Référence multimedia du sénégal
.
Google

NIGERIA - Obasanjo passe le pouvoir à son successeur Umaru Yar'adua

Article Lu 1765 fois

Olusegun Obansanjo, à la tête du Nigeria depuis 1999, confie mardi les rênes du pays le plus peuplé d'Afrique à l'homme qu'il a tout fait pour imposer, le discret gouverneur Umaru Yar'adua.



NIGERIA - Obasanjo passe le pouvoir à son successeur Umaru Yar'adua
Le président nigerian sortant a fait ses adieux lundi soir à la nation en promettant tout son soutien à son successeur Umaru Yar'Adua qui doit prêter serment mardi.

"Ce soir, je vous fais mes adieux en tant que président de ce pays durant les huit dernières années" a dit M. Obasanjo dans son discours radio-télévisé.
"Demain, je remettrai le pouvoir à Umaru Yar'Adua, notre président élu à qui je m'engage à apporter mon soutien total ainsi qu'à son gouvernement", a-t-il ajouté.

Pour le nouveau président, élu dans des circonstances violentes et controversées, le défi et le mandat sont aussi clairs que difficiles: sortir le Nigeria et ses 140 millions d'habitants de la misère, éradiquer une corruption effrénée et ancrer définitivement le pays dans la démocratie.

"Le jour où je rencontrerai Dieu, je lui dirai: +Eh bien tout n'était pas parfait mais j'ai fait de mon mieux+". Ainsi le président Obasanjo résumait-il récemment dans un entretien avec l'AFP ses huit ans à Aso Rock, le surnom de la présidence à Abuja.

M. Obasanjo part à 70 ans sur un succès ambigu: mardi le Nigeria vivra certes la première transition civile depuis l'indépendance en 1960, mais au prix d'une élection (le 21 avril) généralement jugée frauduleuse à l'étranger.

Autre paradoxe: grâce à de fabuleuses richesses en pétrole et en gaz, les caisses sont pleines (plus de 46 milliards de dollars de réserves) mais les Nigérians sont toujours aussi pauvres sinon plus qu'en 1999.

Pour sa défense, M. Obasanjo plaide pour la durée et la compréhension. La démocratie "n'est pas une destination mais un voyage que nous n'avons pas terminé", dit-il. Et de toute façon, la communauté internationale ne peut pas se fâcher trop longtemps avec le sixième exportateur mondial de pétrole...

Jusque là obscur gouverneur de l'Etat musulman de Katsina (nord), Umaru Yar'adua, 55 ans, va devoir se démarquer assez vite de son mentor s'il veut asseoir son autorité. Bien que M. Obasanjo assure se retirer pour s'occuper de son élevage de poulets, de nombreux observateurs nigérians et étrangers prédisent qu'il tirera encore beaucoup de ficelles. "J'ai du mal à croire à sa retraite", confie un diplomate à l'AFP.

M. Yar'adua hérite d'un système où se mêlent parrains politiques et hommes d'affaires dans une confusion des genres propice à une gigantesque corruption, dont le Nigeria est l'un des champions selon Transparency International. Près de 400 milliards de dollars évaporés dans les poches des dirigeants passés depuis l'indépendance, selon l'ONG.

Il devra compter avec les puissants barons du parti au pouvoir, le PDP, dont certains rêvaient de s'asseoir dans le fauteuil présidentiel mais en ont été écartés par M. Obasanjo.

Le nouveau président a toutefois déjà fait entendre sa différence. "Le peuple est désabusé parce que la direction précédente a abusé de sa confiance. Au point que, pour parler franchement, le gouvernement a perdu toute crédibilité, le sens de la responsabilité et l'autorité morale" a-t-il reconnu à un hebdomadaire nigérian. "Mon administration sera celle des dirigeants serviteurs, le temps du leadership élitiste est terminé", a-t-il promis.

Il a également fait entendre sa différence sur la façon de traiter la question du Delta du Niger,région pétrolière du sud du pays en proie à des violences incessantes. Ceux qui se battent pour un meilleur partage de la manne pétrolière au profit des populations locales "ont de véritables arguments", disait-il à l'AFP le 31 mars.

Après avoir juré sur le coran, Yar'adua entrera à Aso Rock nimbé d'une double interrogation. Sera-t-il un président de transition "sous influence", et sera-t-il physiquement capable d'assumer cette fonction jusqu'au bout de son mandat? En pleine campagne électorale, il avait été évacué d'urgence en Allemagne pour des raisons médicales.

Source: AFP

Article Lu 1765 fois

Mardi 29 Mai 2007


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 23:56 En Allemagne, la police roule... en Ford Mustang

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State