Référence multimedia du sénégal
.
Google

Metzo Diatta: «Je ne fais pas de la musique pour plaire aux filles»

Article Lu 12200 fois


Metzo Diatta: «Je ne fais pas de la musique pour plaire aux filles»
Pouvez vous vous présenter à nos lecteurs ? Je m’appelle Metzo Diatta auteur compositeur interprète. J’évolue dans la mouvance acoustique et j’essaie d’apporter un tant soi peu ma touche à la musique sénégalaise. Je suis un musicien engagé qui a choisi en un moment donné, après mes études de me lancer dans la musique que je crois être le meilleur vecteur de communication pour parler à mes concitoyens. Dieu a fait que j’avais un don dans la composition et je n’ai pas hésité à emprunter cette voie.

Quelle est votre formation musicale ?

Je suis autodidacte. J’avais des amis qui m’ont très tôt initié à la guitare basse parce que j’ai débuté comme bassiste. Apres mon bac, je suis allé poursuivre mes études en France et c’est là-bas que j ai commencé à m’investir pleinement dans la musique. Je me suis inscrit dans une école de musique où j’ai eu à apprendre la guitare basse et la batterie. J’ai eu par la suite à évoluer dans des groupes de Reggæ de Rock et de variétés. C’est après qu’on a formé un groupe de Rap et j’y faisais de la programmation c’était en 1994. C’est en 1997 que j’ai commencé ma propre carrière musicale.

Qu’est ce qui vous a poussé à choisir la musique acoustique ?

J’ai débuté dans la musique en France qui est un pays multiculturel. Le Mbalakh n’existait pas là-bas. J’ai commencé à faire le Reggæ le Zouk et consorts. Le Mbalakh c’est la musique de mon enfance et qui nous a bercé en tant qu’étudiant. Le Mbalakh était notre repaire identitaire lorsque nous étions étudiants. Cela dit, je ne suis pas venu dans la musique pour être un messie ou Zorro. Toutes les musiques ont droit de cité au Sénégal et c’est parce que toutes ces musiques là auront des représentants que la culture ira de l’avant. Je ne sais pas faire le Mbalakh. J’ai une musique que je sais faire et j’essaierais de le faire de mon mieux.

Est-ce à dire qu’il y’avait un manque avant la percée de la musique sénégalaise ?

Je ne dirais pas cela. La musique sénégalaise a quand même démarré sous de bons auspices. Baaba Maal, Ismael Lo, Omar Pene, Youssou Ndour sont tous des références et ils ont marqué la World Music. Ce sont de grandes stars et ils font tous une musique différente. Mais c’est après que les choses se sont gâtées. C’est vers la fin des années 80 90 que la musique sénégalaise a commencé a versé dans la monoculture. Les gens ont commencé à faire la même chose. Et dans cela, il y’a des responsabilités qui sont partagées. Car le Sénégal a toujours été un creuset de musique. Des groupes comme le Xalam qui sont de référence internationale, des monsieurs comme Idirissa Diop ou encore Labba Sosseh ont marqué le monde de la musique. C’est la raison pour laquelle nous sommes montés au créneau pour éviter que le Sénégal s’enfonce dans cette monoculture d’une seule musique.

Vous parliez tantôt de responsabilités A quoi faites vous allusion ?
Je fais allusion aux pouvoirs politiques en premier car ceux qui nous gouvernent ont une très grande responsabilité dans la marche que prend le pays. Or la culture est un aspect non négligeable dans une nation. C’est cette monoculture qu’on sent dans la musique sénégalaise on la ressent également dans l’éducation dans l’économie, dans le social bref dans tous les secteurs. Donc la culture est un bon baromètre pour mesurer le degré de créativité d’un pays. Moi j’incombe donc cette responsabilité aux dirigeants qui ont négligé en un moment donné le potentiel culturel de ce pays. Les artistes sont également responsables car ils ont sombré dans la culture de la musique alimentaire Leur unique préoccupation c’est de gagner de l’argent de bien vivre. La musique était devenue mercantile. Du coup, tous les artistes se sont rués vers un style et se sont dits que c’est ça qui marche. Le public également n’est pas en reste car il a su imposer son diktat de même que les médias. Car lorsque je suis revenu au Sénégal j’entendais les gens dire que ceux qui ne font pas du Mbalakh ne vont pas réussir dans la musique. Moi je me suis toujours occupé de ma musique acoustique. Je suis allé au-delà de ce discours pour montrer aux gens qu’on pouvait réussir avec une autre forme de musique. Aujourd’hui les Mbalakhman nous ont rejoint dans ce que nous faisons.

