Référence multimedia du sénégal
.
Google

MONUMENT DE LA RENAISSANCE : Me Wade souhaite la poursuite du débat

Article Lu 12048 fois

Le Conseil des ministres s’est réuni, le jeudi 24 décembre 2009, à partir de 10 heures, au Palais de la République, sous la présidence de son Excellence Me Abdoulaye Wade, président de la République.



MONUMENT DE LA RENAISSANCE : Me Wade souhaite la poursuite du débat
Dans sa communication, le président de la République a fait part au Conseil des audiences qu’il a accordées à diverses personnalités parmi lesquelles :

M. Cheikh Tidiane Diakhaté, Premier président de la cour d’Appel de Dakar ;

M. Ousmane Paye, Conseiller spécial du Secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie (Oif), porteur d’un message ;

M. Charles Michel, ministre de la Coopération au Développement du Royaume de Belgique ;

son Excellence M. Raoul Gorge Vera Cruz Barboza, ambassadeur du Cap-Vert à Dakar, venu lui faire ses adieux ;

M. Edem Kodjo, ancien Premier ministre du Togo ;

Une délégation de la Fondation Kéba Mbaye ;

M. Cheikh Modibo Diarra, de Microsoft ;

Mme Marie Josée Jacobs, ministre luxembourgeois de la Coopération et de l’Action humanitaire ;

Mme Ute Ohoven, ambassadeur spécial de l’Unesco, Consul du Sénégal à Düsseldorf et présidente de la Fondation Unesco pour l’éducation des enfants.

Le chef de l’Etat a également fait part au Conseil de :

• la visite qu’il a effectuée à Gorée avec l’équipe de tournage de la chaîne américaine « Travel Channel » ;

• la cérémonie de pose de la première pierre de la Grande mosquée Gouye Mouride de Dakar, en présence du Khalife général des Mourides ;

• la cérémonie de réception des « Lionnes » du basket-ball, championnes d’Afrique ;

• la cérémonie de l’édition 2009 de la fête des Tirailleurs ;

• la cérémonie de décoration des Frères Arthur Montplaisir et Romuald Picard de Sacré Cœur ; • la cérémonie de décoration des nationaux ;

• la réunion avec les Parlementaires.

Le président de la République, au nom du Conseil, a présenté ses condoléances et celles de la Nation aux familles du Docteur Issa Mbaye Samb, ministre conseiller à la présidence de la République, du Docteur Daouda Sow, ancien président de l’Assemblée nationale et de M. Abdoulaye Diack, ancien président du Sénat. Il a salué leur conscience politique et citoyenne et leur dévouement à la Nation sénégalaise.

Le chef de l’Etat a félicité le gouvernement et plus particulièrement le ministre d’Etat, ministre de l’Economie et des Finances, pour l’approbation, en dépit du contexte marqué par la crise internationale, par le Conseil d’administration du Fmi, le 15 décembre 2009, du dossier du Sénégal portant sur la 4ème Revue du Programme économique et financier appuyé par l’instrument de soutien à la politique économique et la 2ème Revue au titre de la facilité de protection contre les chocs exogènes.

Pour la seconde fois dans l’histoire de notre pays, le dossier du Sénégal passe sans débat au Fmi.

Le président de la République a ainsi exhorté le gouvernement à poursuivre les réformes engagées.

Le chef de l’Etat a ensuite évoqué son périple qui l’a conduit successivement à Paris, Copenhague, Tripoli et N’Djaména.

Durant son séjour à Paris, le chef de l’Etat a reçu en audience diverses personnalités parmi lesquelles :

• M. Philippe Douste-Blazy, ancien ministre, conseiller spécial du Secrétaire général des Nations unies en charge des financements innovants pour le développement (Unitaid), venu solliciter l’appui du chef de l’Etat en sa qualité de président en exercice de l’Oci. Le président de la République a accepté de faire participer le Sénégal par l’instauration d’une taxe sur les billets d’avion. Il a également promis d’aider à la sensibilisation des pays africains et arabes pour alimenter ce fonds lancé en 2006.

