Référence multimedia du sénégal
.
Google

Musique - Bataxal : Lettre d’accréditation des ambassadeurs des Parcelles assainies

Article Lu 1591 fois

Le posse Be Underground a sorti sur le marché son premier produit, intitulé Bataxal (La lettre). Ce nouvel album a la prétention de donner un nouveau visage au rap sénégalais, sur fond de dénonciation des tares de la société.



Musique - Bataxal : Lettre d’accréditation des ambassadeurs des Parcelles assainies
Si vous entendez ‘la bande des quatre’, ne pensez pas forcément à l’aile la plus radicale de la révolution chinoise mais plutôt à un nouveau groupe de quatre rappeurs, venus de la banlieue, précisément des Parcelles assainies.
Ils se (sur)nomment Bouna ‘Lil be’, Maoda ‘Meuf’, Birane ‘Mc Bira’ et Bakhoum ‘M. L Bakhoum’.

Après une situation difficile, le groupe entend gagner ses marques dans le gotha du rap sénégalais. Pour ce faire, ils ont commencé par s’offrir une carte de visite sur le marché. Leur première cassette Bataxal sortie en janvier dernier apparaît comme une lettre d’accréditation de ceux qui se présentent comme des ambassadeurs des Parcelles assainies.

Composé de huit titres, dont Am Ak Niak, Feat Dieup, Benene Guiss-Guiss, Job feat Biba, Xam- Xam Dou Doy, cet album permet aux jeunes artistes de traiter des thèmes divers tels les comportements peu recommandables de certains individus. Et l’idée pour ‘la bande des quatre’ est d’ ’inviter le commun des mortels à se remettre en cause’, soutiennent-ils. La société doit se poser des questions d’ordre métaphysique. Selon eux, l’éthique et la morale doivent être les deux béquilles de la société face à la déchirure sociale qui hante la jeunesse. Une jeunesse marquée par des turpitudes, le chômage, l’immoralité…

Pour eux, le véritable problème, c’est le manque de moyens. Cette première expérience dans le milieu du show-biz leur a permis de constater les difficultés d’écoulement des produits musicaux, les exigences des producteurs liés au tirage, à la duplication des productions, entre autres. Mais cela ne les empêche pas de reverser plus de trois mille cassettes sur le marché, après un premier tirage de mille copies.

Dans son projet de révolutionner le mouvement hip-hop sénégalais, Be Underground entend allier la culture traditionnelle aux autres cultures du monde. Même si, ces animateurs avouent être influencés par la musique américaine. Ils ont choisi d’épouser ce style, en comptant notamment sur une bonne dose de sonorités traditionnelles. Avec ‘une musique et des paroles foncièrement engagées’, plaident-ils.

Pour Maoda ‘Meuf’, si Be Underground a adopté ce style, c’est parce qu’il veut marquer son empreinte dans le mouvement rap pour pouvoir se placer au-devant de la scène musicale. Et après des prestations en milieu scolaire au niveau de Dakar, ‘la bande des quatre’ rêve de conquérir les podiums de l’intérieur du pays, de la sous région. Leur force, disent-ils, se trouve dans cette envie de vouloir se positionner sur l’international.

Cheikh FALL (Stagiaire)
Source: Walfadjri

Article Lu 1591 fois

Mardi 28 Août 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State