Est-ce à dire que selon vous les politiques favorisent le Mbalakh parce que c’est un genre musical qui n’est pas engagé ?

Le Mbalakh est la musique la mieux organisée au sénégal. Le business de la musique sénégalaise est organisé autour du Mbalakh. C’est à nous de nous organiser. Le Hip Hop a montré la voie à suivre. Tous les styles musicaux doivent avoir droit de cité. Aujourd’hui on commence à parler de nous. Ce n’est pas parce que les pouvoirs publics nous ont donné les moyens. Non ! On parle de nous car il y’a des gens qui se sont battus pour faire imposer ce style musical. Je suis très fier de voir aujourd’hui des jeunes se promener dans les rues avec des guitares et faire de la musique de qualité c’est le résultat d’un long travail. On a gagné une bataille mais non la guerre. Aujourd’hui le combat c’est la qualité dans nos œuvres. Je ne dirais pas que les pouvoirs politiques ont favorisé qui que ce soit, ils ont logé tout le monde à la même enseigne mais en ne faisant rien du tout pour personne.

Qu’est ce qui a été le déclic de cet engouement suscité par la musique acoustique selon vous ?

La persévérance. On a proposé des produits qui résistent au temps. Une chanson comme Djembéring qui a dix ans n’a pas pris une seule ride. Le clip a cinq ans et n’a pas pris une ride. C’est la rançon du travail. Il faut que les gosses qui font l’acoustique soient aidés. L’avenir de la musique sénégalaise va passer par l’acoustique.

A ce rythme est ce que la musique acoustique ne va pas reléguer au second plan le Mbalakh ?

Moi j’adore le Mbalakh. C’est un patrimoine mais il faut qu’il soit fait autrement. Youssou Ndour a fait le tour du monde grâce au Mbalakh. Ce n’est pas une musique à ranger aux oubliettes. Il nous appartient. Il n’y a pas un sénégalais qui ne vibre pas au son du Mbalakh. Mais il faut faire en sorte que cette musique soit accessible au monde entier et c’est possible.

Comment expliquez vous la décision de certains chanteurs acoustiques de se baser en Europe plutôt qu’au Sénégal ?

Moi je prône le retour des Diogal et autres. L’acoustique c’est ici qu’il faut la défendre. C’est ici que cela ce passe Il faut que la musique sénégalaise parte de la terre Sénégalaise pour conquérir le monde. Moi je comprends ce souci des artistes dont la musique n’était pas considérée, de s’exiler pour avoir les moyens de faire leur musique. Maintenant l’heure a sonné pour que tous ces artistes retournent au bercail. Surtout que la musique sénégalaise commence à gagner une certaine aura. Il faut qu’ils reviennent pour créer ici des structures et promouvoir davantage la musique acoustique. En 1975 il n’y avait pas le Mbalakh, c’était la salsa. C’est la même chose.

Vous êtes un chanteur très engagé. Que vous inspire la pauvreté constatée de plus en plus dans les textes de certains musiciens sénégalais ?

Le «griotisme» c’est notre tradition, c’est notre patrimoine. Mais encore faudrait il savoir qu’il existe les griots détenteurs d’un savoir séculaire et d’une tradition et les musiciens. Il ne faut pas que les gens fassent l’amalgame. Le griot et l’artiste musicien ce sont deux choses à part. Il ne faut pas que les gens fassent cette confusion. Le travail d’un artiste musicien c’est de faire des chansons engagées. On ne peut pas se passer des griots, ils font leur travail à part ce n’est pas la même chose avec les musiciens. Mais pour faire la part des choses, il faut que ceux qui s’y connaissent occupent le devant de la scène et prennent la parole pour expliquer à ceux qui ne savent pas. Le drame au Sénégal c’est qu’on passe tout notre temps à faire la musique d’hier. Il n’y a pas de conservatoires au Sénégal, c’est grave. Ceux qui font la musique de demain, il n’y a rien pour eux. La musique électronique n’existe pas ici, or le monde est devenu un monde électronique. Nous sommes trop focalisés sur la tradition. Elle est certes très importante mais il faut s’ouvrir au monde.


