Référence multimedia du sénégal
.
Google

Maroc: Les tijanes du monde au chevet de leur tarikha

Article Lu 11183 fois

(Envoyé spécial à Fès) - C’est parce que son pays veut aider la confrérie tijane à débattre des affaires qui lui sont propres et des questions liées à ses zawiyas disséminées à travers le monde, que le roi Mohamed VI a organisé un Forum des adeptes de la Tijania qui s’est ouvert hier à Fès, l’ancienne capitale du royaume où repose le fondateur de la Tarikha Cheikh Sidi Ahmed Tijani. C’est ainsi que le roi Mohamed VI justifie la tenue de cette conférence, dans son discours d’ouverture lu hier aux délégués par le ministre marocain des Habous et des Affaires religieuses. Et le souverain chérifien en a profité pour rappeler aux adeptes de la tarikha tidiane que, de tout temps, ils sont restés ‘fidèles aux liens étroits tissés avec les rois du Maroc, notamment par la reconnaissance du statut du Commanderie des croyants qu’incarne le Roi du Maroc’. Un rappel qui n’est, sans doute, pas innocent, quand on sait que ce statut de Commandeur des croyants est de plus en plus contesté au successeur du roi Hassan II, dans la tarikha tijane elle-même. Le souverain chérifien a, en outre, appelé à la consolidation des ‘liens de fraternité unissant le Maroc et ses pays africains frères’, d’autant que, soulignera-t-il, son pays ‘est resté, au fil des âges, un rempart imprenable de l’islam modéré qui se réclame du rite malikite’.



Maroc: Les tijanes du monde au chevet de leur tarikha
Mais ce qui semble le plus préoccuper les autorités marocaines en organisant ce forum, c’est de garder la main dans les manœuvres diplomatiques qui se mènent à la veille du sommet de l’Union africaine prévu à Accra. Cette phrase du souverain chérifien, s’adressant aux familles tijanes représentées dans la salle des congrès de l’hôtel abritant le forum, en dit long : ‘Mis au service de la solidarité entre les pays du monde islamique, du Maghreb et de l’Afrique, le Maroc entend ainsi faire de votre tarikha un des piliers sur lesquels repose l’unité africaine ainsi que l’un des outils pédagogiques dont elle dispose’. Le Maroc étant le grand absent du sommet de l’Union africaine, tente ainsi un coup diplomatique en réunissant sur ses terres les leaders des familles religieuses tidjanes venant de vingt-trois pays africains à la veille de l’ouverture de ce sommet d’Accra. Et le roi du Maroc s’est engagé, devant les représentants de ces familles religieuses, à préserver la ‘sollicitude dont nous vous entourons et à lui conférer toutes ses lettres de noblesses. Nous entendons ainsi consolider les liens spirituels et fraternels qui unissent vos pays et leurs sages dirigeants au Maroc’.

L’autre préoccupation du souverain chérifien semble être d’ordre sécuritaire. Notamment lorsqu’il martèle : ‘Notre visée première et dernière (est) de protéger l’islam sunnite tolérant, exempt de toute velléité d’hérésie et net de tout extrémisme aveugle et de toute politisation tendancieuse’. Cet islam modéré, il faut le préserver, le fortifier en ce qu’il prêche les hautes valeurs de la moralité, expliquera le roi Mohamed VI qui a sans doute une pensée pour les attentats qui avaient ensanglanté son pays et l’Algérie ces derniers mois. Mais, comment préserver cet islam fait de tolérance, de respect vis-à-vis de l’autre, d’amour du prochain, si auparavant, on ne lutte pas contre ‘la pauvreté, la précarité et la marginalisation (pour) assurer à l’individu musulman, voire à tout être humain, homme,femme ou enfant, les conditions propices à une vie digne’.

Outre l’invocation assidue de Dieu, la tarikha tijane a ‘un rôle pédagogique à jouer pour promouvoir l’éducation morale et spirituelle, purifier les âmes par l’élimination des facteurs de division et de scission et prêcher en retour les vertus de la concorde et de l’unité’, dira le roi Mohamed VI avant de demander aux délégués de ne pas oublier que les cheikhs leur ont inculpé ‘ce que signifie l’élevation de l’âme qui transcende les rancœurs et les rancunes, le sens du pardon à montrer même en position de force, la tolérance et la coexistence avec autrui, le devoir de transparence des uns envers les autres et la mansuétude, l’émulation dans l’accomplissement d’œuvres de charité et le raffermissement des liens de fraternité religieuse’.

Pour répondre au discours de bienvenue du roi du Maroc, le Nigérian Salih Ibrahimi a été désigné par les… organisateurs, mais pas par les participants au forum. Et comme il fallait s’y attendre, celui-ci a fait dans la dithyrambe, vouant aux gémonies ceux qui, comme les Algériens, contestent la ‘ maroquinité ’ du Sahara occidental, sans les nommer. Ce fut la principale fausse note de l’ouverture de ce forum.

En présence de 40 nationalités : Les Marocains font la part belle aux Sénégalais

Ils sont 1 431 délégués venus de quarante pays d’Afrique, d’Europe et d’Amérique à avoir fait le déplacement de Fès, au Maroc, où se tient depuis hier le Forum des adeptes de la Tijania. Le gros de la troupe vient du Sénégal d’où a été affrété un avion spécial pour convoyer les représentants de toutes les familles tidianes, mais également du Nigeria. Des délégués qui viennent également de la lointaine Russie, des Etats Unis d’Amérique ou d’Afrique du Sud, en somme de partout où a été créée une ‘zawiya’ et où s’élève chaque jour le ‘zikr’.

Les organisateurs de ce Forum des adeptes de la Tijania qui se tient sur cette terre bénie où repose le fondateur de la tarikha tijane, Cheikh Sidi Ahmed Tijani, ont en outre fait la part belle aux Sénégalais dans l’organisation même de cette conférence. C’est ainsi que quatre éminentes personnalités sénégalaises ont été choisies pour introduire trois des cinq thèmes retenus. Pour parler de la personnalité du fondateur de la tarikha au cours de la séance matinale de ce jeudi, Serigne Mansour Sy, fils de Serigne Abdoul Aziz Sy Dabakh, a été choisi pour compléter les exposés qui seront faits par cinq autres conférenciers venant du Soudan, du Nigéria, de l’Algérie, du Maroc et de la Mauritanie. Dans l’après-midi, ce sera au tour de son oncle, Serigne Abdoul Aziz Sy al Ibn de parler des spécificités de la tarikha en compagnie d’un Marocain et d’un Soudanais, avant que Serigne Hassan Cissé de Kaolack ne prenne le relais pour disserter sur les ‘Rôles social et économique de la Tijania en Afrique’. Dernier Sénégalais à exposer, Ibrahima Mahmoud Diop dit Barham, entretiendra les délégués de la destinée de la Tijania en Afrique le vendredi matin, avant que les participants ne se rendent à la Grande Zawiya où repose Cheikh Sidi Ahmed Tijani pour des prières, suivies de la ‘wazifa’ et des séances de ‘zikr’. La fin du forum est prévue samedi matin.

Abdourrahmane CAMARA
Source: Walfadji

Article Lu 11183 fois

Jeudi 28 Juin 2007





1.Posté par souleymane kobar le 28/06/2007 12:08
bonjour

c'est une bonne initiative car cette tarikha est la seule valable dans notre temps. c'est elle seule qui répond aux normes de la sharia et de la souna donc il faut que les tijanes de la diaspora prenne conscience de cela et s'investissent davantage dans sa divulgation ne erait ce que pour sauver l'humanité de la fausseté et de l'impureté.
bravo et du courage.

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State