Référence multimedia du sénégal
.
Google

Mame Cheikhou guèye alias Saneex Awards du meilleur artiste comédien 2007

Article Lu 1758 fois

Cheikhou Guèye a été sacré meilleur artiste comédien de la Sénégambie. La cérémonie organisée par des Gambiens de Londres, a eu lieu il y a une semaine, jour pour jour, dans la capitale de la Grande-Bretagne. Nominé en même temps que les chanteuses Ami Collé Dieng, Titi, le Président Yaya Jammeh, Mbaye Dieye Faye, entre autres, le comédien n’entend pas faire la grosse tête. Il préfère se consacrer à la promotion de sa toute nouvelle production «Pa allemand».



Mame Cheikhou guèye alias Saneex Awards du meilleur artiste comédien 2007
De retour d’une tournée internationale qui l’a mené en Suède, au Danemark, en France, en Hollande, en Italie, avec ses collègues Amdy Mignon et Mbaye dosé, Cheikhou Guèye apprend par Ibou Ndour qu’il devait à nouveau se rendre à Londres. Mais son collaborateur s’est gardé de lui donner la véritable raison de ce voyage, prétextant une prestation. Et c’est avec une grande surprise qu’il a découvert sa nomination pour les Awards du meilleur artiste comédien de la Sénégambie. Il a été sélectionné en même temps que le président de la République gambienne, la star montante Ami Collé Dieng, Titi, Mbaye Dieye Faye, entre autres citoyens sénégambiens, que les Gambiens vivant à Londres ont tenu à remercier pour leur contribution à l’avancement du pays dans leurs domaines respectifs. Mais l’humoriste qui ne laisse personne indifférent, ne veut surtout pas en faire une grande histoire. Pour lui, «ce n’est pas parce qu’il est le meilleur de tous». Pour Saneex, «la renommée est une affaire divine, ce n’est pas pour autant que l’on doive bomber le torse ou se croire supérieur aux autres». Il pense que le mérite ne lui en revient pas à lui tout seul, mais plutôt au Sénégal entier, à l’équipe de Jololy, mais aussi aux journalistes, qui ne cessent de faire sa promotion. «Wayé nak», Saneekh soutient que le prix n’a pas été accompagné d’une enveloppe. Mais fort heureusement, «il n’a pas commis la même erreur qu’un vieil artiste de Thiès, Pa Ablaye Ndiaye Thiossane. Qui, devant recevoir un prix au Théâtre national Daniel Sorano, a fait venir avec lui trois cars remplis de ses proches, espérant une enveloppe bien garnie, pour payer les transporteurs et fêter sa médaille». C’est d’ailleurs cette histoire qui lui a inspiré le scénario du téléfilm «Médaille bi», une production qui a bien amusé les Sénégalais, tout comme les autres productions de la troupe «Soleil levant». Et tenez-vous bien, l’artiste n’en a pas fini avec ses compatriotes ; d’autant que, comme d’hab, le comédien a concocté avec ses compagnons du Soleil Levant, un nouveau téléfilm. Produit par lui-même, «Pa Allemand» est distribué par Jololy. C’est peut-être la raison pour laquelle les pirates n’ont pas pu en inonder le marché de la production avant même sa sortie officielle. Une œuvre qui, comme les précédentes du groupe, dénonce les maux de la société. Et ce n’est pas le fruit de leur imagination, mais plutôt des faits dont «ils sont témoins dans leur quartier». Saneex et ses collègues sont revenus sur les actes déplorables d’un vieux au tempérament de feu. Un père de famille qui mène une vie insupportable à sa famille et ses proches. En plus de traiter, dans la foulée, des défauts bien sénégalais, comme les paroles rapportées, les pères de famille qui piquent les petites amies de leur fils, les violences faites aux femmes etc. Ainsi, Saneex reste le porte-parole des sans-voix et le tout dans l’humour. Une démarche qui lui a valu beaucoup de critiques. Eh ! Oui! Taxé de vulgaire, du fait de la crudité de son langage, Cheikhou se défend : «Quand je dis : reste près de la cuisse de ta mère, les gens disent que j’insulte, simplement parce que j’ai utilisé «Ndèye» à la place de maman ; alors qu’ils ont l’habitude d’associer ce mot à une insulte. Pourtant, je demande juste aux jeunes filles de rester près de leurs mères pour être protégées. Où est le mal ? » Lance-t-il, avant de souhaiter à tous, beaucoup de bonheur. Mais «nak», tonne celui qui assume son image d’homme caractériel : «Je suis comme ça ! Il faut que les gens puissent distinguer le personnage de la personnalité de l’homme. Moi, après un rôle dans un téléfilm, je redeviens Mame Cheikhou Guèye. Et ceux qui m’ont connu avant, savent qu’à la limite, je suis un timide qui a pour habitude de rester dans son coin». En tout cas, une chose est sûre : les Sénégalais vont se régaler avec «Pa Allemand». Et bientôt, «néékhoma», remplacera «eupeteuleuw» !!!

Mame Sira Konaté
Source: L'observateur

Article Lu 1758 fois

Mercredi 20 Juin 2007





1.Posté par nana le 20/06/2007 06:46
félicitation

2.Posté par kouthia le 20/06/2007 12:44
Felicitasssssse waaay mon ami et frere Saneekh.Adouna nila rek....Couraaassssse

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State