Référence multimedia du sénégal
.
Google

MORTALITÉ INFANTILE A KOLDA: 190 décès pour 1000 naissances vivantes

Article Lu 1389 fois

L’édition 2008 des journées de survie de l’enfant a été officiellement lancée hier mardi 27 mai à Sédhiou, pour le compte de la région de Kolda qui compte 190 décès pour 1000 naissances vivantes. Pour accroître l’efficacité dans le combat contre la mortalité infanto-juvénile, les volontaires de la santé vont administrer de la vitamine A et des déparasitants pour trois jours à compter de ce mercredi.



MORTALITÉ INFANTILE A KOLDA: 190 décès pour 1000 naissances vivantes
Carence en vitamine A, grande fréquence de l’anémie et parasitoses digestives sont en partie responsables de la forte prévalence de la mortalité infanto-juvénile qui est de l’ordre de 190 décès pour 1000 naissances vivantes dans la région de Kolda. Des statistiques qui sonnent comme une alerte rouge dans cette partie Sud du pays caractérisée par une pauvreté extrême et endémique des populations. Les autorités en charge des soins de santé en ont bien conscience et s’emploient à inverser cette tendance fâcheuse de concert avec toutes les communautés et acteurs de développement de tous bords. C’est le sens des journées régionales de survie de l’enfant lancées, hier à Sédhiou.

Dans son allocution d’ouverture, le deuxième maire-adjoint de la commune de Sédhiou a invité tous les parents à faire montre de courtoisie pour recevoir dans les conditions idoines de travail les volontaires de la santé chargés d’administrer la vitamine A et les déparasitants aux enfants. Moustapha Coly a ajouté : « En tout cas vous pouvez compter sur le soutien de l’institution municipale de Sédhiou dans le combat contre la mortalité des enfants ». Même symphonie chez le représentant du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef), Abdoulaye Diop, qui a fait cette remarque : « La disponibilité de l’organisation que je représente ici, ne fait plus de doute pour la promotion et l’épanouissement de l’enfance. C’est pourquoi j’exhorte tous à œuvrer dans une parfaite synergie pour le succès de ces journées ». De même, et au nom des religieux de la région, l’Imam Ratib de Kolda, El Hadji Thierno Mamadou Diallo, s’est félicité de leur implication dans ce combat et recommande très vivement aux parents de « faire soigner leurs enfants ». Il a par ailleurs rappelé l’importance de la santé qui est le socle du savoir. « Dieu recommande d’aller rechercher le savoir jusqu’en Chine et de s’en servir très judicieusement pour le bien de la communauté. Et d’ailleurs, ne dit-on pas que pour mieux travailler il faut être en bonne santé ? », a-t-il précisé.

Les enfants et les femmes pour cible

À en croire le docteur Amath Mbaye, médecin chef de la région de Kolda, les cibles de ces journées sont des enfants âgés de six à cinquante-neuf mois et les femmes post-partum désignant celles qui ont accouché dans les quarante-deux jours précédents : « Les objectifs opérationnels que nous nous sommes fixés sont de supplémenter en vitamine A au moins 80 % des femmes qui sont dans leur quarante deuxième jour après l’accouchement et toujours en vitamine A, au moins 80 % des enfants âgés de six à cinquante-neuf mois et de déparasiter avec le mébendazole à peu près 90 % des enfants de douze à cinquante-neuf mois », a révélé Dr M’baye.

Et de poursuivre en ces termes : « Le taux de mortalité infanto-juvénile est extrêmement élevé au Sénégal et selon les dernières enquêtes, la prévalence est de 121 décès pour 1000 autrement dit c’est la mortalité chez les enfants de moins de cinq ans. Particulièrement au niveau de Kolda, cette prévalence est très élevée. Elle est d’environ 190 pour 1000. Ce qui veut dire qu’au Sénégal, un enfant sur huit meurt avant son cinquième anniversaire. À l’origine, il y a la carence en vitamine A qui fait que l’enfant devient extrêmement sensible à toutes les infections. Aussi, la grande fréquence de l’anémie et des parasitoses digestives qui, selon l’exploitation des rapports des districts sanitaires, constituent la cinquième cause des morbidités au niveau de la région de Kolda ».

Enfin, l’adjoint au préfet de Sédhiou, Adama Cheikh Diaw, qui présidait les travaux au nom du gouverneur de Kolda « empêché », a procédé à une supplémentation publique de quelques enfants en compagnie du docteur Kalidou Konté, médecin chef du district sanitaire de Sédhiou, des chefs de services départementaux et autres subalternes de la santé. Il en sera ainsi pour trois jours dans la région tout comme sur l’ensemble du territoire national.

Source: Sud Quotidien

Article Lu 1389 fois

Mercredi 28 Mai 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State