Référence multimedia du sénégal
.
Google

MORGAN TSVANGIRAI À DAKAR :''Je suis venu prendre conseil aupres de Wade''

Article Lu 1616 fois

Au cours de son séjour de 24 heures hier, Morgan Tsvangirai, leader du Mouvement pour le changement démocratique (Mdc), la principale force de l’opposition au Zimbabwe, a déclaré que chaque leader influent du continent doit être consulté pour résoudre la crise dans son pays. Plus il y a des leaders africains qui s’impliquent, mieux ce serait, a-t-il dit, face à la presse, peu après avoir été reçu en audience par le président de la République, Me Abdoulaye Wade.



MORGAN TSVANGIRAI À DAKAR :''Je suis venu prendre conseil aupres de Wade''
Dans son ensemble costume sombre et cravate à rayures, Morgan Tsvangirai, chef de file de l’opposition zimbabwéenne, répond aux questions dans un langage simple. Assis entre le Dr Cheikh Tidiane Gadio et Jameson Timba, il a le temps de parler et de parler. Avec une gestuelle sobre : le bras légèrement levé ; des doigts croisés ; un regard qui fixe l’interlocuteur ; un sourire et presque pas d’anecdotes croustillantes...

Cet après-midi de jeudi encore, il fait courir les journalistes. Il avait d’ailleurs déjà commencé la matinée, après que la nouvelle de son arrivée a été diffusée par le ministère des Affaires étrangères. Un séjour de 24 heures, pour un opposant si célèbre, dans une Afrique où certains comme lui, croient qu’il est toujours possible de gagner démocratiquement des élections, se mène toujours tambours battant. Voici alors Tsvangirai, leader du Mdc (sigle anglais de Mouvement pour le changement démocratique), homme politique et opposant africain qui a évolué dans un contexte de persécution et de violence dirigées contre ses militants et qui, dans son pays qu’est le Zimbabwe, a réussi la prouesse de passer devant la Zanu-Pf de Robert Mugabe lors des dernières législatives du mois de mars et même de le battre au premier tour de la présidentielle.

Quand il accepte de faire face à la presse, au cours d’un bref séjour au Sénégal, l’on comprend aisément que la salle sera prise d’assaut. Prise d’assaut assez tôt d’ailleurs, comme ce fut le cas hier, au Méridien Président, par une presse internationale et nationale avec une dizaine de caméras, un peu moins d’appareils photos et plusieurs enregistreurs.

Et quand, vers les coups de 17h 30, il fait son apparition dans la salle en compagnie de Gadio, zooms et flashes se jettent sur lui, au moment où les discussions informelles se terminent par force. Commence ainsi, ce que Gadio lui-même appellera « le point sur l’évolution de la situation au Zimbabwe ».

Face aux journalistes et devant quelques membres du corps diplomatique accrédité à Dakar, Tsvangirai dira que sa délégation et lui-même sont à Dakar pour « briefer Wade sur les derniers évènements au Zimbabwe ».

Le contexte actuel, selon le leader du Mdc, est celui d’un protocole d’accord signé entre son parti et la Zanu-Pf, avec comme base, la création d’un cadre de négociation. « Depuis lors, le médiateur a réuni les deux parties et le dialogue a commencé », déclare Tsvangirai, qui ajoute avoir parlé des « obstacles rencontrés au cours des négociations au président Wade ».

« Ce dernier est favorable à donner des conseils avisés dans le processus en tant que grand leader africain », a-t-il dit.

Le leader du Mdc ajoute qu’il y a une « grande urgence pour empêcher les populations de souffrir du déficit de produits alimentaires ». Son parti, le Mdc s’intéresse à l’assistance humanitaire, a-t-il dit, reconnaissant la baisse de la violence « et le défi d’éliminer les poches de résistance ».

La responsabilité collective de l’Afrique est engagée pour que la situation revienne à la normale au Zimbabwe. En prononçant de tels propos, Tsvangirai tenait à répondre à ceux qui voient en son arrivée à Dakar, un désaveu de la médiation de Mbecki, désigné par l’Union africaine.

« Mon déplacement à Dakar n’est pas un désaveu de la médiation de Thabo Mbecki. Car chaque leader influent du continent doit être consulté pour résoudre la crise dans notre pays », a-t-il dit, ajoutant que : « c’est devenu un problème africain et plus il y a des leaders africains qui s’impliquent, mieux ce serait une assurance ».

