Référence multimedia du sénégal
.
Google

Magouille sur le foncier de l’aéroport Un scandale de plus de 300 milliards

Article Lu 11252 fois

L’écrasante majorité des Sénégalaises et Sénégalais qui s’entassent dans les grandes villes sous des conditions scandaleuses d’habitat, n’ont pas de maisons en propre comme propriétaires, surtout à Dakar où le prix réel du mètre carré de surface grimpe vertigineusement presque chaque jour avec un taux d’inflation en totale balade et la complicité certaine de l’Etat qui a oublié jusqu’à la règle de la surface corrigée. A cela s’ajoute le fait que, depuis au moins 30 ans, avec les Parcelles assainies, aussi bien l’Etat/Ps que celui actuel du Pds n’ont rien fait pour l’habitat social en faveur des millions de Sénégalais moyens exclus de tout habitat décent, en dehors bien sûr ou en dépit du fameux ‘Plan Jaxaay’.



Magouille sur le foncier de l’aéroport Un scandale de plus de 300 milliards
Alors que cette situation dramatique et traumatisante pour toute mère et tout père chef de ménage recommande à l’Etat, le président de la République au premier chef, le lancement de nouveaux programmes pour l’habitat social à des coûts ne dépassant pas 50 000 F Cfa/mois sur 10 à 15 ans maximum, l’Etat brade, très probablement au profit de ses caciques et affidés, les terres qui font partie des domaines qui, à quelques rares exceptions près, sont presque les seuls capables de servir de sites aux programmes desdits habitats sociaux.

Les 30 ha (300 000 m2) ‘bradés’ à Mbackiyou Faye sans appels d’offres publiques largement diffusés avec information satisfaisante de tous les Sénégalais et aussi et surtout, de tout entrepreneur en action ou voulant se lancer dans l’un quelconque des métiers du bâtiment, peuvent à eux seuls abriter 3 000 logements d’au moins 3 pièces et un salon avec toutes les commodités intérieures requises (toilettes, douches, cuisines, débarras, cours, espaces pour volaille et petits ruminants, etc.), mais également avec toutes les commodités publiques requises pour une cité digne de ce nom, à savoir hôpital, centres et postes de santé, écoles, centres sociaux polyvalents, terrains de sports, parcours de loisirs avec allées piétonnes. L’Imam Mbaye Niang, le député qui parle de ‘deal entre l’Etat, l’Anoci et le sieur Mbackiyou Faye’, nous convainc totalement et nous nous alignons derrière lui sur cette affaire et le soutenons totalement.

Sous certaines conditions et avec certaines techniques de design et de construction, l’on peut installer sur ce site entre 4 300 et 5 000 maisons convenables qui satisferaient les attentes de bon nombre de nos compatriotes. Pour se convaincre plus ou moins de cela, il suffit simplement de se promener du côté des différents Hlm, de Sacré Cœur, de la Sicap Liberté IV, V et VI, des cités Barry et Ly, Adama Diop, Hamo, etc. Mieux encore, avec des constructions en hauteur, les 30 h pourraient facilement accueillir entre un million et un million cinq cent mille personnes qui étaient des locataires, sans perspectives.

Cela sent la magouille quand Mbackiyou Faye lui-même, en sopiste de circonstance, se sentant totalement encouragé et encadré par l’Etat lui-même, dit en résumé : ‘J’ai édifié la Statue de la Renaissance d’une valeur de 12 milliards et l’Etat m’a payé en dation les 30 ha que je peux gérer comme bon me semble, cela ne regarde que moi et tout est parfaitement légal.’ Quelle arrogance ! Quelle injure ! Quelle désinvolture ! En filigrane, on peut aussi ou projeter fermement qu’il peut tout aussi facilement en distribuer sous une forme ou une autre (actions dans des entreprises ou sociétés, espèces sonnantes, dépôts sur des ‘comptes offshore’, spéculations par fonds vautours, etc.), aux membres des hautes sphères étatiques et gouvernementales et à tout membre des diverses mafias qui ceinturent le pays et se reconduisent en se restructurant face à tout régime depuis Senghor. Et en un tour de main, l’affaire est bouclée, classée et va pour une nouvelle affaire toujours plus juteuse.

