Nos règles : des solutions à nos désagréments

3 femmes sur 4 éprouvent des troubles plus ou moins graves liés au syndrome prémenstruel...



Nos règles : des solutions à nos désagréments
Les règles

Quand elles sont douloureuses


2 femmes sur 3 souffrent de règles douloureuses plus ou moins violentes. Ces douleurs sont dûes aux prostaglandines qui stimulent les contractions utérines qui aideront à évacuer le sang. Pour en venir à bout, vous pouvez avoir recours aux antidouleurs classiques tels que le paracétamol ou l’ibuprofène. Evitez cependant l’aspirine qui a tendance à fluidifier le sang et donc à augmenter les saignements. Si aucune amélioration n’est constatée, otre médecin pourra vous préscrire des antiprostaglandines ou d’autres anti-inflammatoires spécifiques à prendre la veille des règles. La pilule peut également résoudre le problème car elle diminue la sécrétion des prostaglandines. Certains médicaments homéopathiques peuvent également s’avérer efficaces :

Le Colosynthis

Le Sepia officinales

Le Pulsatilla

Le Veratrum album

Dans tous les cas, prenez conseil auprès de votre homéopathe.

Quand elles sont abondantes

Ce problème est dû à un déséquibre hormonal entre les oestrogènes et la progestérone. Il se produit au niveau de la muqueuse utérine. La pilule contraceptive peut en venir à bout, de même que certains anti-inflammatoires. Un stérilet au Lévonorgestrel peut également être placé par votre médecin. Le Lévonorgestrel est une hormone. Son action diminuera la vascularisation de la muqueuse utérine. d’autres traitements hormonaux comme la LH-RH agissent en bloquant les sécrétions des ovaires et en supprimant les saignements. Si aucun de ces traitements n’en vient à bout, une solution chirurgicale légère peut être proposée :

- La thermocoagulation par ballonnet
Sous anesthésie générale ou locale, on introduit un ballonnet dans l’utérus. Celui-ci est ensuite gonflé. La solution contenue à l’intérieur est chauffée et c’est cette chaleur qui traite en détruisant 4 à 11mm de la muqueuse. Cette opération ne dure qu’un quart d’heure et il n’y a pas d’hospitalisation. Les suites sont anodines et l’efficacité définitive est obtenue chez 9 femmes sur 10. Les règles diminuent et peuvent même disparaître sans déclencher de ménopause. Cependant, assurez vous de ne plus vouloir d’enfant avant de l’accepter.

- Le traitement par laser ou électrocoagulation
Comme le précédent, il s’agit de détruire une partie de la muqueuse utérine mais au laser. C’est une opération délicate à réaliser et son efficacité n’est pas définitive.

- L’ablation de l’utérus
C’est une opération lourde à n’envisager que si les techniques précédentes échouent.

Quand elles sont irrégulières

Un cycle est dit irrégulier quand il est tantôt court, tantôt long, inférieur à 25 jours ou supérieur à 35 jours. Il traduit une mauvaise ovulation ou une absence de celle-ci. Un traitement hormonal ou la pilule est souvent préconisé. Parlez-en à votre médecin.

Quand elles sont très faibles ou disparaissent

Sauf cas contraire, de faibles réègles ne traduisent pas un problème particulier. Cela peut être dû à un petit déséquilibre hormonal ou à une variation rapide du poids. Par contre, si c’est suite à une fausse couche, mieux vaut consulter.

Des règles qui disparaîssent peuvent être la conséquence d’une grossesse, de la ménopause, de la prise de certains médicaments, d’un choc émotionnel, d’une anomalie de la thyroïde ou, cas rare, d’une tumeur bénigne de l’hypophyse. Votre médécin saura identifier la cause et vous prescrire le traitement adéquat.


Source: Afroplurielle

Samedi 2 Juillet 2011

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News