Référence multimedia du sénégal
.
Google

« Ma tante ne cesse de m’accuser de toujours coucher avec son mari »

Article Lu 1817 fois

Quand on est accusé à tort d’une chose que même la morale réprouve sur toute la ligne, on a mal. Surtout si l’on est, en récurrence, l’objet de ces genres d’accusations. En effet, c’est ce qui justifie le comportement d’une fillette de quatorze ans, retrouvée deux jours après sa fugue de la maison parentale, dans la chambre de l’homme qui l’avait hébergée. D’ailleurs, c’est grâce à un coup de fil que D.S. a passé à sa tante, à partir du téléphone portable de son « bienfaiteur » qu’elle sera finalement localisée.



D.S. a grandi sous l’aile protectrice de sa tante M. Thiam, à Grand-Yoff, qui lui a toujours manifesté amour, soins. Mieux, M. Thiam a toujours fait preuve de disponibilité à tout partager avec sa nièce. Sauf, évidemment, celui-là avec lequel elle s’est liée pour le meilleur et le pire. C’est-à-dire, l’élu de son cœur qu’il a, du reste, toujours soupçonné de porter un regard trop sentimental sur la petite. Qui, au fil des années, a grandi comme pas possible, disposant d’une morphologie à faire craquer n’importe quel gentleman. Toutefois, jusqu’ici personne ne sait ce qu’il en est exactement entre la petite et l’poux de sa tante. Ce qui, du reste, est certain, c’est qu’un jour, D.S eut la surprise de sa vie en se faisant tancer par sa tante qui l’accuse d’avoir entretenu des relations coupables avec son mari. Ce qui, en son temps avait provoqué l’ire de DS qui ne se prive pas de la manifester, notamment en fuguant pour aller se terrer chez ses parents. Toutefois, elle n’aura pas le temps de prolonger son séjour et voilà que sa tante est venue la reprendre. En effet, les mêmes causes produisant toujours les mêmes effets, elle reprend, à nouveau, le chemin de chez ses parents, lorsque sa tante porta sur elle, une seconde fois, la même accusation. Egalement, c’est cette même tante qui va la cueillir. Il en est ainsi pour les six fois que la petite a fugué. C’est la raison pour laquelle, quand vers la mi-juillet, sa tante l’a accusée à nouveau d’avoir entretenu des relations sexuelles avec son mari, D.S. se résout à en finir une bonne fois pour toutes avec « ces fausses accusations ». Dès lors, la seule alternative pour elle consiste à partir et uniquement partir loin de cette tante qui semble se plaire à la martyriser en portant sur elle de fausses accusations. C’est ainsi que, vers la mi-juillet, profitant de l’absence de sa tante partie au marché, D.S. sort un sac, y dissimule quelques vêtements et ensuite, ouvre l’armoire pour y prendre deux mille francs ainsi qu’un téléphone portable. Après quoi, elle prend un taxi qui la conduit à la plage de Ngor où elle rencontra un certain Khalla Guèye alias Ousseynou Guèye. Ce dernier qui habite dans la même localité, l’hébergea pendant deux nuits. Deux jours pendant lesquels, D.S est recherchée par ses parents. Toutefois, le coup de fil qu’elle a passé à sa tante à partir du téléphone portable de Khalla Guèye a permis aux parents de D.S. de la retrouver. C’était au troisième jour de sa fugue. Elle a été surprise, sagement couchée dans le lit de Khalla Guèye que la police a finalement placé entre quatre murs, après avoir été reconnu coupable de détournement et séquestration de mineure.

Abdou DIOP
Source: L'actuel

Article Lu 1817 fois

Samedi 28 Juillet 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State