Le président de la République s’est ensuite rendu à Copenhague pour participer à la 15ème Conférence des Nations unies sur les changements climatiques. Dans son intervention, le chef de l’Etat a demandé la prise d’engagement concret pour lutter contre la dégradation de l’environnement et de ses effets néfastes. Pour dire que le Sénégal n’est pas dans une posture attentiste, il a évoqué quelques initiatives sénégalaises comme contribution à la lutte pour la sauvegarde de l’environnement et contre les changements climatiques, à savoir : le Mur de l’Atlantique pour lutter contre l’érosion côtière, les écovillages, la Grande muraille verte et la promotion des énergies alternatives.

En marge du sommet de Copenhague, le chef de l’Etat a reçu en audience :

• Mme Monique Barbut, présidente du Fonds mondial pour l’environnement ;

• M. Achim Steiner, sous-Secrétaire général des Nations unies et directeur du Programme des Nations unies pour l’environnement (Pnue) ;

• M. Bill Breed, coordonnateur de l’Agence Global climate change de l’Usaid ;

• M. Eric Bio, directeur général-adjoint de la Boad chargé des financements ;

• M. Yann Arthus Bertrand, Fondateur de Coodplanet ;

• M. Karls Johnson, Pdg de la société Afkon Energy spécialisée dans la production d’énergie à partir des déchets organiques ;

• Une délégation de l’African network of environmental journalists (Anej) ;

• M. Massamba Thioye, manager au secrétariat de la Convention sur les changements climatiques ; • la communauté sénégalaise du Danemark et de la Suède.

Sur la route de N’Djaména pour participer au Sommet de l’Ohada, le président de la République a fait escale à Tripoli, en Libye, pour s’entretenir avec le guide Mouhamar Kadhafi, notamment sur les dossiers de l’Union africaine, le Monument de la Renaissance africaine et le projet de centrales solaires au Sahara.

N’Djaména, dernière étape du périple du chef de l’Etat, a accueilli le Sommet des chefs d’Etat des pays membres de l’Organisation pour l’harmonisation du droit des affaires en Afrique (Ohada). Après une brève cérémonie d’ouverture, les chefs d’Etat se sont réunis à huis clos pour débattre des points à l’ordre du jour, entre autre, l’entrée en vigueur du traité de l’Ohada et le mécanisme de financement de l’organisation.

Le chef de l’Etat, faisant la revue des mesures politiques allant dans le sens du renforcement des mécanismes de bonne gouvernance, de lutte contre la pauvreté et d’insertion sociale, ayant pour finalité la promotion et la sécurité de l’emploi ainsi que l’intégration des groupes vulnérables et la cohésion sociale, s’est de nouveau félicité de la brillante réélection du Sénégal comme membre du Conseil des droits de l’Homme par l’Assemblée générale des Nations unies.

Cette réélection, dit-il, est l’expression d’une confiance renouvelée de la Communauté internationale à notre pays profondément attaché à la protection et la promotion des droits humains.

Evoquant la question de la mal gouvernance de certaines sociétés publiques constatée par l’Ige, le chef de l’Etat a demandé au Conseil d’étudier, de façon exhaustive, le mode de gestion de ces structures et d’analyser le fonctionnement de leur Conseil d’administration afin d’éviter les abus.

Pour mieux manager les deux grands projets de dessalement des eaux de mer et de fourniture d’énergie renouvelable, le président de la République a demandé au Conseil d’étudier les possibilités de mise en place d’organisations spécifiques pour favoriser leur réalisation, tout en définissant les modalités de cohabitation ou d’association avec d’autres structures ou institutions.

Le président de la République a félicité et encouragé le ministre d’Etat, ministre des Forces armées, qui a acheté, au profit de l’Armée, une partie de la production locale du riz de la vallée. Il a, dans ce sens, souhaité qu’une telle initiative serve d’exemple aux importateurs et aux grands consommateurs.

Evoquant les débats agités à travers le pays pour la détermination de la position de l’Islam concernant les images et la sculpture, le chef de l’Etat s’est réjoui de leur caractère passionnant et riche. Pour lui le débat doit se poursuivre.

Dans sa communication, le Premier ministre a informé le Conseil avoir présidé, le 8 décembre 2009, la réunion interministérielle sur le suivi des investissements dans les projets d’infrastructures et d’énergie axée sur le Programme national d’infrastructures routières et de construction de ponts.

