Référence multimedia du sénégal
.
Google

Ndongo Diao (Directeur général de l'Artp) : ‘Sidy Lamine Niass mérite notre soutien’

Article Lu 11259 fois

Parce qu’ils sont ‘des partenaires condamnés à vivre ensemble’, l’Artp et le groupe Wal Fadjri sont déterminés à entretenir des relations de partenariat. Hier, une délégation de l’Artp, avec à sa tête son directeur général, a rendu visite à Sidy Lamine Niass, histoire d’arrondir les angles pour un partenariat fécond.



Ndongo Diao (Directeur général de l'Artp) : ‘Sidy Lamine Niass mérite notre soutien’
Faciliter la tâche au président-directeur général du groupe de presse Wal Fadjri, Sidy Lamine Niass, par l’octroi de fréquences pour la diffusion en hertzienne des programmes de Walf Tv sur l’ensemble du territoire et engager des échanges commerciaux, notamment pour le partage d’espaces publicitaires, ce sont, entre autres, les mobiles qui ont motivé la visite d’une délégation de l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (Artp), hier, dans les locaux dudit groupe. Une visite qui a aussi permis de dissiper les nuages qui ont entaché, ces derniers temps, les rapports entre l’Artp et le groupe Wal Fadjri.
De ce fait, la page des couacs est désormais tournée. Car, précisera le directeur général de l’Artp, Ndongo Diao, visiblement satisfait de sa visite, ‘nous sommes condamnés à vivre ensemble par rapport aux défis que nous avons à relever pour faire avancer le monde des médias et la démocratie. Nous sommes des partenaires stratégiques condamnés à collaborer et à résoudre des points communs’. Autre précision du Dg de l’Artp : ‘Cette visite, nous l’avons effectuée parce que, derrière Wal Fadjri, il y a une grande figure en la personne de Sidy Lamine Niass, un homme multidimensionnel ouvert, un panafricaniste, un républicain, etc., qui se bat pour que règne la démocratie dans le pays’. Et Ndongo Diao de saluer l’investissement du président-directeur général de Walf pour sa contribution au développement du produit intérieur brut grâce aux emplois qu’il crée pour les populations sénégalaises. ‘Il mérite qu’on le soutienne et qu’on lui facilite la tâche’, notifie le directeur général de l’Artp.

Pour sa part, Sidy Lamine Niass a remercié ses hôtes qu’il voit comme ‘des personnes très importantes dont nous avons besoin de l’expertise’.‘Cette visite, a-t-il ajouté dans la même optique que M. Diao, ouvre une nouvelle page entre l’Artp et Walf qui sont des partenaires condamnés à vivre ensemble pour partager leur expérience dans les domaines techniques via les fréquences, économiques mais aussi de régulation’.