Ce que Mbackiyou Faye oublie ou refuse de nous révéler, c’est qu’à Ngor et sur une bonne partie Yoff, le mètre carré s’échange pour près, voire plus d’un million de francs Cfa et le prix ira crescendo. C’est là tout l’enjeu et les dessous de la volonté de fermer l’aéroport de Dakar Yoff et même probablement du déplacement du lycée Lamine Guèye et de l’hôpital Le Dantec.

Il y a quelques mois, un quotidien de la place révélait que plusieurs hectares avaient été cédés par l’Etat dans les environs de l’aéroport pour moins de 5 000 F Cfa le mètre carré. Sous Senghor, le mètre carré aux Almadies et à Yoff a coûté un moment 4 000 F Cfa et au Plateau, des villas grand format qui jouxtent l’Assemblée nationale, le lycée Vanvollonoven, l’hôpital Le Dantec et Principal, etc., avaient été ‘cédés’ aux membres de sa nomenklatura à 400 000 F Cfa. Les terrains de Liberté VI extension et de la zone de captage de la Sones du Front de terre ont fait l’objet de ‘assalo’, juste à la veille de la dernière présidentielle, après déguerpissement des occupants qu’on peut qualifier d’autochtones, d’autant que certains d’entre eux avaient acheté leurs terrains même si, à l’examen, cela ne s’est pas fait sous des conditions juridiques optimums. Dans tous les cas, ils ont plus de légitimité pour les occuper que les propriétaires actuels : le contentieux restera entier.

Le fait est d’autant plus scandaleux et écœurant qu’il apparaît clairement comme pouvant même être qualifié de crime social et de crime économique engrangés dans un même moule sur un même et unique hasard spéculatif. Crime social qui signifie privation de millions de Sénégalais d’habitats décents, ce qui fait que l’Onu/Habitat doit être interpellée. Crime économique : 12 milliards ôtés de 300 milliards donnent une disponibilité de 288 milliards, soit plus que la dette intérieure due par l’Etat au secteur privé et la dette que l’Etat du Sénégal doit rembourser annuellement aux institutions internationales et organismes publics de coopération multilatérale et bilatérale.

Avec ce fonds, par le biais de système de crédits approprié aux moyens et capacités réels dont les 4/5 pourraient être attribués aux jeunes et aux femmes sous forme de crédits bonifiés à investir dans l’accroissement de la production dans tous les domaines de la vie économique et le 1/5 dans les domaines des services liés à la fourniture d’intrants, au conditionnement et à la commercialisation de la production, mais aussi à l’encadrement et l’accompagnement pour l’augmentation de la productivité du travail et l’amélioration de la qualité des produits, l’Etat et le gouvernement sur 6 à 7 ans auraient contribué chaque année à la création de 100 à 150 000 emplois productifs qu’aucune restriction et/ou qu’aucun frémissement des marchés extérieurs n’aurait perturbé de façon structurelle. Le pays gagnerait avec des acheteurs crédibles et des marchés porteurs qui amèneraient les investisseurs à venir, sûrs de fructifier leurs capitaux. C’est la question de toutes les incantations et de toutes les larmes sur la faiblesse des investissements étrangers directs qui en serait résolue durablement si ce n’est définitivement.

Face à cet état de fait, tous les démocrates, patriotes, Ong, Ocb, Osc, syndicats dignes de ce nom, surtout les centrales et le patronat, en intelligence avec les plates-formes démocratiques et patriotiques (Assises nationales, Imams de Guédiawaye, Coordinations des Asc, Fgpf, jeunesse, Coordinations des élèves et étudiants, intellectuels soufis), les politiques (Benno, Icd, partis politiques, individuels, etc.), devraient se mobiliser d’abord à la base sur le terrain des souffrances inouïes de tout le peuple dans toutes ses composantes, s’engager et exiger de l’Etat le retrait pur et simple des instruments et champs spéculatifs ‘octroyés’ de façon ‘sûrement désintéressée’ au sieur Mbackiyou Faye. Une requête de partie civile que la loi sénégalaise permet, devrait même être déposée comme plainte contre l’Etat.