Et les musiciens qui passent tout leur temps à chanter les louanges des politiciens. Vous en dites quoi ?

Ce ne sont pas des musiciens ce sont des griots qui s’ignorent. C’est aussi simple que cela.

Est-ce à dire que le mot artiste n’est pas compris à sa juste valeur ?

Mais, c’est justement cela. On ne comprend pas qui est artiste et qui ne l’est pas.

Et pourquoi vous n’avez pas voulu suivre cette voie pour rouler sur l’or ?

Je ne fais pas de la musique pour manger. Moi j’ai un Bac + 5. Je devais faire une carrière professionnelle. Aujourd’hui j’aurai pu être un cadre. J’ai plusieurs promotionnaires qui sont dans de hautes stations en costume cravates avec de gros ventres. Je ne vais pas citer leur nom. Don si c’était pour gagner de l’argent ma voie était toute tracée Je fais de la musique parce que j’ai des choses à dire. Je suis plus utile à ma société en tant que musicien. Parmi mes promotionnaires, j’étais le seul à savoir faire de la musique. Il n’y a pas beaucoup de musiciens sénégalais qui ont le cursus que j’ai. Je me suis senti plus utile dans la musique, la preuve grâce au travail qu’on a fait, la musique acoustique a renaît de ses cendres et il y a une véritable révolution. L’argent ce n’est pas mon objectif premier. Je n’ai jamais mis l’argent en avant. Et tous les artistes qui mettent l’argent en avant non seulement ils ne vont pas l’avoir mais ils ne feront pas carrière. La musique c’est l’amour d’abord, il faut la sentir. L’argent c’est bien après.

Que vous inspire la guerre sans merci que se livrent les artistes sénégalais ?

C’est tout simplement par ce que les gens font tous la même chose qu’il y’a ces problèmes. Le prisme de l’artiste est unique. Quand on est artiste au vrai sens du terme on est en concurrence avec personne. C’est pour cela que les grands artistes on ne les voit jamais dans ce genre de débats. Ce n’est pas le fait de voir ces musiciens se tirer dessus qui est normal mais plutôt le sous bassement de leurs querelles qui est anormal. Omar Pene, Ismael Lo, Yousssou Ndour, tu ne les verras jamais faire ces genres de choses. La musique sénégalaise n’a pas connu ces genres de problèmes avec ses précurseurs. Ces problèmes sont apparus lorsque les gens ont commencé à faire la même chose.

Quel est l’artiste sénégalais qui a le plus influencé Metzo ?

Il y’en a beaucoup. Tous les ténors Omar Pene, Ismael Lo, Yousssou Ndour, Baaba Maal m’ont influencé. Mais j’adore Souleymane Faye et Ouza pour leur éthique et leur originalité. Ces gens là ne roulent pas sur l’or mais ils roulent sur l’or de la créativité. C’est la créativité en tant que telle qui est l’or. Ce sont de grands messieurs de la musique sénégalaise. Il faut qu’on les considère à leur juste valeur. Ils inspirent le respect.

Etes vous marié ?

Je suis marié et père de cinq enfants

Vos rapports avec les filles ?

Je ne suis pas jeune, j’ai 37 ans je ne fais pas de la musique pour plaire aux filles. J’ai dépassé ce stade. Je fais de la musique consciente. On fait une musique qui puisse résister au temps et servir à la génération future.

Dernier mot ?

Je viens de sortir mon dernier album Roots Acoustikeurs. J’ai pris cinq années pour le travailler. Donc c’est un travail de qualité. J’invite les sénégalais à aller l’acheter pour le découvrir.

Réalisé par Amadou Lamine Mbaye

Source: 24 Heures chrono

Article Lu 12200 fois

Samedi 18 Juillet 2009





1.Posté par dofbi le 18/07/2009 23:49
diadieuf metzo
mister B

2.Posté par anonyme le 19/07/2009 00:31
mais pour qui il se prend ? senegal mo nekh dé ré ba tass !

