Référence multimedia du sénégal
.
Google

NOUVEAU KHALIFE GÉNÉRAL DES MOURIDES : Serigne Bara Mbacké raconté par son compagnon

Article Lu 11857 fois

Pour parler de l’itinéraire de l’actuel Khalife général des Mourides, on ne peut trouver une personne plus indiquée que Serigne Modou Mamoune Niang. Ce dignitaire mouride a été son condisciple et a partagé avec lui la cour de Serigne Fallou Mbacké, son père et deuxième Khalife général des Mourides.



NOUVEAU KHALIFE GÉNÉRAL DES MOURIDES : Serigne Bara Mbacké raconté par son compagnon
Dans un témoignage qu’il nous livré à son domicile non loin de la mythique grande Mosquée de Touba, il a souligné les qualités de Serigne El hadji Bara. Selon le compagnon, l’actuel Khalife a hérité ces qualités de son homonyme. Serigne Modou Mamoune Niang révèle que Serigne El Hadji Bara est polyglotte. Il parle aussi bien le wolof, l’arabe et le français. Pourtant, ajoute-t-il, « je n’ai jamais entendu qu’il a fait l’école française ou est parti étudier à l’extérieur ». Aujourd’hui qu’il est Khalife général des Mourides n’étonne guère ce compagnon. Il révèle que le marabout avait prédit que son nom sortira de l’anonymat. « Cela s’est réalisé », se réjouit-il. Parce que Serigne Bara fait partie des ces grandes personnalités, ajoute-t-il.

Parlant de son caractère, il le décrit comme affable, chaleureux à l’image de son père. Toutefois, ajoute-t-il, ce personnage humble et généreux n’en est pas moins à cheval sur l’orthodoxie mouride. « Cheikh Abdou Khadre qui était pendant 12 ans, l’imam de la mosquée, se rappelle de lui comme étant toujours parmi les premiers à se rendre à la Mosquée au premier appel », déclare Serigne Modou Mamoune Niang.

Confident de son père de son vivant, il a acquis une expérience de la connaissance et de la gestion des relations avec l’Etat. Autre trait de caractère noté chez le Khalife Serigne El Hadj Bara, c’est le respect de ces oncles. On le présente comme un ami de Serigne Saliou qui lui confiait entre autres missions, celle d’accueillir et d’introduire des personnalités comme Abdou Diouf. Selon Serigne Modou Mamoune Niang, l’actuel Khalife a beaucoup voyagé à travers le monde. Il a fait New York, New Jersey, Washington, l’Espagne, l’Italie, le Liban, l’Egypte, l’Arabie Saoudite. Il s’est rendu à la Mecque et Médine dans le cadre de « umra », plus de 30 fois du vivant de son père. D’ailleurs, rappelle-t-il, en 1963, lorsque El Hadj Fallou avait donné le « Ndigeul » à son fils aîné, Serigne Boussou Mbacké, de visiter quelques pays, il l’avait accompagné. Ils se sont rendus en France, au Liban, en Egypte, mais ils n’ont pu se rendre en Israël parce que la guerre avait éclaté de nouveau entre la Palestine et l’Israël. Ils ont également rendu visite au président Gamal Abdel Nasser. Ils ont vu aussi Cheikh Lasser. Après, ils sont partis à La Mecque pendant que le roi Fayçal était au trône. « Ce dernier, dit-il, nous a accueilli et hébergé à l’hôtel. Nous avons rencontré au cours de cette visite plusieurs officiels des pays étrangers surtout à Mina ». « J’étais son secrétaire en arabe, El Hadj Dramé était son secrétaire en français, il y a aussi Mamadou Lamine Fall, le docteur. Parmi les membres de la délégation, il y avait aussi Serigne Boussou Sokhor, ses fils El Hadj Fallou Mbacké et Mamadou Habane Mbacké », rappelle fièrement Serigne Modou Mamoune Niang.

Source: Le Soleil

Article Lu 11857 fois

Samedi 16 Février 2008


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State