Référence multimedia du sénégal
.
Google

MISE EN ACCUSATION DE FARBA SENGHOR : Députés et sénateurs attendent le feu vert de Wade

Article Lu 1683 fois

Cela va faire bientôt six mois que Farba Senghor a été démis de ses fonctions et mis à la disposition de la justice. Seulement, le Parlement qui doit voter la résolution de mise en accusation est, paradoxalement, le facteur bloquant. En effet, députés et sénateurs attendent le feu vert de Wade pour faire leur travail.



MISE EN ACCUSATION DE FARBA SENGHOR : Députés et sénateurs attendent le feu vert de Wade
Passée l’écume médiatique des premiers jours, le dossier Farba Senghor semble avoir subi le même sort que les autres dits ‘signalés’ et gérés directement par le Palais ou par le ministère de la Justice. Bientôt six mois, en effet, que le ministre des Transports et en charge de la propagande du parti au pouvoir a été démis de ses fonctions pour répondre d’une affaire qui l’éclabousse au plus haut point et qui met en cause ses proches, chauffeurs et gardes du corps. Ces derniers, jugés en procédure de flagrant délit, croupissent en taule alors que la personne nommément désignée comme leur commanditaire vaque librement à ses occupations. Alors, pourquoi cette justice à double vitesse dans un dossier où la jonction est évidente ? Il est vrai que, dès les premières heures de l’affaire, M. Senghor a été démis de ses fonctions et entendu à titre de … témoin par le procureur de la République.
Mais, depuis, la poussière semble être retombée sur ce dossier. Lequel, selon des sources dignes de foi, a été diligenté par le parquet général. Alors, pourquoi ça coince, serait-on tenté de se demander ? Surtout que la Haute cour de justice a été instituée et sa composition connue avec la désignation des parlementaires devant y siéger. En tout cas, selon les mêmes sources, le dossier a été transféré au Parlement pour la mise en accusation. Seulement, députés et sénateurs n’ont pas encore reçu les directives du président de la République pour étudier ce dossier. Ce sont les orthodoxes de la séparation des pouvoirs qui risquent de développer des urticaires.

L’on se rappelle que le nom de M. Farba Senghor avait été cité dans l’affaire du saccage des journaux L’As et 24 Heures Chrono. Dès les premières auditions à la Sûreté urbaine, en effet, certaines personnes interpellées avaient nommément mis en cause M. Senghor comme étant leur commanditaire. C’est sur la base des éléments d’auditions ainsi que des résultats des perquisitions effectuées par les limiers que le ministère de la Justice avait établi un rapport d’étape, mais suffisamment détaillé sur l’état de la procédure, qu’il avait transmis au président de la République qui était, en ce moment, en vacances en Suisse. Un dossier qui l’avait convaincu de se séparer de son fidèle parmi les fidèles. La phase judiciaire devait prendre le relais. Mais, sans Farba Senghor qui, dès les premières heures de l’affaire avait bénéficié d’un décret qui aménageait une procédure spéciale en sa faveur. Un privilège de juridiction que d’aucuns lui avaient dénié du fait que les faits pour lesquels M. Senghor était incriminé n’avaient aucun rapport avec l’exercice de ses fonctions ministérielles.

Mais, il n’y avait pas péril en la demeure dans la mesure où les parlementaires avaient écarté tout risque de ne pas voter la mise en accusation par solidarité au chargé de la mobilisation et de la propagande du Pds. Mais, l’un d’eux avait nuancé sa position. ‘De toutes les façons, nous avons jusque-là suivi les mots d’ordre du parti. Il ne faut pas oublier que le groupe parlementaire est le bras politique du parti. Depuis que je suis dans le groupe, je n’ai pas souvenance d’une quelconque tentative de rébellion par rapport aux projets qui nous sont soumis et je crois que ça ne va pas commencer avec la mise en accusation de l’ancien ministre Farba senghor’, déclarait-il. Un aveu suffisamment circonstancié pour expliquer l’attitude des parlementaires qui attendent le signal de Wade pour aller à l’assaut de la forteresse Farba.

Ibrahima ANNE

Source: Walfadjri

Article Lu 1683 fois

Jeudi 5 Février 2009





1.Posté par DIOPPP le 05/02/2009 18:23
Wade est un "TRES GRAND DEMON CRATE" il va autoriser "le procés" sauf s'il lui faut un financement pour organiser LA GRANDE MAGOUILLE.

2.Posté par aaaaaaa le 05/02/2009 19:19
farba yaway domeram yaway dome khjie tequwo dara khana danga defene de dou ñaw de reg mola te lake yaw daro kham waye yagatoul nga dis sa liguye.......

3.Posté par alain le 06/02/2009 11:12
nous vivons dans quellle dictature..................pour avoir le feu vert de juger un delinquant..............comme farba.................dans les autres pays ou la justice existe.........son cas serait clos depuis longtemps...........pour donner l exemple de la france avec le cas de Dominique de vilpend..............les juges francais n ont pas attendu une queconque autirisation de SARKOZY..........pour l inculper.............se qui revient a dire que dans ce pays il y a pas de justice..............c est pourquoi le juge D evry n a pas attendu.............des fameux autorites de ce pays pour lancer des mandants d arrets..........a ces criminels.........qui ont tues beaucoup d inncents dans le joola.........c est la honte dans ce pays...............la constitution est bafouees au service des autorites......................

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State