Référence multimedia du sénégal
.
Google

Malgré les attaques de Bacar DIA à propos de la troisième licence de téléphonie : Le Parti socialiste persiste et signe

Article Lu 1228 fois


La sortie au vitriol du porte-parole du gouvernement, Bacar Dia sur l'octroi par les socialistes de la deuxième licence de téléphonie à un ‘franc symbolique de 50 millions de francs Cfa’ n'y changera rien. Ousmane Tanor Dieng et ses camarades restent plus que jamais campés sur leur position. ‘Les procédures d’appel d’offres et conditions d’octroi de la troisième licence de téléphonie à Sudatel sont entourées d’une grande opacité ’, clame de nouveau le bureau politique du Ps dans une déclaration rendue publique. Et de citer pour preuve, ‘l'absence d'un cahier des charges digne de ce nom, de critères de notation des offres définies de manière volontairement lapidaire, un délai trop court de deux semaines pour répondre à l’appel d’offres, l'absence d’ouverture publique des offres financières, etc.’. A cela s'ajoute une absence de réponse aux questions sur le contenu des obligations de l’opérateur. Il s'agit entre autres de ses engagements pour la couverture du territoire national, de l’existence d’une redevance annuelle et de la création d’emplois pour les nationaux, renseignent les socialistes. Cette tournure dans la gestion de biens publics rend ‘sceptique sur la capacité et sur la volonté du régime libéral à préserver les intérêts nationaux. Et soulève de légitimes interrogations sur la logique économique et financière du gouvernement’, indique le Bp dans sa déclaration.
En outre, la vente envisagée des actions de l'Etat dans la Sar ainsi que la récente annonce de la cession de ses actions dans le capital de la Sonatel ne sont pas du goût des socialistes. Pour cause, la Sonatel, ‘avec l’ouverture de son capital à un partenaire stratégique et son exploitation largement bénéficiaire, rapporte à l’Etat chaque année 24 milliards de dividendes’, informe leur Bp. Suffisant, selon Tanor Dieng et ses camarades, pour comprendre que ‘la cession de ces actions priverait l’Etat d’une source durable de recettes. Et la vente envisagée des actions de l’Etat dans la Société africaine de raffinage (Sar) obéit aux mêmes desseins’.

Les socialistes rangent dans le même lot, la récente convention d’actionnaires des Industries chimiques du Sénégal (Ics) dans laquelle l’Etat du Sénégal consent à renoncer à 37 % de sa part de capital au profit du Consortium Iffco. De l'avis du Bp, ‘seulement une connivence contre les intérêts du Sénégal peut justifier les avantages fiscaux et les abandons de créances accordés au Consortium et ses prérogatives exorbitantes. Notamment dans le choix des repreneurs de la filière-engrais et de la filiale phytosanitaire des Ics, les activités les plus rentables de cette entreprise’. Ces options du gouvernement sur la Sonatel et sur les Ics risquent, selon les socialistes, d’avoir des incidences dramatiques pour les travailleurs. Lesquels, disent-ils, ‘sont livrés aux mains des privés avec le risque de voir l’affairisme économique l’emporter sur la sécurité de l’emploi’.

Y. MASSALY
Source: Walfadjri

Article Lu 1228 fois

Samedi 15 Septembre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State