3.Posté par senegal le 19/07/2009 00:51
qui fait de la musique pour plaire au fille..?

4.Posté par senegal le 19/07/2009 00:51
wa ki moy kane ???

5.Posté par Khady le 19/07/2009 02:38

6.Posté par Bruce Lee le 19/07/2009 10:56
Metzo la "MODESTIE" ne tue pas!
Même si t'as BAC+25 t'es nullement + valable intellectuellement, ni humainement, ni moralement que les autres.

Même si je partage une partie de ton analyse la musique accoustique a tjrs existé au Sénégal on ne vient pas de la découvrir dans les années 2000.

7.Posté par Jo le 19/07/2009 20:03
Un grand artiste plein humilités pour ceux ce qui le conaissent

8.Posté par mendieta diahité le 21/07/2009 17:15
mais Bruce lee pkoi vous voyez que dans le mauvais sens les chose . à le lire medzo est loin d'etre pédant à mon avis ce est important qu'il ait mentionné son niveau d'étude afin de démontrer k'il est important de faire des études car au sénégal les jeunes ont tendance à négliger les études pretextant ke la musik est leur source de gagne pain.
les textes de metdzo sont claires et sensés c 'est ce qui fait kil est à l'aise quand ils parle il est tres callé comme on dit chez j'aime ecouter ces interview dans les medias car tu te dis voila un l'intellectuel qui parle
c 'est le cas de daby j'aime pas trop sa musik mais ses textes son riches

9.Posté par COOLMAN MONTRÉAL le 24/07/2009 23:00
Bon COURAGE METZO

N'écoutes pas les parleurs et les défaitistes et les jaloux...

10.Posté par gazelia le 27/07/2009 19:40
y'en a vraiment qui sont idiots quoi!!!!!!!!metzo il a le droit de donner son niveau d'étude si vous vous n'avez pas ce niveau on s'en fout.c'est important parcequ'à travers ses textes on sent que c'est un intello qui parle un gars cultivé!!!!!!!!!!
COURAGE METZO TE LAISSES PAS DESTABILISER PAR DES CANCRES

11.Posté par Tyko le 02/08/2009 18:43
Merci Gaziela;des gens comme vous sont rare il faut féliciter ceux qui trvaillent avec dignité et encourager peut etre les autres. Mais ou est le blem si Metzo dit son niveau d'etude;en plus il fait fais bien le boulot ....! C'est un intélo mon gars!
METZO du courage t sans facon n'écoutes pas les dingues!

12.Posté par AFRICABOX POINT COM le 04/08/2009 22:47
www.africabox point com;
Nous sommes une société spécialisée dans la distribution numérique. Si vous désirez que vos artistes soient distribuées sur plus 100 plateformes de téléchargement légales de part le monde (dont i tune, fnac, amazon,...) et ainsi augmenter vos ventes, n'hésitez pas à nous contacter. De plus, nous avons lancé une chaine de TV, africaboxtv dédiée à la musique africaine et nous passons les clips des artistes distribués.

13.Posté par Niang le 04/08/2009 23:55
Bravo Ahmed S. Diatta !
J'ai entendu dire que tu es devenu un musicien ( pas ds le mbalah, thank you!). On s'est connu sur les bancs au lycee van vo etant dans la mm classe. Tu etais doue pour les etudes, pas pour le football. Lol !!! Ce n'est pas une surprise que tu sois engage dans ce domaine.
Tous les camarades de la TA3 A sont fiers de toi.
Il est vrai que notre musique peut avancer sans ces chanteurs affames qui ne chantent que les louanges des gens. Ca n'aide pas la nouvelle generation des jeunes musiciens dont la majorite manque d'inspiration.
Mes questions sont : comment faire pour acceder a ta musique ici aux states? As tu un website ou on peut trouver des articles te concernant?
Ci kanam bro,
May Allah continue to bless you.


14.Posté par adji le 18/11/2009 12:58
tu sais metzo tu fait l tabac c temps si avc l album roots acoustics tu chantes exicivement bien j t encourage

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State