Référence multimedia du sénégal
.
Google

Malaise à la fédération sénégalaise d'athlétisme : Ndiss Kaba Badji et Abdoulaye Wagne dénoncent ses méthodes de gestion

Article Lu 1828 fois

Le malaise est réel entre les athlètes sénégalais de haut niveau en lice aux 11es championnats du monde d’Osaka et la Fédération sénégalaise d’athlétisme. Il est si profond que les athlètes ne se retiennent plus pour ruer dans les brancards. Après Ami Mbacké Thiam éliminée dès le premier tour du 400m, c’est au tour de Ndiss Kaba Badji et d’Abdoulaye Wagne de tirer à boulets rouges sur les dirigeants de l’athlétisme sénégalais.



Malaise à la fédération sénégalaise d'athlétisme : Ndiss Kaba Badji et Abdoulaye Wagne dénoncent ses méthodes de gestion
Ndiss Kaba Badji (longueur) et Abdoulaye Wagne (800m), encore en lice aux 11es championnats du monde d'Osaka (25 août-2 septembre) ont critiqué les méthodes de gestion du haut niveau par la Fédération sénégalaise d'athlétisme.
Interrogés séparément par l'envoyé spécial de l'Aps, lundi après l'échec d'Amy Mbacké Thiam au premier tour du 400m dames, Badji et Wagne ont déclaré que ‘rien n'est fait au niveau de la Fédération d'athlétisme pour permettre à un athlète de performer dans des compétitions telles que les Championnats du monde ou les Jeux olympiques’.

Abdoulaye Wagne, qui en sera à sa deuxième participation à des Mondiaux après ceux de Paris en 2003, a estimé qu'un athlète de haut niveau ne doit pas être obligé de se battre pour sa survie. ‘Personnellement, j'ai demandé en vain une bourse, je suis obligé donc de participer à un maximum de meetings pour pouvoir m'en sortir’, a-t-il expliqué. Marié et père d'un enfant, le natif de Diourbel, âgé de 26 ans, a dit avoir frappé à ‘toutes les portes de la Fsa’ pour pouvoir décrocher une bourse et se fixer des objectifs aux Mondiaux et/ou aux Jo. Mais sans succès. ‘Et pourtant, je pense que si la Fsa s'approchait du Comité national olympique et sportif sénégalais ou de la Coopération française, il aurait été possible que je puisse décrocher quelque chose’, a-t-il relevé. Abdoulaye Wagne a souligné que sans l'aide de son club, Prava de Ferrara, et de son entraîneur, il aurait arrêté l'athlétisme comme plusieurs de ses compatriotes comme Ousmane Niang et Alpha Pompidou Sall, tous deux installés en Espagne.

Ndiss Kaba Badji a dénoncé, lui aussi, les méthodes de gestion qu'il juge ‘inappropriées’ pour un athlète de son niveau. ‘Pourtant, nous ne sommes pas nombreux et il faut avoir tout juste de la suite dans les idées pour nous mettre dans les conditions de performance’, a expliqué le spécialiste des sauts horizontaux (triple saut et longueur) qui participe à Osaka à ses premiers Mondiaux. Insistant sur son ‘cas’, il a souligné avoir continué à y croire, durant sa suspension, qu'avec le soutien de sa famille et d'amis.

Suspendu pour deux ans en 2005, Ndiss Kaba Badji est revenu à la compétition en juin dernier. Il a réussi un saut de 8m 11 lors des Jeux africains d’Alger, un minimum qui lui a permis de participer aux championnats du monde d'Osaka.

Ndiss Kaba Badji qui a été exclu du Centre international d'athlétisme de Dakar (Ciad) à cause de sa suspension pour dopage a souligné ‘n'avoir reçu aucun soutien’ des responsables fédéraux. ’Pour un athlète qui a été dopé à son insu et sur lequel on comptait dans un avenir pas très lointain, c'est vraiment grave’, a-t-il indiqué, non sans relever que ‘ce qui est arrivé à Amy Mbacké Thiam n'est pas une première dans l'athlétisme sénégalais’. Eliminée dès le premier tour du 400m des 11es championnats du monde, Amy Mbacké Thiam a mis à l’index les responsables de la Fédération sénégalaise, au motif que ces derniers lui ont fait perdre ‘l'envie et la motivation’ qui lui permettaient de se battre. Elle s'est interrogée sur l'opportunité d'une suspension (six mois avec sursis) à la veille d'une aussi importante compétition. ‘Les Aïda Diop, Fatou Binetou Fall, pour ne citer que les cas les plus récents, ont dû faire avec ce genre de sanctions qui ont eu des conséquences lourdes dans leur carrière’, a relevé Abdoulaye Wagne qui sera en piste, jeudi, pour le premier tour du 800m. Abdoulaye Wagne n'a fait qu'un seul tour à Paris en 2003.

Et pour une meilleure prise en charge du haut niveau, Ndiss Kaba Badji préconise ‘une rencontre de toute urgence entre les athlètes et la Fsa pour pouvoir arrondir les angles et chercher les voies et moyens de s'entendre sur l'essentiel. Sinon, il y aura des retraites internationales’ ou ‘la fuite vers des pays plus nantis et capables de donner aux athlètes les moyens de faire leur vie’, a-t-il averti.

(Aps)
Source: Walfadjri

Article Lu 1828 fois

Mardi 28 Août 2007





1.Posté par karl marx le 28/08/2007 10:25
Niak Fayda !!!
Ce sport que vous pratiquez vous devez le pratiquer comme votre JOB principale ( amoul affaire de patriote point bar) si on ne vous respecte pas .. , c est votre boulot demissionner et parter ailleur et personne n a le droit de vous blamer. tous serons pret a allez comme expat bosser pour une multinationnal a l exterieur alors pourquoi pas vous . aujourdhui je comprend mieu ce jeune athlete du saut en Hauteur ancien de limamoulaye qui a choisit la nationalite francaise quand on le lui a offert , je l avais comdamner mais aujourdhui je comprend ....


Desolé PAa Dabo ... je suis devenu realiste

Les Athletes sont Fachés ........

Chauve qui peu .......

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State