Référence multimedia du sénégal
.
Google

Migrations des mineurs : Ces chiffres qui inquiètent

Article Lu 1522 fois

Migrations des mineurs : Ces chiffres qui inquiètent
La migration irrégulière des mineurs et des jeunes élèves, à l’origine d’une rencontre avec la presse hier, est un fléau, selon Gérard Anokoko, président de l’Ong Groupe Agora pour l’Education aux droits de l’enfant et à la paix. Et elle cache des chiffres inquiétants qui nécessitent une meilleure prise en compte des Etats concernés



Migrations des mineurs : Ces chiffres qui inquiètent
Le Sénégal constitue un centre de gravité d’une grande circulation migratoire internationale. Aujourd’hui, il est à la fois un pays de départ, de destination et de transit. ‘En 2005, rapporte le président de l’Ong Groupe Agora pour l’Education aux droits de l’enfant et à la paix, Gérard Anokoko, le ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur estimait le nombre d’émigrés sénégalais à 650 000 à travers le monde, dont 400 000 en Afrique, 190 000 en Europe et 43 000 en Amérique. Soit au total 5,6 % de la population résident au Sénégal’. Cette situation, l’Ong Groupe Agora pour l’Education aux droits et à la paix, en partenariat avec l’Organisation internationale pour les migrants (Oim), l’explique par la mobilité de la population sénégalaise.
De nos jours, d’après l’organisation qui s’illustre dans la lutte contre la migration irrégulière, 1,3 million d’habitants vivent en dehors de leur région de naissance, soit un taux de 13,3 %. En outre, poursuit la même source, il est noté que 30 millions de personnes passent illégalement chaque année une frontière internationale, dont 400 000 à 500 000 entrent dans l’Union européenne. Ainsi, le nombre de résidents illégaux serait d’environ 3 millions pour l’ensemble de l’Ue. En 2006, l’Ong Agora qui rapporte les résultats de l’enquête menée par l’Oim, rappelle que 30 000 migrants illégaux ont été recensés aux îles Canaries où 6 000 candidats à l’immigration clandestine ont péri ou disparu des côtes africaines. Suffisant, selon M. Anokoko, pour que la migration des mineurs soit une préoccupation pour les Etats d’origine comme pour ceux de destination et cela à plusieurs titres. D’après lui, derrière la figure de l’enfant migrant et vulnérable, se dressent de nombreux problèmes et défis à relever pour d’abord protéger les enfants concernés, mais aussi pour que les migrations irrégulières cessent d’être un terreau de souffrances.

La situation de ces migrants illégaux est rendue difficile par le fait que, malgré les efforts consentis pour augmenter la scolarisation au Sénégal, le taux d’alphabétisation reste élevé avec 59,6 % des moins de 20 ans. Et ce faible niveau d’instruction des jeunes a des répercussions sur leurs possibilités d’intégrer durablement le marché du travail. C’est la raison pour laquelle, le président de l’Ong Groupe Agora estime que ‘d’où qu’il vienne, quel que soit le motif du départ, le mineur étranger non accompagné est triplement vulnérable dans le pays de destination : comme enfant d’abord, puis isolé en raison de l’absence de parents ou de représentant légal et enfin en tant qu’étranger’. Dès lors, ajoute-t-il, les mineurs étrangers non accompagnés sont soumis à des régimes juridiques dont les objectifs sont différents et parfois même contradictoires en ce sens que les droits de l’enfant et la protection de l’enfant sont très favorables aux mineurs, face au droit des étrangers et de l’immigration, bien plus restrictif et basé sur des notions de sécurité et d’ordre public.

En 2007, le nombre de mineurs non accompagnés en Espagne était estimé à environ sept mille et ils étaient principalement originaires du Maroc, d’Algérie, de Roumanie et d’Afrique subsaharienne. Dans ce lot, le Sénégal n’en a dénombré que trente-sept de ses fils provenant de Dakar, Saint-Louis, Ziguinchor, Mbour ou encore Kayar.

Un phénomène rendu plus visible par la récession économique mondiale

La migration est-elle un phénomène nouveau ? Convoquant l’histoire, l’Ong Groupe Agora souligne que la migration constitue un phénomène ancien sans lequel, il n’y aurait certainement pas d’économie mondiale. Il s’agit, notamment, selon M. Anokoko, de la contribution à l’économie mondiale par la migration forcée, suite à l’esclavage et le recrutement de gré ou de force des travailleurs en direction des plantations de l’Amérique et de l’Europe. Seulement, s’insurge l’Ong Groupe Agora, après l’esclavage, la récession économique mondiale en a fait un fléau, une autre forme de commerce honteux.

Chiffre à l’appui, M. Anokoko qui rapporte les résultats de l’enquête de l’Oim, indique que 200 millions de migrants sont officiellement enregistrés dans le monde en 2006 pour causes de persécution, de recherche d’un meilleur niveau économique ou mieux-être social, et de regroupement familial. Mieux, Gérard Anokoko souligne que la migration est un phénomène qui existe de tout temps. Elle est ancienne, remise au goût du jour et a trouvé une place de choix dans le hit-parade des sujets dont on parle au niveau international. Et le pourcentage par rapport à la population mondiale n’a pas varié au cours des derniers siècles. Il a même été plus élevé à une époque passée, selon M. Anokoko pour qui les formes de migration n’ont pas changé.

De même, les violations des droits de migrants, les abus auxquels ils sont exposés ne sont pas fondamentalement différents d’un siècle à un autre. Pour lui, ce qui a sans doute changé, c’est la visibilité du phénomène, son utilité, la conscience accrue de son impact sur les divers aspects de la vie économique et sociale des sociétés d’origine et d’accueil, ainsi que sur la vie des migrants et de leurs familles.

Abdoulaye SIDY
Source WALFADJRI

Article Lu 1522 fois

Vendredi 7 Août 2009





1.Posté par marie le 07/08/2009 17:45
je sui la première .wésh

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State