Référence multimedia du sénégal
.
Google

Manœuvres autour du siège du Pds en France: Mass Diokhané demande 95 millions pour céder un bail

Article Lu 12029 fois

Depuis que le président Abdoulaye Wade a manifesté sa volonté d’acquérir ou de louer des locaux à usage de siège pour le Pds en France, il y’en a qui ne dorment plus. Il s’agit là d’une belle occasion de gagner quelques commissions, encore une fois sur le dos des pauvres contribuables sénégalais. Il est peu probable que le produit de la vente des cartes du Pds (2 euros l’unité) servira à payer la location ou l’achat d’un local. Déjà que ce n’est pas l’affluence…



Manœuvres autour du siège du Pds en France: Mass Diokhané demande 95 millions pour céder un bail
L’opération de vente de carte est la première étape avant les renouvellements des structures du Pds. A cet effet, le président Abdoulaye Wade, qui est aussi « propriétaire » du parti, a décidé d’envoyer en France un chargé de mission de la présidence pour superviser le processus. Il s’agit de Meissa Touré, payé par l’Etat pour des activités d’un parti politique. Dans une démocratie digne de ce nom, cela aurait suscité un scandale, mais au Sénégal, c’est dans l’ordre normal des choses. Ce chargé de mission squatte un bureau à la permanence de Jean-Pierre Pierre Bloch, sise au 61, rue des Poissonniers dans le 18e arrondissement de Paris. C’est un ami du président qui lui aurait rendu beaucoup de service du temps des vaches maigres.

L’acquisition d’un siège du Pds a désormais son histoire. En effet, c’est en marge du meeting du 20 mai 2006 au Palais des congrès à Paris, que le président Wade a abordé le sujet avec le député Amadou Ciré Sall et le sieur Paul Bénichou, dont les hauts faits d’arme sont abordés en partie par notre confrère Abdou Latif Coulibaly dans son livre « Lonase : chronique d’un pillage organisé ». Depuis ce meeting, le problème reste entier : le Pds n’a toujours pas de siège à Paris. Mais depuis quelques semaines, le président a relancé le sujet. « Je voudrais une permanence pour le parti, ce sera un endroit où je pourrais me rendre pour rencontrer les militants », décrète le chef de l’Etat dans une rencontre restreinte avec les responsables libéraux de France. « Je préférerai que ce soit dans le 17e arrondissement de Paris par exemple », a-t-il ajouté. Il est de notoriété publique que quand le président veut une chose, il sait y mettre les moyens.

Sur ces entrefaites, les libéraux se mobilisent et atterrissent chez Mass Diokhané qui, justement est à la recherche d’un acquéreur pour des locaux situés à la rue Myrrha dans le quartier de Château-Rouge, dans le 18e arrondissement de Paris. Pour la cession du bail, Masse Diokhané a demandé la somme de 145 000 euros (95 113 765 f Cfa), alors qu’il y a un litige entre actionnaires.

C’est le 20 mai 2008 que Mass Diokhané, Abdoulaye Cissé, journaliste et Mariama Diallo épouse de Pape Diop, alors président de l’Assemblée nationale ont créé la société Diefa Productions. Il s’agit, en réalité, d’une imprimerie qui était en vente et enregistrée sous le nom d’Amacréa. L’épouse de Pape Diop détient 80% du capital, alors que les deux autres ont chacun 10%. Dans les statuts de la société, C’est Mass Diokhané qui est le gérant. C’est d’ailleurs lui, Masse, qui a proposé à Pape Diop de racheter le bail, pour ensuite en faire des studios pour une radio de la diaspora. Ce projet avait été préparé par Abdoulaye Cissé. Le rachat du bail a été conclu à 70 000 euros (près de 46 millions de FCFA). Seulement, la radio ne verra jamais le jour. Mais, l’imprimerie a eu le temps de réaliser les affiches du concert offert à la jeunesse par le maire de Dakar en décembre dernier. Depuis, le matériel a été démonté et envoyé au Sénégal. En outre, Pape Diop et son épouse ont fermement demandé à Masse de revendre le bail et de restituer le produit de la vente à Mariama Diallo.