A cet effet, le Premier ministre a félicité le ministre d’Etat, ministre de la Coopération internationale, de l’Aménagement du territoire, des Transports aériens et des Infrastructures pour les résultats enregistrés et dont les options majeures sont centrées sur :

la construction d’un réseau routier aux standards de conception les plus élevés ;

le développement de corridors pour rallier les pays voisins et un maillage du territoire ;

la préservation du patrimoine routier avec une politique d’entretien approprié ;

le renforcement de la sécurité du transport des personnes et des biens ;

la valorisation de notre position géographique dans l’optique de la dynamisation de nos échanges avec l’extérieur.

La mise en œuvre de ces options du chef de l’Etat a permis entre 2000 et 2008 la réalisation de 1.991 km de routes bitumées, 2.434 km de pistes, ainsi que la construction de 15 ponts et ouvrages d’art.

A titre de comparaison, on relèvera que, pour la période de 1993 à 2000, seuls 960 km de routes bitumées avaient été réalisés et un seul pont construit. Les routes revêtues couvrent, en 2009, 65 % du réseau national. A cela, il faut ajouter les routes du corridor Bamako-Dakar (385 km), du corridor Dakar-Conakry (150 km) et du corridor Tanger-Nouakchott-Dakar dont l’avant-projet est en cours de finalisation.

Le Premier ministre a également informé le Conseil avoir présidé :

la cérémonie de commémoration des 25 ans de présence d’Oxfam Grande-Bretagne au Sénégal, dont les actions s’inscrivent dans le cadre de projets et programmes de développement touchant plusieurs secteurs et initiés en faveur des populations vulnérables et défavorisées ;

la Journée internationale de lutte contre la corruption ;

le Conseil interministériel consacré à la préparation du cinquantenaire de l’Indépendance du Sénégal ;

La réunion consacrée à la relance de la Sncds.

Le Premier ministre a fait part au Conseil des audiences qu’il a accordées à :

la Fédération des organisations patronales de l’hôtellerie et du tourisme de l’Uemoa (Fopath) ;

Mme Eta Banda, ministre des Affaires étrangères du Malawi ;

Mme Modri Marie Gene Rosa Schwisenberg, conseiller spécial du président Laurent Gbagbo, porteur d’un message ;

M. Aboubakary Baba Musa, envoyé de M. Jean Ping, président de la Commission de l’Union africaine, en compagnie de représentants de la Bad et des membres du Cabinet Studi, chargé de réaliser les études du Corridor Dakar-Djibouti long de 8.600 km ;

son Excellence M. Christian Clages, ambassadeur de la République d’Allemagne au Sénégal, avec qui il a évoqué la solidité des relations sénégalo-allemandes ;

son Excellence M. Mohammad Abdoul Khan, ambassadeur de la République islamique du Pakistan, avec qui il a évoqué la coopération bilatérale, notamment dans les domaines de l’agriculture, du machinisme agricole et des Nouvelles technologies de l’information et de la communication ;

son Excellence M. Abdul Aziz Al Aifan, ambassadeur de la République du Royaume d’Arabie saoudite. A cette occasion, il a mis en exergue les relations particulières qui unissent les peuples saoudien et sénégalais, ainsi que l’estime réciproque que se vouent le roi Abdallah Bin Abdul Aziz Al Saoud, Gardien des deux Saintes Mosquées et le président Abdoulaye Wade. Son Excellence a assuré qu’une mission du Fonds saoudien se rendra prochainement à Dakar pour sélectionner, avec la partie sénégalaise, les nouveaux projets à financer ;

son Excellence M. Cong Yuanxing, ambassadeur de la République populaire de Chine, qui a révélé, une nouvelle fois, la volonté non équivoque de la République populaire de Chine de soutenir les efforts de développement du Sénégal, particulièrement dans le domaine des infrastructures ;

son Excellence M. Gidéon Behar, ambassadeur de l’Etat d’Israël au Sénégal qui, à cette occasion, a passé en revue les différents programmes de la coopération israélienne au Sénégal, largement orientée vers le transfert de technologies et le renforcement des capacités, notamment dans les secteurs agricole et éducatif ;

M. Rudy Demotte, ministre président du gouvernement de la Région Wallonne de Belgique, avec qui il a évoqué les programmes de la Coopération wallonne au Sénégal, ainsi que les perspectives de l’élargir à la lutte contre la salinisation des terres et la dégradation du couvert végétal.

