’ils veulent brader. Les seules armes que nous brandirons ce seront les textes de la décentralisation que l’Etat lui- même a adopté mais malheureusement cet octroi est en porte-à-faux de ces lois» ajoutera Fily Sadiakhou, ancien député et fils du terroir. Abondant dans le même sens, Bocar Bailo Diallo, directeur d’école de son état, parlera «de vol organisé qui s’est fait et que ceci est inadmissible voire incroyable, raison pour laquelle nous disons non. A cet effet, nous montrerons à la face du monde qu'il est anormal de donner 80 000 ha à un seul individu dans un pays de droit quel que soit par ailleurs l’investissement qu’il y fera».

Le combat ne s’arrêtera pas en si bon chemin car un mémorandum a été écrit et a été adressé aux autorités par les ressortissants de la région de Kédougou vivant à Dakar dans lequel ils demandent beaucoup plus d’éclaircissements dans ce dossier ou de l’arrêter tout bonnement.

A cet effet, une pétition a été lancée à l’intention des populations pour l’obtention de plus de 10 000 signatures afin de montrer aux autorités leur refus catégorique à voir réaliser ce projet. La conférence de presse s’est terminée par une déclaration des différentes parties qui exigent non seulement l’annulation pure et simple des attributions ou cessions de terres concernant le projet Raoul mais aussi que lumière soit faite sur la procédure qu’a adoptée l’Etat et les élus locaux pour donner ces terres à cet Espagnol en ignorant complètement les textes de la décentralisation.

Les populations se demandent si les autorités compétentes ont mesuré la gravité de cette situation, surtout en ce moment ou le président de la République a lancé la Grande Offensive Agricole pour l’Abondance et la Nourriture (Goana) car, disent-elles, «comment cultiver si nos terres ne nous appartiennent plus ?». En attendant la réaction des autorités étatiques, le forum social compte mener une bataille sans merci sur tous les fronts afin d’arrêter ce projet «qui nuit» dit-il à l’intérêt des populations de la nouvelle région de Kédougou

Source: Le Matin

Article Lu 1578 fois

Mercredi 2 Juillet 2008


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Mercredi 7 Décembre 2016 - 12:16 NDIGUEUL DU KHALIFE DES MOURIDES: 500F par personne

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State