Référence multimedia du sénégal
.
Google

Malgré une interdiction de diffusion de Prison break : Walf Tv continue de diffuser le film

Article Lu 1654 fois

La décision est tombée vendredi dernier : Walf Tv doit arrêter la diffusion de la saison 2 du film Prison Break. Mais le groupe de presse de Sacré-Cœur compte faire fi de l’ordonnance des référés et continuer à offrir le film aux téléspectateurs de Walf Tv. Parce que, soutient Sidy Lamine Niasse, ‘le droit n’a pas été dit’. Il compte, également, interjeter appel.



Malgré une interdiction de diffusion de Prison break : Walf Tv continue de diffuser le film
L’affaire opposant le groupe Wal Fadjri à la télévision Radio Dunyaa Vision (Rdv) a été vidée le vendredi dernier. Le juge des référés a ordonné à Walf Tv d’arrêter la diffusion de la saison 2 du film Prison Break. Une sanction assortie d’une astreinte d’un million de francs par jour de retard d'exécution du jugement.
Le groupe Wal Fadjri n’entend pas exécuter cette ordonnance du juge. Parce que, selon son Président-directeur général, ‘le droit n’a pas été dit’. Sidy Lamine Niasse estime que ‘le contrat d’exclusivité n’a pas été fourni par l’autre partie qui, à la place, a produit plutôt des factures que l'on peut contester’. Fort de ce constat, le patron de Walf fait fi de l’ordonnance des référés et prend sur lui la responsabilité de poursuivre la diffusion du film. Il compte, également, interjeter appel en saisissant la juridiction compétente. ‘L’appel sera déposé en début de semaine prochaine pour que le juge se prononce dès le début du mois de novembre’, souligne le conseil du groupe Wal fadjri, Me Cheikh Amadou Ndiaye. Car, pour Me Ndiaye, l’ordonnance des référés délivrée vendredi ‘est critiquable et pose un problème de droit’. Parce que, ‘on ne peut pas transmettre des droits qui ne nous appartiennent pas’.

Un argumentaire que rejette en bloc le conseil de la société Convergences d’Abidjan, Me Pape Samba Sow, intervenant volontaire dans la procédure. Me Sow, qui estime que ‘le droit a été bien dit’, soutient qu’en dehors des contrats fournis aux débats, l’argumentaire de Walf Tv sur les contrats et la vente n’est pas fondé. A l’en croire, les articles 73 et 74 du Code des obligations civiles et commerciales exigent, seulement, ‘que l’objet du contrat soit licite’. Et selon lui, l’article 266 du même code qui fait état de la vente, exige que celle-ci ‘porte sur une chose’. Toutefois, Me Pape Samba Sow soutient que ‘l’appel interjeté par Walf Tv ne suspend pas la décision qui est exécutoire, car c’est une ordonnance des référés’. Me Sow n’exclut pas de porter encore plainte contre Walf Tv pour diffusion illégale de la ‘chose d’autrui’.

Fatou K. SENE
Source: Walfadjri

Article Lu 1654 fois

Lundi 15 Octobre 2007


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State