Les imams de Guédiawaye, les marchands ambulants et les jeunes de Kédougou qui sont et demeurent au front et au cœur du mouvement ascendant de la lutte du peuple sénégalais pour sortir de l’impasse dans laquelle l’ont conduit le régime du Ps d’abord, et de Wade qui a achevé de le plomber sur le lit de la déchéance sociale et morale, donnent chaque jour l’exemple du comment. Plaise au peuple et à Dieu qu’il en soit ainsi pour chacune et chacun de nous. Un vieux Sénégalais décédé il y a plus de 30 ans, Pape Ndiaye Bouna (grand frère de Mansour Bouna), m’enseignait que la mollesse associée à l’indolence, l’apathie et le désintéressement lâche sur fond de ‘ma giiy neg Yala, lu mu def baxna’ est la nourriture de toutes les oppressions, exploitations et dominations aveugles. Approfondissant, il ne manquait jamais de me rappeler cet Athénois qui disait : ‘Le plus grand malheur d’Athènes, c’est notre mollesse et quand Grégoire II disparaîtra, notre mollesse nous créera un autre Grégoire II.’ N’avons-nous pas vécu trois Grégoire des temps modernes au Sénégal ? Allons-nous passivement en vivre un quatrième ?

Daouda DIOP Militant de Yoonu Askan Wi

SOurce: Walfadjri

Article Lu 11252 fois

Jeudi 9 Juillet 2009





1.Posté par futa le 09/07/2009 16:34
dakar a ete divise par l alternance.ils se sont divises la foire ,l aeroport,les terrains de foot pour nos enfants,les espaces verts,ils ont tout construit.dakar est etouffè par manque d espaces.fougnoudjieume ak gni.ils font tout les moyens pour avoir des biens malhonnetement,il faut ke le president parle de ca.trop c est trop

2.Posté par molack le 09/07/2009 17:54
J'ai lu , relu , encore relu, toujours relu l'interview de Mackiyou Faye, relative au foncier de l'aéroport mais, je n'y comprends grand chose. L' Etat ne peut pas céder un terrain qui lui appartient à un privé qui le vend à une structure parapublique comme l'Iprès. Je ne peux pas me permettre de juger Mackiyou mais, je pense que le journaliste doit déposer Mackiyou à l'Assemblée nationale et celle-ci après l'avoir audité, l'envoie directement chez le juge ou chez l'Historien, pour que les générations futures sachent qu'il était une fois .......wala

3.Posté par expert politics le 09/07/2009 18:56
Ce que moi je ne comprends pas c'est pourquoi ni Tanor, Moustapha Niasse, Dansokho...., ne disent publiquement aux speculateurs et complices de Wade que les terres qu'ils sont entrain de voler au peuple leur seront repris quand ils arriveront au pouvoir pour au moins que nul n'en ignore..comment peut on laisser une mafia qui ne prend même plus la peine d'y mettre la forme arnaquer le peuple sans que personne ne pipe mot mis à part la presse. y'a -t- il encore des opoosants au senegal et connaissent-ils leur rôle? Et avec tout ça Wade leur jette comme à son habitude l'os du dialogue national et va se la couler douce à Paris,les laissant discutailler comme de petits enfants avec un supposé premier ministre qui n'est rien!
je suis profondément dégouté des sénégalais et du senegal....

4.Posté par Rosalie le 09/07/2009 22:47
à chaque jour son scandale. et demain, c lequel?

5.Posté par ndiock serere le 09/07/2009 22:47
il ne seront jamais au pouvoir sinon tanor le tuera comme il voulait le faire a maguette giouf frere de abdou diouf mefiez vous de ces 2 la toujours chez les marabouts kheureme rek n oubliait pas le couteau qui devait tuait le 9 (neuvieume boeuf) des sacrifices pour l echec de l o c i cest badiane ld qui la oublie chez son goro dans un sac
merci

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State