Nouveaux territoires amoureux : 10 règles pour draguer sur Facebook et Twitter



Nouveaux territoires amoureux : 10 règles pour draguer sur Facebook et Twitter
Femme derrière son ordinateur

Oublié, les sorties en boîte de nuit et la chasse à l'homme à l'ancienne. Aujourd'hui, c'est sur les réseaux sociaux que l'on a le plus de chance de croiser le prince charmant. A condition, évidemment, d'observer un code de web- bonne conduite. Alors, suivez le guide !

Facebook : soyez claire (mais pas exhaustive) sur votre situation amoureuse

Inutile de chercher midi à quatorze heures : si vous voulez que les beaux gosses s'attardent sur votre profil, jouez la carte de l'honnêteté. Alors on oublie les "C'est compliqué" qui rime avec "je veux bien de toi pour me distraire mais sache que je suis amoureuse d'un autre et que tu n'es qu'un plan B", on zappe également le "Séparée" ou "Divorcée" qui peut dissuader certains qui vous imaginent déjà avec un nombre incalculable de marmots et d'un ex encombrant. Si on a personne, ou plus personne dans sa vie, on précise "Célibataire". Un point, c'est tout !

Facebook : soignez votre choix de photos

Deux écueils à éviter dans ce domaine. D'abord les photos trop sophistiquées, genre studio Harcourt. Si vous avez besoin d'un photographe pro et d'une séance de maquillage d'une heure pour paraître à votre avantage, ce n'est pas forcément bon signe... On bannit également les photos potaches où l'on danse sur la table.

Facebook : pokez avec parcimonie

Après quelques années au sommet, le poke a perdu de sa popularité. Raison de plus pour n'en user que dans certaines circonstances très particulières, par exemple quand le garçon qui vient d'entrer en contact avec vous vous plait vraiment (beaucoup). Comme un petit regard en coin complice que vous lui lanceriez dans la vraie vie...

Facebook : mettez en valeur votre cible potentielle

Si vous voulez susciter l'intérêt d'un homme en particulier, n'hésitez pas à le mentionner de façon détournée dans vos commentaires Facebook (évoquez la déco de son appart, expliquez qu'il vous a fait découvrir un super groupe de musique). Une manière de parler de lui sans en avoir l'air et de l'amener à se manifester.

Facebook : créez un groupe susceptible de le concerner

L'apollon que vous convoitez depuis des mois est dingue du jeu de rôle Pendragon ? Il ne loupe aucun match de Jo Wilfried Tsonga ? Ouvrez un groupe dédié à sa passion dévorante. On parie qu'il devrait le rejoindre très rapidement. Ensuite, il ne vous reste plus qu'à tenter des manoeuvres d'approches...

Facebook : ne vous transformez pas en concierge du Web

Se montrer intéressée, c'est OK, se muer en groupie, c'est non. Donc, si le garçon de vos fantasmes intervient régulièrement sur Facebook, ne réagissez pas à tout ce qu'il écrit. Interdit par exemple de s'extasier s'il raconte qu'il est allé acheter des tringles à rideaux avec son meilleur ami ou qu'il revient d'une virée chez Carrefour Market.

Twitter : commencez par des messages publics

Nos amis les hommes n'aiment pas qu'on les brusque ou qu'on leur force la main. Avant de basculer en DM (message privé) sur Twitter, débutez le dialogue avec ce type sympathique rencontré en soirée en mode public. Quitte à switcher ensuite...

Twitter : peaufinez votre avatar et votre pseudo

Twitter, c'est 140 signes et pas un de plus. Il faut donc attacher à l'importance de sa "vitrine" sur le réseau : on opte pour un pseudo percutant et on se façonne un avatar joliment stylisé, qui montrera aux hommes qui le regarderont que vous avez du goût et des idées.

Twitter : fréquenter les apéritweets

Le Net, c'est bien, la vraie vie, c'est encore mieux. Quand vous entendez parler d'un apéritweet qui se monte dans votre ville, sautez sur l'occasion. Parmi ces nouveaux twitto-camarades, se cache peut-être la perle rare !

plurielles.fr

Samedi 12 Janvier 2013

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News