Référence multimedia du sénégal
.
Google

MOHAMED NDAO TYSON : Et s’il revenait dans l’arène ...

Article Lu 14612 fois

L’absent le plus présent de l’arène, Mohamed Ndao Tyson tarde à libérer ses milliers de fans et supporters qui ne désespèrent pas de le voir revenir dans l’arène. A l’heure où un véritable déficit est noté du côté des poids lourds, son retour pourrait s’avérer salutaire. Une décision que lui seul est à même de prendre...



MOHAMED NDAO TYSON : Et s’il revenait dans l’arène ...
Si Moustapha Guèye, le « Tigre » de Fass, n’existait pas ... Mohamed Ndao Tyson l’aurait créé. On se rappelle, en effet, que c’est après avoir mis fin au règne sans partage de la tête de l’écurie Fass, en 1996 au stade Demba Diop, que Tyson avait réellement pris son vol. Et commencé à aligner les victoires. Sa cible de l’époque a été pour l’essentiel le bataillon des « papys » constitué par les Toubabou Dior, Mohamed Aly, Mor Fadam, il est vrai les notables poids lourds de l’époque, qui ont tour à tour été étalés par le leader de la Génération Boul Falé. La banlieue vibre encore au rythme de ce nouveau concept et la jeunesse se trouve en Mohamed Ndao Tyson, le modèle tant rêvé. Comme tout jeune Sénégalais, il s’inspire du modèle américain fait de réalisme. Ses déclarations sonnent comme une révolution dans l’arène et s’articulent autour d’une réelle prise de conscience des lutteurs car ce sont eux qui font le spectacle et déplacent les foules. Et doivent donc en vivre.

Doté d’un gabarit impressionnant, le fils de Ndangane (un quartier de Kaolack) balaie tout sur son passage et son parcours est jalonné de « scalps » et se voit proposer un pont en or (30.000.000 de francs CFA) pour affronter Manga 2, le « dernier des mohicans ». Tyson décrocha une victoire qui en fit le maître incontesté de l’arène. Pendant près de 10 ans (1996-2005) Mohamed Ndao Tyson a constitué le centre de gravité de la lutte avec frappe. Grand champion, le colosse de Pikine n’en était pas moins également un homme d’affaires averti, sans état d’âme dès lors qu’il s’agissait de ficeler un combat. Profitant de l’arrivée dans l’arène des premiers sponsors de divers horizons, Mohamed Ndao Tyson mord à fonds dans ce gâteau. Ses sorties lui permettent de se constituer un véritable trésor de guerre.

force de la nature

Au plan sportif, la saga de la tête de file de l’écurie Boul Falé a connu un coup de frein le 1er janvier 2005, au stade Demba Diop, là où en 1996, il avait pris son envol vers les cimes de l’arène. Son tombeur : un jeune venu de Mbour. Véritable force de la nature, Serigne Dia Bombardier, qui déplace le centre de gravité de la lutte vers la Petite Côte. A Mbour d’abord puis à Joal ; puisqu’après Bombardier, Yakhya Diop Yekini s’est aussi offert le scalp de Tyson. Pour contester ce nouvel ordre dans l’arène, Mohamed Ndao Tyson entreprend une opération « Retour au premier plan » le 7 janvier 2007 contre le B52. Mais, comme en 2005, il trébuche et pire, il écope d’une sanction administrative censée l’éloigner de l’arène pendant trois ans.

Il n’a cependant pas purgé la totalité de sa peine, le CNG l’ayant gracié après deux ans de purgatoire. Et ses milliers de supporters de rêver du retour de celui qui avait révolutionné l’arène avec ses belles chorégraphies et le spectacle qu’il produit à chacune de ses apparitions. Mais rien ne plaide pour une telle éventualité. On peut même dire que Mohamed Ndao Tyson s’éloigne de l’arène, lui qui a été fait « cheikh ». De temps à autres, il fait des apparitions toujours très médiatisées à Iba Mar Diop ou à Demba Diop, aux côtés de ses protégés Eumeu Sène, Gambiens et autres Jordan. Orpheline de Mohamed Ndao Tyson, l’arène cherche un poids lourds qui pourrait porter valablement la contradiction aux Yékini, Bombardier et autres Gris Bordeaux. Et ils sont nombreux les amateurs de lutte et de sensations fortes qui paieraient cher pour revoir Tyson dans l’arène. Mais comme l’on ne saurait être plus royaliste que le roi ...


Babacar S. FAYE
Source Le Soleil



Article Lu 14612 fois

Jeudi 17 Septembre 2009





1.Posté par sabador le 17/09/2009 10:27
Saway dou nieuwat dé, khamna boppam! Et puis les jeunes lutteurs sont pleins de dollé mintenan. Si tu reviens tu risk une humiliation pire que celle que t'a infligé yekini. A bon entedeur...

2.Posté par mg le 17/09/2009 11:49
en réalité n'a jamais terrasser quelqu'un la plupart des lutteurs qu'il a terrasser sont soit ses pere : mor fadam;;;;;; soit il ya difference de poids, mais qan il a croisé les jeunes de sa generation il est tomé come un sac vide de sa contenance

3.Posté par saya le 17/09/2009 12:15
kone dé yiob torop sama waye dji dou nieuwat

4.Posté par fans mbeur you ndaw yi le 17/09/2009 13:01
bis bo niéwaté boye yi dana gnoula nokh tapette nga amo fitt espece de PD

5.Posté par bene boye le 17/09/2009 14:26
bakhna dal khaléyi ma guise dougnou niékhoume gnébe dagnouy door te dougnou yeuram témo nianal eumate séne

6.Posté par pointini le 17/09/2009 15:32
pourkoi les senegalais aiment s'accrocher au passe!!!!!, fatey leun kii

7.Posté par TOUS CONTRE LES WADES EN 2012 le 17/09/2009 16:48
REJOIGNEZ MON GROUPE SUR FACEBOOK TOUS CONTRE LES WADES EN 2012 ET AVANT 2012 POUR LES CHASSAIENT DU POUVOIR .

BOLO MOYI DOLLE

http://www.facebook.com/group.php?gid=126930341346

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State