En vérité, Mass cherche bel et bien des acquéreurs pour le bail. En attendant d’en trouver un, il loue occasionnellement les locaux (200 euros en moyenne) à des associations qui s’y réunissent. C’est pourquoi, lorsqu’il a eu vent du projet du chef de l’Etat de trouver un siège pour le parti, il présente un devis de 145 000 euros aux émissaires du chef de l’Etat, notamment Maïssa Touré et Paul Bénichou. Le devis remonte naturellement au président Wade. Après réflexion, il refuse et demande de trouver d’autres locaux. Pourquoi ? « Les services de sécurité français ne me laisseront pas venir à Château-Rouge », répond le président à ses missionnaires. Le service français de protection des hautes personnalités qui relève du ministère de l’Intérieur a bien raison de s’opposer à tout déplacement d’un chef d’Etat dans ce quartier mal famée du 18e arrondissement : prostitution, agression, vol, trafic en tous genres et de stupéfiants en particulier, sans parler de l’insalubrité et des nuisances sonores. Bref, un endroit peu sûr pour qu’un chef d’Etat s’y aventure. Par conséquent, « continuez à chercher », déclare le président.

Toutefois, Mass Diokhané n’abandonne pas son idée qui, si elle se réalise, sera une prouesse digne de ses exploits en matière de trafic et d’escroquerie. Des délits qui lui valent d’ailleurs son exil à Paris. En effet, Masse, en vieux briscard, s’est approché de Meissa Touré afin de l’amener à mener ses activités dans l’imprimerie qui, a été vidée du matériel, expédié au début de l’année au Sénégal.

Dans son conflit avec l’épouse de Pape Diop au sujet de la cession du bail, Mass a fait un calcul simple. Si le Pds s’installe dans les locaux, il sera couvert parce que Pape Diop ne prendra pas la responsabilité d’expulser le parti en France et son épouse devra calmer ses ardeurs et trouver un compromis. Le moins qu’on puisse dire, c’est que Masse a presque réussi son coup : la majorité des installations des nouvelles sections du Pds à Paris se sont déroulées dans ses locaux. C’est ainsi que, de fait, les bureaux de Mass Diokhané sont devenus ceux du Pds à Paris. Reste à voir si le président bravera le veto du service de protection des hautes personnalités pour s’y rendre.

En attendant, des sources dignes de foi indiquent que Mariama Diallo, épouse de Pape Diop, souhaite attraire Masse Diokhané devant les tribunaux. Ce dernier s’est d’ailleurs déjà attaché les services de Me Seydou Kaloga, ancien consul du Sénégal à Paris, pour parer à toute éventualité.

BOCAR ALPHA KANE (PARIS)
Source Sen24heures.com

Article Lu 12029 fois

Samedi 11 Juillet 2009





1.Posté par Khady le 11/07/2009 10:29
notre pays est vraiment foutu, on fait ce qu'on veut.

2.Posté par Deug le 11/07/2009 13:49
BOCAR ALPHA KANE (PARIS)
Source Sen24heures.com Merci way un vrai journaliste d investigation article tres simple et bien ecrit

3.Posté par ceddo le 11/07/2009 16:05
je dis a wade de ne pas impliqué mass diokhané sur ces detail cest un vrai truand et il nest pas credible il a une mauvaise reputation en france et le PDS dois se mefier de ces arnaqueur et profitard .

4.Posté par MAMI le 11/07/2009 16:45
il faut plus remettre cette photo de wade,sa bouche on dirait ce que je pense.

5.Posté par PAPI le 12/07/2009 14:24
MAMI a koi tu penses?
anna ndiaye lol lol
Il faut le dire tout haut on est en democratie walabok

6.Posté par ???? le 12/07/2009 22:28
nice tof lol

7.Posté par Abdoulaye Dieng le 06/09/2009 16:12
quel truand ce Masse DIOKHANE, j’en tombe des nus, beau parleur, un vrai escroc, après les détournements d’argent qu’un concessionnaire français lui a confié la gérance, il continu dans ses magouilles à en tomber malade-;

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State