Référence multimedia du sénégal
.
Google

Nouvelle tarification de l’aéroport : Dakar veut se comparer à Franckfort ou Atlanta

Article Lu 1932 fois


Le Sénégal veut s’aligner sur les grands aéroports du monde en matière de tarification. La mesure sera applicable d’ici trois mois. Le ministre de l’Artisanat et des Transports aériens, M. Farba Senghor, l’a annoncé, hier, après une rencontre avec les exploitants de la plate-forme aéroportuaire. Ces derniers, qui ont pris acte, semblent avoir reçu une douche froide.

C’est parce que les redevances que perçoit l’aéroport international Léopold Sédar Senghor, qui tournent autour de 8%, sont jugées trop petites par rapport à celles de grands aéroports comme Franckfort qui est à 33%, ou les aéroports des Usa, qui sont à 45%, que le Sénégal «a adopté une nouvelle position, conformément aux instructions du chef de l’Etat qui veut que le Sénégal, notamment son aéroport soit aux normes internationales sur tous les aspects». C’est le ministre Farba Senghor, qui l’a annoncé hier.

Il explique cette décision par le fait que l’aéroport international Léopold Sédar Senghor «continue sa politique de mise aux normes de l’Oaci et également à toutes les normes qui sont appliquées au niveau des aéroports les plus performants du monde en matière de sécurité, de sûreté et de confort». D’où la décision de l’aéroport «d’aligner les tarifs en matière de redevances extra aéronautiques, c’est-à-dire les redevances perçues sur la location des bâtiments, des terrains et autres dans l’aéroport, sur les tarifs qui sont appliqués dans d’autres aéroports, tels que l’aéroport de Franckfort, ceux de New York, de Paris et d’Atlanta».

Le ministre explique : «Ici au Sénégal le tarif est calculé sur la surface occupée par les uns et les autres, alors que dans les grands aéroports, le tarif est fonction du chiffre d’affaires.» C’est-à-dire que c’est un pourcentage qui est perçu mensuellement sur le chiffre d’affaires réalisé par les exploitants de l’aéroport. Mais le «pourcentage appliqué dépend de l’activité et de la nature des produits». Il y a des produits qui sont vendus sous douane et dont les marges prélevées par les ventes sont importantes. C’est le cas des produits comme la cigarette et les parfums. Par contre, il y a d’autres produits qui sont périssables, comme des produits alimentaires dont les marges sont petites. «Nous allons édicter des tarifs applicables à toutes les activités, à toutes les opérations commerciales sur l’aéroport», a soutenu M. Senghor

A l’annonce de cette décision, «les prestataires ont reçu une douche froide» et c’est le ministre lui-même qui le signale. Il explique ces états d’âme par le fait que «pour la première fois, le Sénégal décide de s’aligner sur la tarification des autres pays du monde. Incontestablement, les prestataires n’ont pas grand chose à redire, parce qu’il n’y a rien qui a été inventé. Tout ce qu’on fait, c’est se mettre aux normes de ce qui se fait aux aéroports de Franckfort, de Charles De Gaulle, de New York, Atlanta et Washington. Donc, il est difficile de contester cette nouvelle tarification».

Mais en attendant, «ils ont pris bonne note et on va voir. Dans tous les cas, l’aéroport Léopold Sédar Senghor de Dakar sera mis aux normes internationales, dans tous les domaines relatifs à la sécurité, à la sûreté, au confort. Nous allons adopter les méthodes. Il faut qu’on apprenne vraiment à faire aussi bien que les autres, mieux que les autres. C’est fini cette conception de se comporter comme un pays démuni, comme un pays moins avancé et qui doit faire moins que les autres».

Une telle décision «sera applicable d’ici trois mois. Quand nous aurons réuni tous les éléments des aéroports internationaux que nous allons comparer avec l’ensemble des informations par rapport à ce qui se fait ailleurs. Nous allons établir ce cahier de charges et lancer un appel. D’ici trois mois, on aura la nouvelle tarification», a-t-il conclu.


SOurce: le Quotidien

Article Lu 1932 fois

Mercredi 2 Juillet 2008





1.Posté par quidam le 02/07/2008 17:37
galou dof dou terr; Il a le culot de comparer son aérodrome de LSS avec des aéroports comme Francort pour justifier son funeste projet. Il n'a qu'à d'abord mettre en place les conditions de confort avant de penser à appliquer des prélèvement exorbitants. il est vrai lementable ce monsieur. lui et sa bande ne pensent qu'à assujétir les redevables. leur devise c'est: taxer, beucoup taxer, encore taxer et toujours taxer. Mais attention, à force de pression fiscale insoutenable, on risque de tuer la poule aux oeufs d'or et alors là, il n'y aura plus quoi taxer.

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State