Référence multimedia du sénégal
.
Google

Me Mame Adama Guèye: « La société civile ne doit pas être un officine de projets personnels »

Article Lu 1477 fois

Durant la dernière élection présidentielle, Me Mame Adama Guèye s’était présenté comme candidat indépendant. Mais, ce n’est pas à l’occasion de l’élection présidentielle qu’il s’est révélé aux Sénégalais. Pendant dix ans, Me Mame Adama Guèye a dirigé le Forum civil, avant de passer la main. Qui donc mieux que lui pour jeter un regard sur la société civile sénégalaise. Dans une interview accordée à l’hebdomadaire Weekend magazine paru ce jeudi, Me Mame Adama Guèye se désole de voir des organisations de la société civile se transformer en officine de projets personnels. Me Mame Adama Guèye qui sait de quoi il parle indique que les organisations de la société civile doivent s’interdire de courir vers des projets pour entretenir le standing de certains dirigeants.



Me Mame Adama Guèye: « La société civile ne doit pas être un officine de projets personnels »
Pour Me Mame Adama Guèye, les organisations de la société civile ne doivent pas être le prolongement d’organisations internationales et de puissances étrangères qui les utilisent pour faire passer un certain nombre de choses. A l’en croire : « quelques fois, les puissances étrangères lancent un appel d’offre du genre ‘’nous faisons appel à des organisations pour financer des projets dans tel domaine, par rapport aux préoccupations de ces Etats’’ ». Justement, explique Me Mame Adama Guèye, « le danger pour la société civile, c’est que cette approche de la gestion de projet la transforme plus en officine de projets personnels, qu’en organisme qui défend sur le terrain des intérêts citoyens. L’effet pervers aussi, c’est l’aspect financier parce qu’il peut devenir une finalité en soi. Car, les organisations se donnent un certain standing de vie, mettent en place un appareil qu’il faut entretenir. Finalement, on finit par courir vers des projets pour entretenir le standing de certains dirigeants. On n’a pas le droit d’utiliser l’image fondée sur la confiance pour se perdre dans des logistiques d’appareil basées sur des intérêts financiers ». Le candidat malheureux à l’élection présidentielle du 25 février dernier se garde toutefois de citer des organisations de la société civile qui s’adonneraient à de telles pratiques. Me Mame Adama Guèye avertit : « ce n’est pas parce qu’on est de la société civile qu’on est des gens honnêtes et compétents ». De même que, « ce n’est pas non plus qu’on est politicien qu’on est malhonnête et incompétent ». Le regard que Me Mame Adama Guèye jette sur la justice sénégalaise n’est pas également tendre. « Malheureusement, de plus en plus souvent, les juridictions ne fonctionnent plus de manière satisfaisante. Du point de vue du système judiciaire. Il est évident qu’il souffre de gros dysfonctionnements liés au déficit de ressources humaines, matérielles et surtout à la moralité des acteurs de la justice. J’insiste car, quand on parle de justice, les gens pensent seulement aux magistrats, mais, il y a aussi les avocats, les greffiers, des experts. C’est tout un système. Aujourd’hui, les problèmes de moralité se posent de manière systématique dans la justice et c’est très grave pour le pays. Il faudra que l’on consacre beaucoup plus d’attention à cette question car elle est fondamentale. La justice a un triple rôle de régulation sociale et politique. Ce système doit être crédible et malheureusement ce n’est plus le cas. J’entends des responsables de ce pays dire : ‘’Nous avons les meilleurs magistrats du monde, la justice marche très bien’’. Il faut être sérieux ! Ceux qui sont dans la justice rigolent quand ils entendent un tel discours parce que ce n’est pas la vérité. La vérité, c’est que nous avons une justice qui souffre de dysfonctionnement », martèle Me Mame Adama Guèye. Et d’ajouter : « cela ne sert à rien de dire qu’on a modernisé la justice en y mettant beaucoup de moyens si, à côté, il n’y a pas de politique claire, reposant sur une volonté politique non équivoque de rupture contre la corruption dans la justice ». Me Mame Adama Guèye qui est le seul candidat lors de la dernière élection présidentielle à avoir fait une déclaration de patrimoine, se pose des questions sur la multitude de maisons qui foisonnent depuis un moment. Pour lui, « il y a eu beaucoup de nouveaux riches, et ils construisent beaucoup ». D’après Me Mame Adama Guèye, « on s’enrichit parce qu’on a travaillé, hérité ou parce qu’on vous a fait cadeau. Sinon, ça veut dire que vous avez eu de l’argent par des voies qui ne sont pas normales ».

Source: Nettali

Article Lu 1477 fois

Vendredi 15 Juin 2007


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 19 Octobre 2016 - 12:30 Convocation de Barhelemy Dias: le Ps divisé

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State