Référence multimedia du sénégal
.
Google

NOUVELLE AUDITION DE L’ANCIEN PREMIER MINISTRE DANS UN MOIS:« Aucun élément nouveau contre Idrissa Seck» selon Me Boucounta Diallo

Article Lu 1295 fois


Convoqué hier devant la Haute Cour de justice pour une nouvelle audition en tant qu'ancien Premier ministre sur le dossier des chantiers de Thiès, M. Idrissa Seck est sorti du bureau du juge d’instruction après quatre tours de d’horloge. Face à la presse, Me Boucounta Diallo qui dirige le pool d’avocats de la défense a déclaré qu’il n’y a pas de nouvelle charge contre son client.



« Nous sommes venus répondre à une convocation de la Haute Cour de justice. Il faut préciser qu’il ne sera pas question de dévoiler les délibérations », déclare Me Boucounta Diallo aux journalistes au sortir de l’audition de l’ancien Premier ministre. «Rien n’a varié par rapport à ce que vous savez. Aucun élément nouveau ne remet en cause les premières déclarations de M. Seck (…) », a-t-il ajouté. Revenant sur le contenu de l’arrêt rendu par la commission d’instruction de la Haute Cour de justice au mois de février 2006, Me Diallo précise qu’il est clairement indiqué que son client ne peut pas être inculpé sur la base des éléments du dossier. «Ce qui veut dire que c’est un non-lieu total jusqu’à ce que la preuve soit apportée que mon client est en connexion avec les entrepreneurs » soutient l’avocat du maire de Thiès. À l’en croire, l’arrêt rendu par la commission d’instruction pose deux conditions pour pouvoir retenir des charges contre l’ancien Premier ministre sur le dossier des chantiers de Thiès.
La première, c’est si la responsabilité des entrepreneurs des chantiers de Thiès, plus particulièrement Bara Tall, est assise. D’autre part, si on détermine sa responsabilité sur une surfacturation qui pourrait avoir lieu et « qu’on n’a pas encore justifié ». Toutefois, indique le conseiller juridique de Idrissa Seck : « Même s’il est prouvé qu’un entrepreneur a fait des surfacturations, la preuve devrait alors être apportée que la responsabilité du Premier ministre qu’il a été est engagée ». À la question de savoir si son client bénéficie d’un non-lieu total, Me Diallo dira qu’il s’agit d’un problème sémantique. Mieux, il soutient qu’il « ne pèse aucune accusation grave contre Idrissa Seck comme l’indique l’arrêt ».
C’est pourquoi il estime que son client « bénéficie d’un non-lieu total jusqu’à ce qu'une preuve contraire » lui soit apportée. Selon lui, c’est cela qu’on appelle le non-lieu. Mais, précise t-il, « la commission est maîtresse de l’instruction et c’est à elle d’apprécier s’il y a lieu de poursuivre l’instruction dans le sens indiqué ». À signaler que l’ancien Premier ministre sera entendu une nouvelle fois le 21 mai prochain par les membres de la haute Cour de justice.

Source: Le Matin

Article Lu 1295 fois

Mercredi 23 Avril 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State