Référence multimedia du sénégal
.
Google

MOUSTAPHA NIASSE PARLANT DE WADE: « Il a tout fait pour casser l’opposition »

Article Lu 1423 fois

La célébration du huitième anniversaire de l’appel du 16 juin 1999 a été l’occasion pour l’Alliance des forces de progrès (Afp) de se requinquer. Son leader, Moustapha Niasse saisissant l’occasion, samedi dernier au collège Sacré cœur s’est vivement élevé contre la transhumance « orchestrée » par le pouvoir libéral. Il est aussi revenu sur la nécessité de l’unité de l’opposition. Comme de donner son sentiment sur les élections, la présidentielle et législatives.



MOUSTAPHA NIASSE PARLANT DE WADE: « Il a tout fait pour casser l’opposition »
L’alliance des forces de progrès (Afp) a encore vécu un moment fort de son histoire politique à travers la commémoration de l’appel du 16 juin 1999 de son leader, Moustapha Niasse. Ce sont des militants quasi surexcités qui ont donné de la voix et qui ont montré que malgré leur score de la présidentielle du 25 février dernier, leur parti reste toujours fort.

Dopé par cette ambiance et la présence de presque tous les leaders de l’opposition notamment du Front « Siggil » Sénégal et des membres de la société civile, le secrétaire général, Moustapha Niasse a encore décoché des flèches contre Abdoulaye Wade. « Le Président de la République a tout fait pour casser l’opposition. Il attire des transhumants avant de les consumer », a-t-il déclaré avant de préciser qu’à l’Afp, il a tenté « d’acheter des gens parce qu’il sait qu’ils ont de la valeur ».

Le leader de l’Afp a réaffirmé son encrage dans l’opposition et surtout au sein du Front « Siggil » Sénégal. Dans ce cadre là, il a affirmé que « précisément, tous les engagements pris vis-à-vis du peuple seront poursuivis, réalisés, dans toute la mesure du possible, avec les partis qui sont dans la Coalition Siggil Sénégal et à fortiori avec ceux qui sont dans la Coalition Alternative 2007 ». Pour le membre de la conférence des leaders du Cpc, puis de la Cpa et maintenant du Front qui a boycotté récemment les élections législatives, « il s’agit pour l’opposition d’une responsabilité collective, qui l’incombe au plus haut point, devant l’histoire et devant les générations d’aujourd’hui et celles de demain ». Et Moustapha Niasse d’indiquer : « Nous sommes favorables à une unité réelle de l’opposition. Evidemment, une évaluation lucide des expériences récentes doit être faite, pour éviter la répétition de certaines erreurs et autres dysfonctionnements préjudiciables à la force de l’opposition ». Il a, dans le même sillage, ajouté que « le regroupement de l’opposition démocratique n’est pas un fait du hasard. Il s’agit d’un processus volontaire, conscient, qui se fonde sur une analyse précise des données politiques, économiques et sociales qui prévalent actuellement au Sénégal, face à un régime qui ignore le droit et la loi et qui a résolument tourné le dos à la démocratie et au respect de la personne humaine ».

« Aucune alchimie ne fera passer le dauphinat »

Le secrétaire général de l’Afp ne pouvait pas ne faire regarder dans le rétroviseur pour revenir sur les dernières élections présidentielle et législatives. « Nous sortons de deux scrutins, une élection présidentielle, le 25 février et des élections législatives, le 3 juin 2007. Ces deux scrutins portent et continueront de porter, pour l’histoire, la marque indélébile d’un habillage immoral, anticonstitutionnel, entachés qu’ils ont été d’un manteau lourd de conséquences pour l’avenir de notre pays, le manteau de la manipulation, le manteau d’une violation répétée des principes élémentaires du droit des élections, le manteau de comportements et d’attitudes inqualifiables dont les tenants du pouvoir actuel assumeront longtemps encore la lourde et incontestable responsabilité », a-t-il déclaré. Il est d’avis que « sous ce regard, nous sommes dirigés, aujourd’hui, par un président de la République qui sait, mieux que quiconque, par quels mécanismes il a organisé, avec des complicités successives à différents niveaux de la hiérarchie administrative, ce qui lui a permis, sans sourciller, de se déclarer élu, face à treize adversaires, dès le premier tour de l’élection présidentielle ». La conséquence est que par la suite, cela a fait remonter en surface une vérité politique vieille de trois mille ans et qui veut que dans un Parlement, quand on parle trop, l’on ne délibère pas. « Et lorsqu’un Parlement ne délibère pas sur les priorités de la nation, lorsqu’il ne contrôle pas l’action de l’exécutif, les débats parlementaires deviennent un exercice-spectacle, sans plus », a-t-il avancé.

Le faible taux de participation du peuple au scrutin législatif du 3 juin 2007 est venu, de son avis, corroborer et confirmer la nature et le contenu « factices de la mascarade » électorale de février 2007.

Très en verve, il a fait savoir « qu’aucune alchimie institutionnelle ou constitutionnelle ne pourra faire passer le dauphinat. C’est en définitive le peuple souverain qui en décidera ». L’Afp, avec ses partenaires de l’opposition, mènera, selon lui, le combat pour la défense des institutions et la République de droit. « Un combat d’ores et déjà gagnant avec le boycott massif des dernières élections législatives », a-t-il estimé. Moustapha Niasse d’annoncer que dès samedi prochain, dans le cadre du plan d’actions du Front Siggil Sénégal, les jeunesses de l’opposition vont organiser un grand rassemblement.

Ibrahima Lissa FAYE
Source: Sud Quotidien

Article Lu 1423 fois

Lundi 18 Juin 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State