A la suite du Premier ministre, le ministre de l’Agriculture a fait le point sur la campagne de commercialisation de l’arachide. Au total, un volume de 46.141,580 tonnes a été réceptionné en usine par les industriels à la date du 20 décembre 2009.

Elle a également fait part au Conseil des travaux préparatoires à la participation du Sénégal au Salon international de l’Agriculture de Paris, édition 2010, qui se déroulera du 26 février au 7 mars 2010.

Le Conseil a chaleureusement félicité le chef de l’Etat et lui a manifesté toute la fierté et l’honneur ressentis par le peuple et le gouvernement suite à la très forte et précieuse contribution qu’il a délivrée au reste du monde lors du récent Sommet de Copenhague sur les changements climatiques. Soucieuse de promouvoir le développement durable, la doctrine que le président de la République a professée, à cette occasion, peut, selon le Conseil, servir de propédeutique à un Nouvel ordre mondial de l’environnement.

Le Conseil a pris les mesures individuelles suivantes :

M. Matar Seck, professeur titulaire des Universités, est nommé recteur de l’Université de Bambey, en remplacement du professeur Abdoullah Cissé, appelé à d’autres fonctions ;

M. Pape Guèye, professeur titulaire des Universités, est nommé directeur de l’Enseignement supérieur, en remplacement du Professeur Momar Marème Dieng, appelé à d’autres fonctions ;

Mme Mame Boury Ngom, commissaire aux Enquêtes économiques, est nommée directeur de la Règlementation et de la Supervision des systèmes financiers décentralisés au ministère de l’Economie et des Finances ;

M. Diène Faye, ingénieur halieute, est nommé directeur des Industries de transformation de la pêche en remplacement de M. Joachim Diatta, appelé à d’autres fonctions ;

M. El Hadj Amadou Mansour Diop, expert en Transport aérien, est nommé Commissaire général au pèlerinage aux Lieux saints de l’Islam, en remplacement de M. Thierno Ibrahima Diakhaté.