Joseph DIEDHIOU
Source Walfadjri

Article Lu 11259 fois

Vendredi 15 Janvier 2010





1.Posté par RAS LE BOL le 15/01/2010 15:35
ASSEZ! RESSAISISSEZ-VOUS MESSIEURS LES JOURNALISTES

La récente querelle par presse interposée entre Sidy Lamine Niasse et Aïssatou Diop Fall (après la condamnation du mari de cette dernière et tout ce qui s’en est suivi) révèle, au-delà de l’affaire qui les oppose, une certaine image du journaliste et du journalisme qui nous amène aujourd’hui à faire ce cri du cœur.
Sur «l’affaire» en question, il faut d’abord remarquer que c’est une véritable ironie du sort. Parce qu’en entendant Aïssatou Diop Fall revendiquer le droit à l’intimité et à la vie privée…après le malheureux procès intenté et remporté contre son mari, beaucoup de sénégalais se sont demandés s’il s’agissait bien de l’animatrice des émissions «ATAAYA» et «SORTIE». Tellement cette bonne dame s’était illustrée par un manque total de courtoisie et de «soutoura», en foulant au pied ce droit à la vie privé de ses malheureux invités, et la plupart du temps en les calomniant.
Maintenant qu’elle s’aperçoit combien ce qu’elle faisait subir aux gens - sous le prétexte fallacieux du «devoir d’informer » ou de la «liberté (anarchie) de presse» - est pénible, nous espérons qu’elle corrigera sa copie. Car ce qu’elle faisait, c’est tout sauf du journalisme !
Aujourd’hui, les choses se retournent contre elle, certes, mais aussi contre Sidy Lamine qui, il faut le dire, l’instrumentalisait à des fins, somme toute, personnelles.
Oui, avec cette «affaire», ce sont leurs ambitions secrètes qui sont mises à nu : La vérité c’est qu’ils utilisent la presse soit comme moyen de chantage pour aller ensuite cueillir la rançon auprès de leurs victimes, soit comme monnaie d’échange pour asservir leur ligne de rédaction au plus offrant. C’est vraiment lâche vis-à-vis de ces populations qu’ils instrumentalisent comme ils veulent d’autant plus que celles-ci croient aveuglément tout ce que la presse dit.
Mais comme le dit si bien l’adage : «on peut certes tromper une partie du peuple un moment, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps.» Les mensonges ont beau être maquillés, ils apparaissent clairement aux yeux des sénégalais un jour ou l’autre; et le plus marrant dans tout ça, c’est que ce sont leurs auteurs qui se démasquent eux-mêmes, ce sont eux-mêmes qui révèlent leurs sales combines en se chamaillant entre eux par presse interposée au fur et à mesure que des conflits d’intérêts surgissent dans leurs relations.
C’est tout de même hideux, ce visage là que la presse sénégalaise présente. Finalement, ces journalistes là ne sont pas si différents des politiciens : Chaque fois qu’ils veulent acquérir un pouvoir quelconque (pouvoir exécutif, pouvoir législatif, pouvoir de la presse, considéré comme quatrième pouvoir après celui judiciaire), ils capitalisent nos frustrations, nous font croire qu’ils sont de notre coté et, une fois qu’ils ont gagné notre confiance, une fois qu’ils se sentent suffisamment fort et accède au «pouvoir» souhaité, ils nous tournent presque automatiquement le dos pour aller partager le gâteaux avec ceux qu’ils présentaient naguère comme les bourreaux du peuple.
Ce ne sont pas que Sidy Lamine et Aïssatou Diop Fall hélas, il y a aussi le CDEPS (regroupant les diffuseurs et éditeurs de presse du Sénégal) qui a été récemment reçu au palais présidentiel : Est-ce que vous avez entendu ces patrons de presse défendre les intérêts du peuple comme ils prétendent le faire tous les jours à travers leurs journaux, leurs radios et autres télévisions ? NON, à la place ils ont tendu la main à Wade pour quémander 200 millions de rallonge sur l’aide à la presse, une «amnistie fiscale», des terrains etc. Et le peuple, qui leur a donné cette importance, dans tout ça?
Même si les propositions étaient venues de Wade, l’éthique et la constance n’auraient-elles pas commandé que ces patrons de presse refusent ces faveurs là et réclament, à la place, plus de transparence et de rigueur dans la gestion des finances publiques, plus de bonne volonté dans les politiques sociales pour apaiser les souffrances du peuple qu’ils relatent à longueur de journée dans leurs médias?
Mais non ! L’occasion était trop belle pour mériter d’être gâchée avec des «sujets sensibles»; certains journalistes mêmes ont eu toupet de dire après «GANNAAW AY DIAM» ! Quelle honte vraiment, quelle insulte au journalisme !
Dire que c’est nous qui achetons leurs journaux, qui leur donnons l’audimat tant convoité pour appâter les annonceurs et par conséquent, renflouons leurs caisses avec les publicités et sponsors devenus si nombreux maintenant dans les médias !!! Mais quelle bande de lâches ces gens là, THIPPIRI, c’est dégoûtant !
J’ose espérer tout de même que tous les journalistes ne se sont pas reconnus dans cette attitude déplorable de leurs mandataires à cette audience. Le cas échéant, qu’ils aient le courage et la dignité de se manifester et de s’inscrire en faux contre ces patrons de presses. Vous devez bien ça au peuple sénégalais qui a tout fait pour vous, qui vous a soutenu et vous a donné un nom et un pouvoir.

2.Posté par RAS LE BOL le 15/01/2010 15:52
Ceux qui coyaient encore naïvement que Sidy n'a pas retourné sa veste et demandaient des preuves sont servis. C'est pénible mais c'est la triste réalité, ces patrons de presse sont comme nos politiciens verreux: ils ne font que nous utiliser à des fins personnelles.
Ceux que je plein le plus ce sont leurs employés qui ne risque pas de voir la couleur de l'argent qui se cache derrière toutes ces transactions entre patrons de press et Etat

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State