Référence multimedia du sénégal
.
Google

Meilleurs voeux de Bongo au Gabon : Cinq opposants en prison

Article Lu 1918 fois

Omar Bongo a toujours eu le sens du timing. Mercredi 31 décembre, le président gabonais a donc profité du réveillon pour jeter en prison une brochette d’opposants de la société civile. Leur point commun ? Avoir porté ces derniers mois la cupidité du régime et de ses affidés devant la justice française. Une coalition d’ONG réclame leur libération.



Meilleurs voeux de Bongo au Gabon : Cinq opposants en prison
A Libreville, la rumeur des maquis disait Omar Bongo furieux de la plainte lancée en France sur ses biens mal acquis. Une plainte relayée par plusieurs ONG, françaises et gabonaises. Comme celle de Marc Ona Essangui, Coordinateur de la campagne Publiez Ce Que Vous Payez(PCQVP), qui milite pour une gestion transparente des revenus des industries extractives.

Rue89 l’avait filmé à Paris lors d’une action symbolique menée devant un hôtel particulier du président gabonais. Marc Ona rappelait alors un "effet de la mondialisation, qui est que quand votre voisin pleure, c’est celui d’à côté qui prend le relais".

Mercredi dernier, 31 décembre, la police a donc lancé un coup de filet contre trois acteurs de la société civile et deux journalistes. Tous incarcérés pour... un motif encore inconnu. Ils devaient être déférés au parquet dans la soirée de mardi.

En arrière-plan, la fortune de Bongo et les dérapages des huiles du régime

La garde à vue gabonaise

On pourrait en rire, mais c’est un porte-parole du ministère des Affaires étrangères qui a livré la précision : au Gabon, la garde à vue peut durer "cinq jours, hors jours fériés", week-end compris. Une particularité qui permet d’expliquer la longueur inhabituelle de la procédure en cours, puisque le 1er et le 2 janvier, puis le week-end, n’ont pas été comptabilisés.

Alertées dans la journée, les ONG françaises ont eu du mal à obtenir des informations durant le long week-end de trève de fin d’année. Vendredi 2 janvier, le ministère français des Affaires étrangères commente mollement l’affaire lors du point presse :

"Nous considérons d’une part qu’il faut respecter les procédures de justice mais d’autre part, nous rappelons notre attachement au rôle de la société civile. Nous venons d’avoir notre ambassade qui suit attentivement cette situation pour tenter de comprendre ce qui se passe. Ces personnes font, semble-t-il, l’objet d’une garde à vue, nous attendons de voir comment les choses vont évoluer. Nous suivons attentivement cette affaire."

En fait, les militants et les deux journalistes sont retenus au commissariat central de Libreville. Un lieu de sinistre réputation où les policiers ont parfois la main lourde sur les suspects. Sans compter l’effroyable dépôt du sous-sol, aux conditions d’hygiène déplorables.

Aucun avocat ne peut les voir. Leurs familles grapillent les informations au compte-goutte. L’un d’eux aurait été sérieusement tabassé par les policiers.

Lundi 5 janvier, Sherpa, Transparency international, Amnesty, la FIDH et cinq autres associations ont finalement décidé de dénoncer collectivement les "persécutions exercées sur ces personnes", dont "le seul tort est de réclamer l’application au Gabon des règles de bonne gouvernance édictées par les institutions internationales auxquelles le pays adhère, c’est-à-dire la transparence et la probité dans la gestion des deniers publics".

De son côté, Survie condamne une "opération coup de poing" et une "prise d’otage" de la société civile.

Un régime à bout de souffle, sur fond de crise sociale profonde

Après 41 ans de règne sans partage, il est certain que le régime Bongo n’est plus au meilleur de sa forme. Depuis septembre, les enseignants sont en grève. Un mouvement qui est en train de s’étendre au reste de la fonction publique.

Pour Marcel Libama, membre du Front des organisations de la société civile pour la lutte contre la pauvreté au Gabon, les militants issus de la société civile ont donc remplacé l’opposition politique (inexistante) comme relais des frustrations d’une population confrontée à la crise. C’est aussi la raison pour laquelle Omar Bongo les a visés.

Autre sujet d’inquiétude pour l’occupant du Palais du bord de mer : la (nouvelle) liberté de ton des médias numériques. Toutes les initiatives judiciaires et les enquêtes journalistiques relatant des faits de corruption ont trouvé asile sur Internet. Dans un pays où l’information a toujours été sévèrement contrôlée, cette liberté dérange.

Le bras de fer va-t-il se régler à la barre d’un tribunal ? L’avocat parisien Thierry Lévy doit se rendre jeudi à Libreville, où il croisera peut-être son confrère Patrick Maisonneuve, l’avocat d’Omar Bongo.

Source : Rue89/ Ferloo


Article Lu 1918 fois

Jeudi 8 Janvier 2009





1.Posté par pierre le 08/01/2009 22:44


le senegal s'enfonce dans l'anarchie parce que

ceux qui sont la pour donner la sagesse et l'education sont occuper a gerer

leurs business et a savoir comment garder le pouvoir .....faire avancer ce pays est

la derniere de leur preocupation....

Pour faire partir Wade il n'y a pas mille facons il faut descendre dans la rue et ne

plus bouger ....meme s'il faut rester 1 mois assis jour et nuit ...c'est le moyen le

plus sur et le plus pacifique du monde.... a ce moment Wade sera obliger de

reconnaitre son incapaciter a gerer un etat ....

Wade doit remettre le pouvoir a Moustapha Niasse car lui seul peut nous ramener sur le droit chemin et il est le moins corruptibles de nos futurs dirigeants....car lui au moins il a su se construire financierement loin des arcanes du pouvoir....


a bon entendeur.....


pierrebahsa@live.fr

2.Posté par ama le 08/01/2009 22:55
bonsoir je pense que maitenant c'est nous la jeunesse africaine qui doit se mobiliser pour se separer de ces dirigeants qui ne font que cultiver la honte de nos pays regarde ce bongo avec 41 ans de pouvoir ,moubarack 37 ans ghaddaffi,paul biya ,ben ali ....pire encore abdoulaye wade

3.Posté par ass le 08/01/2009 23:50
cest la honte totale je sais pas qu'est ce qui se passe dans la tete des dirigeants africains chaque pays a son cancer a la tete de l'etat

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State