Source Le Soleil

Article Lu 12048 fois

Samedi 26 Décembre 2009





1.Posté par HONNEUR le 26/12/2009 11:55
Amadou Lamine Faye : un nullard bouffon dangereux, complice de l’impunité.
Les nullards encensant le despote poussent comme des champignons dans les étalages tenus en laisse, alors que ceux des vrais combattants sont de fait censurés au nom du fascisme déclaré. Nous sommes bien au cœur de la décadence et du « tarbiyou » honteux.
Depuis mars 2000, une horde de chiens galeux joue honteusement les gardes-chiourmes d’un régime qu’on ne saurait plus qualifier, tant les impunités en propension ne se comptent plus. Les trompettes dévergondées, les griots du maître versatile, incapables d’apporter le moindre démenti de l’auteur des Contes et Mécomptes de l’anoci, désorientés et aveuglés par le tsunami ravageur, représentés par les collaborateurs immédiats les plus nuls aux premiers desquels, lamine Faye où l’homme à la sémantique douteuse et au verbiage creux, essaient vainement de recoller les morceaux avec une bassesse inouïe. Comment défendre sans la moindre retenue un corrupteur incorrigible, de notoriété publique, indexé par la communauté internationale ? Comment défendre un bilan aussi calamiteux que celui de la gestion de l’anoci , ce scandale le plus monstrueux de toute l’histoire politique de la République ? Où sont passés alors les 26 mds pour la construction des villas présidentielles prévues pour le sommet de l’oci ? Monsieur Faye, vous êtes un piètre godillot de la prairie infecte, vous qui défendez le géniteur s’octroyant allègrement les recettes d’un monument de la Renaissance à l’effigie de sa propre famille, géré par sa propre fille, Sindjéli wade avec l’argent du contribuable Sénégalais, vous nous expliquez que le Monument de la renaissance est une idée très noble mais mal comprise, que nous n’avons rien dans la cervelle. Une telle incongruité est à la mesure de votre pensée, ne dépassant pas le bout de votre nez. Vous crédibilité ne vaut rien et vous le savez. Que valent les incantations d’un soi-disant écrivain dont la publication est financée par les deniers publics, si ce n’est pour montrer les dessous d’une âme qui a déjà perdu depuis belle lurette la conscience de l’honneur ? Les Sénégalais, dans leur majorité, sont édifiés sur la vraie nature d’un régime d’imposture voué inéluctablement à l’échec. Vous êtes donc coupable et capable des faits reprochés. Aucune moralité ne vous couvre ! Monsieur le porte parole du déshonneur, vous êtes indigne et vous le savez, car vous n’êtes motivé que pour des intérêts crypto personnels. N’importe quel garnement de votre écurie, pour garder sa place au soleil, peut sortir des simagrées à la pelle. C’est un secret de polichinelle. Inutile d’arrêter les bras d’une mer.
Monsieur le porte parole du déshonneur, vous dites que monsieur Abdou Latif Coulibaly veut mener les Sénégalais à la révolte ! Nous disons que dans un pays où les institutions fonctionnent normalement, votre maître, contre facteur de la République, n’aurait certainement pas le temps de faire ses valises, vous le savez.
Croire pouvoir soumettre tout un peuple en colère pour le mettre dans une bouteille, est une illusion monumentale car le même peuple qu’on croit endormi, se réveillera tôt où tard et balaiera d’un revers de main les allégeances obscurantistes au nom de sa survie.
La Renaissance Africaine n’est salutaire que lorsqu’elle est la soupape des consciences historiques, pour resurgir un passé aussi glorieux, et non pas un crétinisme outrancier représenté par un culte de personnalité taillé sur mesure, au nom d’un complexe historique [….].
Nous disons tout simplement que le renversement du régime de wade est salutaire, car s’inscrivant en droite ligne à nos institutions régaliennes, quand un homme a le culot d’ériger une statue de sa propre renaissance, coûtant la bagatelle de plus de 15 mds de nos francs, à l’effigie de sa famille avec l’argent du contribuable Sénégalais, en déclarant publiquement détenir 35% des recettes générées, d’une période de 1300 ans, dont la gestion est confiée à sa propre fille, Sindjéli Wade, sous prétexte qu’il est le géniteur du projet. Nous devons remettre les pendues à l’heure, pour réinstaurer la démocratie confisquée, car ce que les grandes démocraties n’accepteront pas, nous ne voyons pas pourquoi nous devons l’accepter, à moins qu’on nous prenne pour des demeurés que nous ne sommes jamais ? Au-delà du caractère blasphématoire que représente une telle insulte, c’est un mépris de dire que le représentant plénipotentiaire de la franc-maçonnerie tient coûte que coûte à éroder nos valeurs, contre vents et marées. Finies les langues de bois et les tergiversations inutiles, passons aux actes !
Le combat continue !
Honneur


2.Posté par peace le 26/12/2009 15:42
LA nouvelle vient d'etre confirmé à propos de cheikh bethio. il aurait eu une hypertension qui lui vaut un AVC. moi qui n'y connait rien en matière de médecine j'ai fais des recherche sur google et voila ce que j'ai trouvé

Dans tous les cas, les conséquences d'un AVC dépendent pour une large part de la précocité de l'intervention. Autrement dit, plus on agit tôt pour rétablir l'irrigation cérébrale, moins les lésions seront conséquentes.
Il existe d'ailleurs des signes qui doivent alerter et amener à consulter en urgence :

Faiblesse ou paralysie soudaine d'un membre ou d'un seul côté de l'organisme.

Diminution brutale ou perte de la vue notamment d'un seul oeil.

Confusion, troubles du langage et de la compréhension.

Perte d'équilibre et de coordination avec chutes.

Maux de tête sévères soudains sans cause évidente.

Anomalies ou perte de la sensibilité au niveau d'un bras, d'une jambe ou d'un seul côté de l'organisme.

donc cheikh bethio est bien aveugle et handicapé

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State