Référence multimedia du sénégal
.
Google

Non paiement des heures complémentaires à l'Ucad : Le Saes et le Sudes en ordre de bataille

Article Lu 11375 fois

Après les vacataires qui ont crié, sur tous les toits, et usé de la rétention des notes pour se faire payer, les 1 150 enseignants-chercheurs qui n’ont pas encore vu la couleur de l’argent de leurs heures complémentaires ruminent leur colère. Pour défendre les intérêts matériels et moraux de leurs membres, les deux syndicats de l’Université que sont le Saes et le Sudes qui suivent de très près la situation se préparent à des actions radicales.



Au siège du Syndicat autonome des enseignants du supérieur (Saes) et du Syndicat unique et démocratique des enseignants du Sénégal (Sudes, section Université), sis au camp Jérémy, l’on n’est pas en vacances. Certainement la situation financière que vit l’université y est pour quelque chose. ‘Les syndicats ne sont pas en vacances. Car cette année nous sommes préoccupés par beaucoup de choses’, concède volontiers, Ndiassé Diop, secrétaire général du Syndicat autonome des enseignants du Sénégal (Saes). En effet, chez les enseignants membres du Saes ou du Sudes on multiplie les ‘réunions de bureau’ depuis quelques jours en vue de réfléchir sur la meilleure manière de ‘mettre la pression’ sur ‘l’autorité’ pour ‘faire aboutir toutes les revendications’. Tout un programme que les universitaires comptent dérouler. Ces derniers, que nous avons rencontrés, hier, déclarent à qui veut les attendre qu’ils ont les moyens de ‘bloquer’ le fonctionnement normal de l’université si l’autorité continue à faire la sourde oreille. ‘L’autorité sait plus que quiconque quelle est la position du Saes et l’autorité sait les moyens du Saes pour faire aboutir ses revendications’, a averti Ndiassé Diop, le numéro un du Saes.
Avant de lâcher du bout des lèvres : ‘nous avons des solutions radicales’.

A un mois des examens de la deuxième session d’octobre l’avertissement est à prendre au sérieux par les autorités concernées. Pour ce qui est, des enseignants vacataires de la Faculté de droit qui ne sont pas intégralement payés, ils brandissent, à nouveau, comme une épée de Damoclès, la menace d’une nouvelle rétention des notes à l’oral si le reliquat de leurs salaires n’est pas versé dans les meilleurs délais. ‘En ce qui concerne les vacataires de la Faculté de Droit, ils ne sont pas entièrement payés. Et les enseignants de droit menacent de bloquer les délibérations des épreuves orales’, assure Cheikhou Sylla, le secrétaire général du Sudes-section Université. Le Saes et le Sudes, qui suivent de très près l’évolution de la situation, prévoient, chacun une sortie musclée dans les prochains jours.

Les deux responsables s’accordent à dire que ‘les problèmes de l’Université sont beaucoup plus profonds qu’on ne le pense’. Pour Ndiassé Diop, par exemple, les problèmes de salaires sont moins graves que les autres dont on ne parle pas comme la réforme des carrières des enseignants, l’application de la réforme Lmd, les retraites, la massification des étudiants, l’épineuse question du recrutement des vacataires, last but not least, le budget de l’Université. ‘On ne vote pas un budget de vérité’, dénonce Cheikhou Sylla. Selon lui, à ce jour, les heures complémentaires des 1 150 enseignants-chercheurs de l’Université ne sont pas encore payées. ‘Personne n’a reçu l’intégralité de ses heures complémentaires’, jure Cheikhou Sylla. Alors que ces sommes sont exigibles, au plus tard, le 30 juin. ‘Nous sommes le 7 septembre (hier, Ndlr), l’Université de Dakar a fait le choix de ne pas payer les indemnités d’heures complémentaires or Thiès et Ziguinchor ont déjà payé’, constate pour le déplorer M. Sylla. Se faisant plus précis, il explique qu’au niveau des Facultés de lettres, de Sciences et de Médecine où l’année est divisée en trois trimestres, la deuxième et la troisième tranche des heures complémentaires ne sont pas encore payées. En Droit et à la Faculté des sciences économiques et de gestion où l’année est scindée en deux semestres, les enseignants n’ont pas encore vu la couleur de l’argent des heures complémentaires du dernier semestre. Situation identique dans les écoles comme la faculté des sciences et technologie de l’éducation et de la formation (Fastef) et à l’Ecole supérieure polytechnique (Esp) ex-Ensut. ‘Ces écoles ont un noyau d’heures supérieures à la normale, on considère que les enseignants qui sont dans ces écoles ont des pleins temps ou font des heures de sujétion, payées en trois tranches comme en Lettres. Là aussi, le troisième trimestre n’est pas encore payé’, renseigne encore Cheikhou Sylla. Aux heures supplémentaires et aux indemnités de sujétion non payées, s’ajoutent les arriérés de paiement des salaires des vacataires, toutes facultés confondues. A ce sujet, le mot d’ordre du Sudes et du Saes est que ‘c’est un service rendu, ils doivent être payés’. Les responsables du Saes et du Sudes qui considèrent les vacataires comme des ‘sympathisants’ et ‘futurs collègues’ pensent qu’on doit les privilégier dans la mesure où ils n’ont que cette source de revenus. Pour éviter la survenue prochaine des difficultés que vit actuellement l’Université, le Saes demande aux autorités de réunir les conditions pour permettre à l’institution de remplir sa mission. ‘Les autorités savent ce qu’il faut à l’Université. C’est une obligation morale pour les autorités de financer l’Université dans l’intérêt de la société’, soutient Ndiassé Diop.

Sur la longue absence du recteur de l’université, Abdou Salam Sall dont le retour de vacances est prévu vers le 21 septembre, Cheikhou Sylla, secrétaire général du Sudes répond : ‘nous sommes pour une gestion responsable. Il nous faut non seulement des interlocuteurs présents, mais crédibles pour régler nos problèmes et ceux de l’Université’.

Mamadou SARR
Source: Walfadjri

Article Lu 11375 fois

Samedi 8 Septembre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State