Référence multimedia du sénégal
.
Google

MORT TRAGIQUE DE NDEYE DIAW : Les parents de la victime accusent toujours l’époux

Article Lu 11172 fois

Le non-lieu prononcé sur la mort de Ndèye Diaw, cette jeune femme retrouvée morte dans une fosse septique à Touba, est loin de satisfaire ses parents et le Comité de lutte contre les violences faites aux femmes (Clvf). Pour accompagner la famille de la victime à tirer au clair cette mort, le Comité s’est constitué partie civile dans cette affaire.



Ndèye Diaw est-elle simplement morte par noyade comme on veut le faire croire à sa famille ou sauvagement tuée par son mari avant d’être plongée dans une fosse septique ? En tout cas, malgré le non-lieu prononcé par le procureur de Diourbel en faveur du mari de la victime, sa famille croit mordicus à un meurtre. Elle a d’ailleurs saisi le Comité de lutte contre les violences faites aux femmes (Clvf) qui s’est constitué partie civile dans cette affaire qui est loin de connaître son épilogue. « Nous allons prendre un avocat afin que le coupable soit traduit en justice », a indiqué hier, Oulimata Gaye, présidente du Clvf au cours d’une conférence de presse. Les parents et le frère de la victime ont fait des témoignages sur les faits présentant Talla Thiam comme présumé meurtrier de Ndèye Diaw. « Depuis qu’il a échoué à sa tentative d’émigration, Talla Thiam n’était plus le même et s’adonnait à l’alcool », a expliqué la mère de la victime.

L’affaire date d’octobre 2006. Ndèye Diaw, une jeune femme mariée habitant à Darou Minam (Touba) est trouvée morte dans une fosse septique. La veille pourtant, elle avait reçu des menaces de mort de son mari Talla Thiam qui l’accusait d’avoir pris son portable et une somme d’argent qu’il avait perdue dans ses virées nocturnes. Après la découverte du corps dans la fosse, tous les soupçons se sont dirigés vers le mari. Ce dernier est arrêté et déféré au parquet avant d’être placé sous mandat de dépôt à la maison d’arrêt et de correction de Diourbel. Mais les conclusions faites par le médecin de Touba prononçant une « mort par noyade » obligèrent le père de la victime à exiger une autopsie. Selon les conclusions du rapport d’expertise médico-légale réalisé à l’hôpital Le Dantec, la mort de Ndèye Diaw est due à une « submersion-asphyxie par noyade survenue après des coups et blessures par objet contondant ». Malheureusement pour la famille de la victime, le procureur n’a pas tenu en compte ce rapport qualifiant de « vide » le dossier sur la mort de Ndèye Diaw.

Cinq mois après sa détention, Talla Thiam, accusé toujours par la famille de la défunte, est mis en liberté. La famille de la victime tout comme le Comité de lutte contre les violences faites aux femmes s’insurgent contre « tout interventionnisme politique ou religieux » et exigent que l’auteur de cet acte soit puni conformément aux lois en vigueur au Sénégal. Dans ce combat, les membres du Clvf n’excluent pas d’organiser une marche à Diourbel afin d’exiger toute la clarté sur cette affaire. d’exiger toute la clarté sur cette affaire.


Maguette NDONG
Source: Le Soleil

Article Lu 11172 fois

Samedi 16 Juin 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State