Référence multimedia du sénégal
.
Google

Malgré les appels répétés au dialogue : Le chef de l'Etat tourne définitivement la page de l'opposition

Article Lu 1328 fois

Avec le nouveau gouvernement, le chef de l'Etat a envoyé plusieurs signaux qui prouvent qu'il a définitivement tourné la page de l'opposition. Les considérations politiques lui font perdre du temps, a-t-il déclaré récemment.



Malgré les appels répétés au dialogue : Le chef de l'Etat tourne définitivement la page de l'opposition
En déclarant à l'occasion de la prestation de serment des ministres, que ‘nous avons largement dépassé les problèmes d'organisation et les considérations politiques’, parlant de la logique ayant guidé le choix de ses nouveaux hommes, Me Wade semble avoir définitivement tourné la page de l'opposition.
Aussi bien celle représentée à l'Assemblée nationale que celle qui a boycotté les élections législatives. Surtout si l'on sait que la première nommée s'attendait beaucoup à être invitée au banquet et que l'autre réclame toujours un carton d'invitation à la table du dialogue politique. Des appels que le chef de l'Etat n'a pas entendus. Du moins pour le moment. Car, ce qui urge à ses yeux, ce n'est plus des pourparlers autour de postes ministériels à octroyer aux alliés ou à une opposition dite républicaine. Encore moins un dialogue autour de l'évaluation du processus électoral. ‘On a voté, les institutions sont en place, maintenant c'est la grande bataille économique, la bataille financière, la bataille des idées’, a-t-il ajouté devant les membres du corps diplomatique. Ces mêmes diplomates que l'opposition boycotteuse a toujours pris à témoin quant au refus du chef de l'Etat de renouer le fil du dialogue. D'ailleurs, ce dialogue, Me Wade estime qu'il ‘nous fait perdre beaucoup de temps’. Signal ne saurait être plus fort à l'endroit de tous ceux qui continuent à prêcher le ‘pacte républicain’ ou la ‘concertation autour du fichier électoral’.

Autre signal fort envoyé par le chef de l'Etat : La promotion de Me Ousmane Ngom au rang de ministre d'Etat. Cette promotion est un coup de pied de nez au front Siggil Sénégaal qui n'a cessé de réclamer, à cor et à cri, la démission du ministre de l'Intérieur, maître d'œuvre de l'organisation des élections législatives et présidentielle. D'ailleurs, la démission de Me Ousmane Ngom figure en bonne place dans l'énoncé des motifs qui ont conduit ces partis à boycotter le scrutin du 3 juin dernier après avoir contesté les résultats de la présidentielle. Mais comme pour les narguer, voilà que le chef de l'Etat, loin de démettre son ministre de l'Intérieur, lui fait passer au rang supérieur. Une manière aussi pour Me Wade de légitimer son pouvoir. Car accéder à cette exigence de l'opposition boycotteuse serait lui donner raison sur la non-transparence du processus électoral que Me Ousmane Ngom a géré de bout en bout.

Cela signifie que non seulement le chef de l'Etat ne donne aucun crédit à ce que disent Ousmane Tanor Dieng, Dansokho, Bathily, Niasse, Idrissa Seck et consorts, mais il donne son onction au travail de son ministre de l'Intérieur. Ce dernier qui, sans aucune surprise, aura également la responsabilité d'organiser les prochaines élections locales. N'en déplaise à ceux qui réclament sa tête.

Cela a au moins le mérite d'être clair: L'opposition est invitée implicitement par Me Wade à changer de disque si elle veut être écoutée.

Georges Nesta DIOP
Source: Walfadji

Article Lu 1328 fois

Samedi 23 Juin 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State