Quand, à la veille du deuxième tour de l’élection présidentielle du mois de juin dernier, Morgan Tsvangirai décidait de retirer sa candidature, certains considéraient l’acte comme une sorte de « trahison » et avaient même le sentiment que les nombreux morts parmi ses partisans, l’étaient pour rien. « Je ne le pense pas », se défend l’opposant zimbabwéen. « Les gens qui sont morts ne l’ont pas été pour moi. Ils sont morts car ils croient à la lutte comme y avaient cru leurs prédécesseurs pendant la période coloniale », explique-t-il, estimant que « la décision de retrait de ma candidature n’a pas été facile ».

« Elle a été prise car les conditions étaient impossibles pour le Mdc. Cette élection était une guerre déclarée contre le peuple. La majorité de mes compatriotes pensait qu’il était plus sage de quitter. Je ne pense pas que ceux qui sont morts ont été trahis », argumente-t-il encore.

Il souligne que l’option est de s’engager à trouver une solution, contestant la position selon laquelle la suspension des négociations s’explique par des désaccords sur des postes à octroyer. « Je rappelle qu’avec ces négociations, il ne s’agit pas de positions à octroyer ; aucune proposition spécifique ne m’a été faite », estime Morgan Tsvangirai, né en 1952 à Gutu, centre du Zimbabwe, en pays Shona.

Source: Le Soleil

Article Lu 1616 fois

Vendredi 1 Août 2008





1.Posté par MARVEL le 01/08/2008 11:33


Bonjour Morgan

J'imagine que Wade a dû te supplier de 1000 manières pour que tu viennes le voir, surtout après la grosse bourde qu'il avait faite dans ton pays. Je rappelle plus bas ses propos tenus dans ton pays, alors qu'il était en train de lêcher les bottes de ton dictateur de président avec qui Wade a d'ailleurs d'énormes points communs :

- Ce fameux complexe de la reconnaissance d'un président illégitime et fraudeur, grabataire versatile et cleptomane.
- Même âge. Bien que Ablaye soit ADNement de 4 ans l'aîné de Mugabé
- Même source de jouvence, le mensonge, le vol, le ridicule, l'indignité
- Se disent tous deux et pratiquement au courant de la même semaine, après des tripatouillages électoraux, "élus par Dieu"
- Mêmes profils de supporter écervelés et de souteneurs alimentaires
- Les mêmes complexes vis-à-vis de l'opposition

D'ailleurs lui et Mugabé sont sur la même longueur d'onde, et le fait qu'il t'ait supplié de venir à Dakar est juste destiné à prendre une photo avec toi pour envoyer à ceux qui décernent des coupes, trophées et autres quincailleries, et en même temps pour te faire oublier cette bourde ci qu'il avait prononcée chez toi :

"""""" En partant pour cette médiation à Harare, je pensais assister à une révolution imminente. Le régime du président zimbabwéen Robert Mugabe n'est pas menacé, il a le soutien du monde rural. On nous a trompés sur le Zimbabwe. Il n`y a pas de menace du pouvoir de Mugabe actuellement et ceux qui croient qu`il va être renversé d`un moment à l`autre, se trompent. Ils se trompent alors, totalement. """"""""

Dixit : Abdoulaye Wade, 28 Novembre 2007 à Harare

J'imagine que tu as dû le remettre à sa place entre quatre murs, et essayer de le soutoural devant les caméras. Da fa ñaka djom nak, et j'imagine que tu as dû t'en rendre compte. Il n'a honte de rien


MARVEL
marvel@hotmail.fr

2.Posté par SA NEKH SAMB le 01/08/2008 14:03
marvel khawma mafe cou sonne ne ngue , mais ya fatigue , bayil djambour domarame mecontent bon bonne bi ngue donne soope be de lo xam si gouvernement zimbabween ngeuye diaye aye nane il le soutient du monde rural te epuis de ngneye doul wade na supplie personne , tu devrais te rejouir de ca car la plupart des presidents ou hommes politiques en detresse viennent au SENEGAL pour se refugier ou se ressourcer ,donc so wakhe que le vieux qui reprensente GALSEN lui a supplie de venir ceci revient a dire que c est le SENEGAL qui s est mis a genoux . Lo lome metti epuis affaire de harare degue degue rek ngue si am

3.Posté par Sakhewar le 01/08/2008 16:43
Ablaye dafa amm bayré. y'a que lui qui a ses chances.
il aimait à travers le monde ce Wade

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State