Référence multimedia du sénégal
.
Google

MÉVENTE DE LA TOMATE INDUSTRIELLE : Près de 300 hectares détruits faute de transport

Article Lu 11075 fois

Les espoirs des producteurs de la tomate industrielle se sont envolés, faute de moyens de transports pour l’acheminer vers la SOCAS, unique transformateur de la place. Les producteurs endettés ont convié la presse locale pour une visite guidée des champs où la tomate était en souffrance du fait de la mévente



MÉVENTE DE LA TOMATE INDUSTRIELLE : Près de 300 hectares détruits faute de transport
A Niandane, comme à Aéré Lao, les maraîchers ne savent plus quoi faire d’une production record de tomate qui est en train de pourrir entre leurs mains. Les producteurs qui ont rencontré la presse locale pour une évaluation étaient accompagnés du Secrétaire général du Syndicat des paysans, éleveurs et pêcheurs de la Vallée, M. Omar Sarr. Ce dernier est du même avis que ses protégés pour fustiger l’attitude des gens de la filière tomate. Il dira que celui qui est à l’abri du besoin ne peut connaître la faim et que ce sont les producteurs de tomates qui ont été subventionnés pour l’achat d’intrants agricoles qui vont payer les pots cassés, vu qu’ils ne pourront rembourser la Cncas.

Pourtant, pour un kilogramme de semences, la variété hybride de tomate vendue à un million, une tomate de qualité est produite, avec des rendements de 45 tonnes à l’hectare. Selon les paysans réunis à Niandane, le 3 avril 2009, la visite du ministre de l’Agriculture, le 17 mars dernier, pour le suivi des évacuations de la tomate, avait rendu plus d’un paysan optimiste. « Mais, hélas, les fruits n’ont pas suivis la promesse des fleurs », se désole Amadou Sall, le porte-parole des paysans de Niandane qui avaient emblavés 236 hectares, présentement détruits aux ?. A Aéré Lao, ce sont 60 hectares qui ont été endommagés par le soleil et le manque d’eau suite aux nombreuses coupures d’électricité. « On nous a faussement annoncé que certaines difficultés liées à l’acheminement de notre production allaient disparaître, c’est tout le contraire », souligne Amadou Sall.

La visite guidée dans le large périmètre laisse entrevoir que les conditions de pourrissement de la tomate sont identiques, sinon pires d’un périmètre à l’autre. La pulpeuse tomate rouge sang accuse le coup d’un soleil ardent qui la déshydrate de sa sève dans l’attente d’un acheminement. Les membres de la filière tomate sont pointés du doigt par les maraîchers. Car le bureau a été dans l’incapacité de leur apporter un appui. Une seconde unité de tomate est prévue à Niandane, elle sera la première de ce département qui, à lui seul, constitue 58% du quota des barrages de Diama et Manantali pour le Sénégal. Grenier du pays, Podor peut nourrir les 11 millions de Sénégalais. D’où « l’appel au secours adressé au chef de l’Etat ».

Amadou D. NIANG
Source Le Soleil

Article Lu 11075 fois

Lundi 6 Avril 2009




Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State