Référence multimedia du sénégal
.
Google

MOUSSA SY A DAOUDA FAYE: « L’État n’a rien fait pour le football local »

Article Lu 1438 fois

Le député libéral Moussa Sy n’a pas du tout été tendre envers le ministre des Sports Daouda Faye. Profitant du passage du chef du département des Sports à l’Assemblée nationale, l’adjoint du maire de Dakar a décrié la gestion du football local par les autorités de la tutelle.



Le passage de Daouda Faye à l’hémicycle mercredi dernier répondant à la question orale posée par les députés Abdou Sané et Mamour Cissé de la Coalition Sopi sur la crise du football n’a pas été de tout repos pour le ministre des sports et son équipe.

Le député libéral, Moussa Sy a profité de cette opportunité pour mettre à nu la manière dont le football local est géré. Le responsable libéral des Parcelles Assainies a dénoncé « la démission » des autorités face au développement du football local. Venant renforcer les nombreux griefs que ses collègues députés ont soulevé avant lui, Moussa Sy est monté au créneau pour dénoncer le laxisme ou relâchement observé. Il est catégorique : « l’État n’a rien fait pour le football local.

Tous les ministres qui sont passés, de Joseph Ndong à Daouda Faye en passant par Youssou Ndiaye, n’ont rien fait ». Pour lui, « si on parle du développement du football local c’est de la responsabilité de l’État qui ne fait que dans le football international ou l’équipe nationale ». Depuis 2000, a t-il rappelé, « aucune subvention n’a été reçue par un club ». Et de préciser que « seules les compétitions internationales (Coupe d’Afrique, Coupe de la caf…) sont subventionnées par l’État ». Une situation qui n’est d’ailleurs pas générale, si on se rappelle du cas du Port autonome de Dakar (Pad) qui a été forfait pour des primes de transport.

Pour rappeler les autorités à l’ordre, Moussa Sy souligne qu’« il faut que les gens sachent que les résultats se gagnent. Il ne faut pas qu’on se mette encore à rêver. Il faut travailler dur pour espérer récolter les fruits. Il n’y a pas de structures de base, l’État ne subventionne pas le football local, la petite catégorie, le football féminin… » Le député libéral se désole du fait qu’il n’y a pas de club fort à l’image de l’Asec d’Abidjan, la jeunesse kabily. C’est par là qu’il a entamé la question des perturbations du football. De l’avis de Moussa Sy, « ces clubs qui se disent traditionnels et qui ont boycotté le championnat, quel que soit le nombre de joueurs vendus n’arrivent pas à mobiliser à l’image d’équipes comme Niary Tally ».

Par la suite, il s’est posé la question de savoir : « comment 14 clubs peuvent mettre en péril le football du moment qu’il y’a 225 clubs qui jouent régulièrement tous les week-ends dans toutes les divisions ». L’adjoint au maire de Dakar pense qu’« on peut faire des discussions et des concessions, mais l’Etat de droit doit être de mise ». Sur cette même lancée, Moussa Sy rappelle que « le Sénégal a délégué ses pouvoirs à la fédération qui est affiliée à la Fifa qui est une souveraineté. Il faut donc se conformer à des textes et règlements qui sont les mêmes pour les championnats de France, d’Angleterre, d’Italie, d’Espagne… »

Source: Sud Quotidien

Article Lu 1438 fois

Vendredi 10 Août 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State